Referendum Sarkozy sur le chômage et la formation : les réactions à droite et à gauche
Archives Ancien Menly Mis à jour le Rédigé par Julien Maron

Referendum Sarkozy sur le chômage et la formation : les réactions à droite et à gauche

Nicolas Sarkozy a annoncé hier qu’après sa réélection, il mettrait en place deux referendums. L’un technique sur le juge compétent pour le contentieux du droit des étrangers, et l’autre qui impose aux chômeurs d’accepter la première offre d’emploi après une formation financée par l’Etat. Le président sortant, qui n’est toujours pas officiellement en campagne, a […]

Nicolas Sarkozy a annoncé hier qu’après sa réélection, il mettrait en place deux referendums. L’un technique sur le juge compétent pour le contentieux du droit des étrangers, et l’autre qui impose aux chômeurs d’accepter la première offre d’emploi après une formation financée par l’Etat. Le président sortant, qui n’est toujours pas officiellement en campagne, a provoqué une vive polémique.

La classe politique n’a pas tardé à réagir aux propositions du président de la République.

Bertrand Delanoë, maire PS de Paris : « Nicolas Sarkozy commence sa campagne tout de suite en stigmatisant avec un positionnement très à droite. C’est en cela que la campagne de François Hollande me paraît réussie« .

Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice PS de Paris : « Il semblerait que Nicolas Sarkozy ait décidé de marquer son entrée en campagne par l’annonce du recours au référendum pour réduire d’une part le droit des étrangers et d’autre part celui des chômeurs. Le chef de l’État dit vouloir donner aux Français le droit de choisir ses solutions faussement nouvelles aux problèmes qu’il a lui-même créés, et surtout remettre en cause notre modèle social et républicain« .

Du côté du parti communiste français : « Afin de se soustraire à la sanction du scrutin d’avril et mai prochains, l’ancien chef de l’UMP camoufle son offensive de régression sociale accélérée dans une cascade d’hypothétiques référendums à venir, sur cette question comme sur celle de l’immigration« .

François Hollande, candidat PS à la présidentielle : « Des référendums? Mais que n’y a-t-il pas pensé plus tôt? Sur le paquet fiscal, sur les retraites et même sur la TVA? Moi je suis sûr de la réponse qui lui aurait été adressée par le peuple français. Veut-on continuer la politique menée depuis 5 ans ou veut-on en changer? Veut-on poursuivre avec le candidat sortant ou veut-on changer de président? Veut-on prolonger le présent, ou changer d’avenir? Eh bien, vous voterez à la prochaine élection présidentielle pour répondre à ces trois questions« .

Eva Joly, candidate EELV à la présidentielle : « La mise au pilori d’une partie des citoyens. Cette pratique est détestable. Sarkozy a choisi d’engager sa campagne en allant braconner sur les terres de la droite extrême. Le président de la République semble avoir décidé, en annonçant des référendums, de faire passer les salariés sans emplois pour des feignants et de mettre en place une justice sans garanties pour les étrangers« .

François Bayrou, candidat MoDem à la présidentielle : « C’est une idée pernicieuse. Elle montre à quel point le pouvoir est aujourd’hui dans le désarroi. Le rôle d’un président de la République, c’est d’apaiser les tensions, pas de jeter de l’huile sur le feu. Si on veut mettre un pays à feu et à sang, en faisant des chômeurs des ennemis publics, c’est-à-dire en leur faisant porter le poids des difficultés du pays, on fait courir les plus grands risques à la solidarité et à la France« .

Samedi matin, une interview fleuve du président de la République sera disponible dans le Figaro Magazine.

Votre avis nous interesse