Archives Ancien Menly Il y a 3 années Rédigé par Julien Maron

Une pilule du bonheur sur le point d’être commercialisée

Des scientifiques de Montréal ont imaginé une pilule du bonheur qui permettrait de mieux vivre et d’oublier les évènements traumatisants de notre vie ! Inutile de s’emballer, il ne s’agit pas d’une nouvelle version de viagra ou d’une pilule d’ecstasy dernier cri, mais plutôt d’une pilule miracle qui permet d’effacer une partie de ses souvenirs […]

Une pilule du bonheur sur le point d'être commercialiséeDes scientifiques de Montréal ont imaginé une pilule du bonheur qui permettrait de mieux vivre et d’oublier les évènements traumatisants de notre vie !

Inutile de s’emballer, il ne s’agit pas d’une nouvelle version de viagra ou d’une pilule d’ecstasy dernier cri, mais plutôt d’une pilule miracle qui permet d’effacer une partie de ses souvenirs indésirables.

A l’instar du film Eternal Sunshine of the Spotless Mind avec Jim Carey, cette pilule du bonheur serait un remède miracle qui permettrait d’oublier les souvenirs traumatisants, les ruptures difficiles à surmonter, ou tout autre évènement qui aurait bouleversé notre vie !

Publiée dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, cette idée surréaliste a été pensée par des scientifiques de l’Université de Montréal.

Ces derniers se sont intéressés à une hormone de stress qui affecte la mémoire : le cortisol.

Les chercheurs ont découvert que le cortisol couplé au métyrapone, un médicament capable d’empêcher la synthèse du cortisol dans le corps, permettait d’avoir un impact sur la mémoire.

L’une des chercheuses, Marie-France Marin, explique : « Nos recherches pourraient aider les gens en leur offrant la possibilité de réécrire une partie de leurs souvenirs ».

Pour prouver la véracité de ces propos et pour voir l’effet du métyrapone sur l’homme, l’équipe de scientifiques a réalisé une étude sur 33 hommes qui ont chacun avaler une certaine dose du médicament « métyrapone ».

Les chercheurs se sont aperçus que le médicament atténuait, voire occultait, immédiatement les informations/souvenirs négatifs quatre jours après l’absorption d’une certaine dose de métyrapone et sur le long terme !

L’idée d’utiliser cette molécule pour oublier les souvenirs indésirables n’est pas à prendre à la légère. Le véritable objectif de cette découverte vise à aider les personnes atteintes de chocs post-traumatiques comme les victimes de viol, d’attentats, ou les soldats de l’armée par exemple.

Pour Marie-France Marin, le métyrapone ne viendra pas remplacer la thérapie mais permet simplement de la faciliter : «On sait déjà que la thérapie est très efficace. Par contre, il y a des gens qui y sont résistants, et pour ceux-là, jumeler la pharmacologie pourrait rendre le souvenir moins vif et donc plus gérable.»

Quand la fiction dépasse la réalité ou quand la science rattrape la fiction ?

Une pilule pour oublier comme dans Eternal Sunshine avec Jim Carrey bientôt disponible ?

Votre avis nous interesse