Archives Ancien Menly Il y a 2 années Rédigé par Julien Maron

PSG, Lyon, Marseille, Lille : Plus Belle la Ligue 1, épisode 4

  Précédemment dans Plus belle la Ligue 1 : A Lyon, Jean-Pierre Nolasse et Bertrand Lacomble lancent la grande braderie, à Paris Platan Nabratilovic a du mal à s’acclimater à la Ligue 1 et à Lille, Michou Cédou et Radis Gracias font des plans sur la comète… (lire l’épisode précédent) Générique : La Ligue 1, […]

PSG, Lyon, Marseille, Lille : Plus Belle la Ligue 1, épisode 4

 

Précédemment dans Plus belle la Ligue 1 : A Lyon, Jean-Pierre Nolasse et Bertrand Lacomble lancent la grande braderie, à Paris Platan Nabratilovic a du mal à s’acclimater à la Ligue 1 et à Lille, Michou Cédou et Radis Gracias font des plans sur la comète… (lire l’épisode précédent)

Générique : La Ligue 1, c’est comme une série télé. Amour, haine, trahisons, coups bas et coups de théâtre : tout y est. Tout pareil. Le problème des séries, c’est qu’après plusieurs saisons elles commencent à s’essouffler. Dans ces cas-là, on embauche quelques guests pour faire le buzz.  Sauf que cette saison, les guests, c’est du lourd. Zlatan et Thiago Silva en Ligue 1, c’est un peu comme si Julia Roberts présentait le tirage du Kéno.

 

PLUS BELLE LA LIGUE 1, EPISODE 4

Vendredi 17 août – 19 h 38 – Grand Stade de Lille

C’est le Grand Soir à Lille. Dans quelques minutes, les joueurs du LOSC vont pénétrer sur la pelouse de leur nouveau Stade. Dans les vestiaires lillois, c’est la causerie du côtch Radis Gracias.

- Bon les gars, cette fois on y est. Ce soir c’est le premier match dans le Grand Stade. Va falloir assurer…

Benoit Pederasti, dont le visage n’est pas sans rappeler celui d’un lapin, mais avec une coupe à la brosse, lève le doigt.

- Euh côtch, comment on fait maintenant qu’Enfer Destin n’est plus là ? Avant on lui donnait le ballon et il s’occupait de tout…

- Mais je vous l’ai expliqué 100 fois les gars. On va compenser la perte de talent individuel par une plus grande symbiose collective, en s’appuyant sur l’abnégation, l’altruisme et la persévérance…

A ces mots, Martine Martin cherche le regard de Lucas Bigre, dont la bouche est grande ouverte, un peu comme un four à bois. Ouf, lui non plus n’a rien compris.

- Bon les gars, on va faire simple, reprend Radis Gracias. Vous vous faites des passes et vous essayer de mettre la balle dans le but d’en face. OK ?

Cette fois, Martine Martin ne trouve pas le regard de Lucas Bigre, qui fixe l’ampoule au plafond comme s’il venait de voir la Vierge. Alors il se lance :

- Ben oui côtch, mais on sait plus lequel c’est le but d’en face, maintenant qu’on a un nouveau stade…

**************

Vendredi 17 août, 17h22 – Stade de Gerland

Dans son vaste bureau feutré de Gerland, Jean-Pierre Nolas contemple les photos qui ornent son mur : les 7 hexagoals, sa poignée de main avec Lio Vessi, le meilleur joueur du Monde, le soir du match face au Barça… Le temps où l’OL était au faîte de sa gloire lui semble loin, comme ces vieilles photos passées que lui montrait sa grand-mère lorsqu’il était pet…

- Toc, toc, toc !

- Entrez !

La porte s’ouvre lentement. Dans l’entrebaillement, Rémy Crade apparaît, la langue pendante et l’air hagard.

- Président, il est arrivé quelque chose…

- Quoi ?

- C’est Crisse, président. Vous savez qu’il ne veut pas partir… J’ai tout essayé : je lui ai dit qu’il jouerait que la Coupe de la Ligue, que même si on n’a plus personne en défense je préférerai faire appel à des -15 ans, je lui ai même dit que s’il partait pas on allait envoyer les Bad Gones taguer sa maison…

- C’était con, ça…

- Oui, c’est une idée de Bertrand Lacomble… Bref, j’ai tout tenté mais il a rien voulu savoir. Et là, il vient de commettre l’irréparable.

- Quoi ? Non, ne me dis pas qu’il a…

- Si : il vient de s’enchaîner au poteau du but côté virage nord. Il dit qu’il ne se libérera que s’il est titulaire samedi contre Troyes…

- Il manquait plus que ça…

*************************

Samedi 18 août – 17 h 46 – Aéroport Campo Dell’Oro, Ajaccio.

L’A 380 privé affrété par le PSG vient de se poser sur le tarmac de l’aéroport d’Ajaccio, bloquant le reste du trafic aérien sur l’île. Un à un, les joueurs parisiens descendent de l’appareil. Platan sort en dernier, vu qu’il avait le deuxième étage de l’avion réservé pour lui tout seul. Quelques instants plus tard, les joueurs sortent du bâtiment pour rejoindre le bus qui les attend devant le terminal. Là, des dizaines de supporters corses leur balancent des morceaux de Brocciu faisandé. Au moment où il monte dans le bus, Nônô reçoit un morceau bien coulant en plein dans l’oeil.

- Aie aie aie, ma qu’est-ce qué cé qué ça ? demande un Echalotti interloqué.

- T’inquiète, Carlitto, lui répond calmement Donatello. C’est le comité d’accueil. C’est comme ça qu’ils souhaitent la bienvenue ici, avec des produits locaux.

A peine le bus a-t-il parcouru 150 mètres qu’il s’immobilise subitement, tous les pneus ayant éclaté en même temps.

- Ca aussi cé lé comité d’accueil ? ironise le coach parisien.

- Non, ça c’est parce que les Corses aiment bien que les touristes s’arrêtent, pour bien apprécier le paysage…

Quatre heures – et trois trains de pneus – plus tard, le bus arrive à l’hôtel, où Doumé, le réceptionniste, leur apprend qu’il n’a aucune réservation au nom du PSG. Carlitto est sur point de craquer.

- Non mais là cé pas possiblé, j’ai jamais vou un trouc pareil !

- Calme-toi Carlitto, on est en plein mois d’août, un samedi en plus, il y a plein de vacanciers, c’est normal…

Quatre heures – et 14 hôtels complets – plus tard, la délégation parisienne a trouvé une petite pension de famille dans la montagne. Ce soir, ils dormiront « Chez Ange & Toussaint »… Etablissement bien connu dans la région pour être le repaire des supporters de l’ACA…

Découvrez les épisodes précédents :

PBLL1 – épisode 1

PBLL1 – épisode 2

PBLL1 : épisode 3

 

A LIRE AUSSI SUR MENLY :

Ligue 1 : Lille, l’anti-PSG

PSG : Nene, la meilleure recrue de l’été

 

 

 

Votre avis nous interesse