Archives Ancien Menly Mis à jour le 20/06/2012 Rédigé par Julien Maron

Pourquoi Jean-Louis Borloo réussira là où François Bayrou a échoué

François Bayrou en rêvait, c’est désormais chose faite. Les députés centristes se sont unis au sein d’un même groupe parlementaire. L’Union des démocrates indépendants est née. L’homme à l’origine de cette formation n’est pas le président du MoDem mais bien Jean-Louis Borloo. «On disait que le centre était mort, émietté, explosé!, a-t-il rappelé. Eh bien, […]

François Bayrou en rêvait, c’est désormais chose faite. Les députés centristes se sont unis au sein d’un même groupe parlementaire. L’Union des démocrates indépendants est née. L’homme à l’origine de cette formation n’est pas le président du MoDem mais bien Jean-Louis Borloo.

«On disait que le centre était mort, émietté, explosé!, a-t-il rappelé. Eh bien, il est là et il commence à se reconstruire». Jean-Louis Borloo peut être fier de lui. Sous son impulsion, plusieurs partis centristes se sont alliés pour former un groupe parlementaire. L’Union des démocrates indépendants réunit le MoDem, le Nouveau Centre, l’Alliance centriste et le Parti radical. Cette formation voit les choses en grand et espère, à terme, accueillir d’autres élus.

L’Union des démocrates indépendants (UDI) n’est ni plus ni moins que la résurrection de feu l’UDF, un parti centriste doté d’une orientation politique claire (centre-droit) et calé entre l’UMP et le Parti socialiste. Jean-Louis Borloo construit une force politique qui l’amènera probablement à une candidature à la présidentielle de 2017 si les circonstances le lui permettent. Pour ce faire, l’ancien ministre (2002-2010) a fait venir à lui le Nouveau Centre dont le chef, Hervé Morin, n’a même pas pu tenter de lui ravir le leadership de l’UDI.

François, si tu nous regardes…

Mais comment Jean-Louis Borloo a-t-il pu mettre ce projet en branle et réussir là où François Bayrou échouait depuis quelques années déjà ? Tout d’abord, le président du Parti radical incarne une certaine forme de renouveau par rapport au président du MoDem, défait en 2002, 2007 et 2012. Il n’a pas fait de la présidentielle une croisade personnelle et il n’a pas mené son parti de défaite en défaite. Il propose également un projet politique audible. Le centre peut pencher à droite ou à gauche, mais il ne peut pas être au « milieu » comme le pensait François Bayrou. Le président du MoDem aura finalement été sacrifié sur l’autel de ses idées un peu trop arrêtées.

En 2007, la fin de l’UDF avait donné naissance au Nouveau Centre (proche de l’UMP), à l’Alliance centriste (qui voulait recréer l’UDF) et au MoDem (isolé sur l’échiquier politique). L’UDI a vocation à redonner vie à ce qui a été un temps la troisième force politique du pays. Pour en arriver là, il fallait visiblement sacrifier l’ancien candidat à la présidentielle, récemment battu dans sa circonscription. De là à conduire Jean-Louis Borloo (ou ses successeurs) à l’Elysée, tel Giscard-d’Estaing en 1974 ? Et pourquoi pas…

A LIRE AUSSI SUR MENLY.FR :

- L’actualité politique sur Menly.fr

 

Votre avis nous interesse