Archives Ancien Menly Il y a 2 années Rédigé par Julien Maron

Sexualité et politique : étude sur les habitudes sexuelles des électeurs de chaque parti

  A trois semaines du premier tour de l’élection présidentielle, impossible ou presque d’échapper à la politique. Au bureau, en terrasse, dans le métro les présidentielles sont au cœur de toutes les conversations. Pendant ce temps là les beaux jours reviennent et boostent votre libido. Puisqu’on prétend depuis des années que sexe et politique sont […]

Sexualité et politique : étude sur les habitudes sexuelles des électeurs de chaque parti

 

A trois semaines du premier tour de l’élection présidentielle, impossible ou presque d’échapper à la politique. Au bureau, en terrasse, dans le métro les présidentielles sont au cœur de toutes les conversations. Pendant ce temps là les beaux jours reviennent et boostent votre libido. Puisqu’on prétend depuis des années que sexe et politique sont liés, l’Ifop a décidé de se pencher sur le lien entre libéralisme sexuel et opinions politiques. L’enquête très sérieuse de l’Ifop est riche en révélation.

  • Le sentiment d‘insatisfaction sexuelle est plus important chez les Français qui votent pour des partis et des candidats protestataires comme Jean-Luc Mélenchon (35%) ou Marine Le Pen (31%).
  • Les sympathisants de droite et du centre ont généralement une vie sexuelle moins intense que les autres… Les électeurs de Nicolas Sarkozy ont en moyenne 6,7 rapports sexuels par mois. Du côté des électeurs de François Bayrou, cette moyenne chute à 5,9 rapports par mois. A gauche, les sympathisants ont en moyenne 7,6 rapports sexuels par mois, voire 7,7 pour les électeurs de l’extrême gauche. Mais les grands champions du sexe restent les électeurs de l’extrême droite avec 8 rapports en moyenne par mois.
  • Les femmes de gauche sont en général plus disposées que les femmes de droite à pratiquer la fellation. Les sympathisantes de gauche sont 81% avoir déjà fait une fellation contre seulement 69% à droite.
  • La sodomie est une pratique beaucoup plus répandue dans les partis de gouvernements (UMP, PS, Modem) que dans les formations protestataires (FN, Front de Gauche…).
  • Les sympathisants de gauche sont plus expérimentés quand il s’agit de sortir du cadre conjugal classique. Ainsi, les électeurs d’extrême gauche pratiquent deux fois plus l’échangisme que la moyenne des Français.

Trois enseignements sont à retenir dans ces données pour le moins étonnantes :

La frustration sexuelle, le sentiment d’insatisfaction sous la couette se traduisent dans l’isoloir par un vote protestataire pour le FN ou le Front de Gauche qui rejettent le système politique et les partis dominants. L’enquête montre également que la frustration sexuelle se traduit par une forme de rejet de la politique : le niveau de satisfaction est plus faibles chez les abstentionnistes (67%).

Les électeurs de droite et du centre connaissent une vie sexuelle plus stable et moins intense que le reste des Français. Plus aisés, plus diplômés, plus croyants et surtout beaucoup plus âgés, les électeurs de l’UMP tendent plus que les autres à vivre en couple et ont une vie sexuelle plus classique que la moyenne. Ils connaissent en moyenne 7 partenaires sexuels dans leur vie contre 9 à gauche et 10 à l’extrême-droite.

Enfin les pratiques sexuelles sont plus diverses et variées chez les Français qui se situe en marge du système politique et qui défendent un certain libéralisme. A gauche et à l’extrême gauche, les sympathisants pratiquent plus facilement la masturbation, utilisent des sex-toys sans complexe et n’ont pas peur de la fellation ou du cunnilingus. De même, à gauche, 48% des sympathisants ont déjà pratiqué la sodomie contre 43% à l’UMP ou au Modem.

Si on devait conclure, on dirait que pour faire des nouvelles expériences et connaître des sensations fortes, un petit tour à l’université d’été du PS est conseillé…

A lire également sur Menly:

-Quel sex-toy offrir à sa femme ?

-Echangisme, sex toy… ce que les femmes vont oser en 2012.

Votre avis nous interesse