Archives Ancien Menly Mis à jour le 06/06/2012 Rédigé par Julien Maron

Pékin Express, le passager mystère : les révélations exclusives de Joël (et Cécilia)

Ce soir, le septième épisode de Pékin Express débarque sur M6, le passager mystère. Au menu de cette nouvelle étape : Faustine Bollaert, nouvelle animatrice (pas franchement) mystère; un moment d’égarement dans une voiture; et le retour d’un ancien binôme éliminé ! Dans cette nouvelle saison de Pékin Express, les équipes ont un mois et demi pour repousser […]

Ce soir, le septième épisode de Pékin Express débarque sur M6, le passager mystère. Au menu de cette nouvelle étape : Faustine Bollaert, nouvelle animatrice (pas franchement) mystère; un moment d’égarement dans une voiture; et le retour d’un ancien binôme éliminé !

Dans cette nouvelle saison de Pékin Express, les équipes ont un mois et demi pour repousser leurs limites et jouer de stratégies pour rester dans l’aventure. Cécilia et Joël est l’un des binômes toujours présent dans l’aventure. Cécilia est préparatrice sportive, et Joël coiffeur. Son crédo à lui ? L’aventure humaine, vivre une expérience hors du commun, découvrir de nouvelles cultures et partager des moments inoubliables.

Humoriste averti, touchant de sincérité, mais avec un caractère bien trempé, on guettait les étincelles né de ce duo de choc formé avec la tornade Cécilia. Diamétralement opposés mais finalement très complémentaires, la magie a opéré entre les deux aventuriers. Ses relations avec Cécilia, son retour difficile à la vie quotidienne, ses contacts avec les autres candidats, et même ses rapports avec la production, Joël nous a répondu en toute franchise.

 

Menly- Bonjour Joël. Fraichement revenu de votre périple Pekin Express, racontez-nous le retour à la vie normale ?
Joël- Ça fait bizarre ! On bascule dans une routine quotidienne diamétralement opposée à celle de Pékin. On reprend notre vie là où on l’avait laissée 40 jours plus tôt. Pékin-Express, c’est une aventure humaine ciblée sur l’échange avec les autres. Dans ma vie de tous les jours, c’est le boulot et le paraître qui rythment mes journées…

Le paraître ?
Oui je suis coiffeur! Mon métier est de vendre de l’image soit une notion inconnue dans Pékin Express. Dans l’aventure, on n’est pas là pour ça.

Ce n’est pas trop compliqué de partir du  jour au lendemain pour une épopée pareil ? Vous êtes propriétaire de votre salon. Comment on s’organise pour partir 40 jours ?
Bien sûr que c’est compliqué. Cependant, je travaille avec deux personnes extraordinaires, qui ont toute ma confiance et je sais que mon salon était entre de bonnes mains lors de mon absence.

C’est la seconde fois que vous participez à l’émission Pékin Express. Quel bilan faites-vous ? Une belle aventure humaine ou une compétition hors-pair ?
Les deux. Déjà cette nouvelle saison est différente puisque les candidats ont tous participé au moins une fois à une saison de Pékin Express. Nous étions donc sensés être les meilleurs. Et mon dieu que c’était vrai ! Nous avions à faire face à de gros compétiteurs, des adversaires hors-pairs. Notre vécu nous a tous beaucoup servi pour  mieux appréhender la course. Il n’y a rien de personnel entre les concurrents, nous avions juste soif de victoire.

Fermez les yeux 15 secondes et racontez nous, votre plus beau moment de joie durant cette dernière aventure ?
Sans aucun doute le moment dans l’école avec les enfants, durant notre périple en Corée.

Celui où vous avez failli tout arrêter ?
Oui! Également en Corée du Sud durant le trek… J’avais une gastro et je dois dire que j’ai rarement autant souffert durant une épreuve. La production m’a résonné, et de toute façon, je n’aime pas abandonner. Mais j’avoue avoir été à bout de forces à ce moment de l’aventure.

Celui où vous vous êtes senti invincible ?
A la fin de ce même trek. Une fois que vous avez vécu une étape pareille avec une gastro de cette ampleur…vous pouvez tout faire ! (rires)

De nature calme, vous faisiez équipe avec Cécilia, réputée pour son tempérament de feu. Comment s’est passé cette cohabitation ?
Notre duo a super bien marché. Cécilia on ne la présente pas. C’est une femme combative, déterminée et particulièrement compétitrice. De mon côté, je suis plus posé, plus calme. Notre « couple » était 100% complémentaire. Je la calmais, et elle me boostait. En gros, elle a les jambes et moi la tête.  Elle a la tête dans le guidon, contrairement à moi qui suis plus porté vers l’humain. D’ailleurs Cécilia m’a dit que cette dernière session de Pékin avait été humainement beaucoup plus forte pour elle que la précédente. Elle était moins dans la compétition, et plus attentive  aux rencontres. En plus, on s’est bien marré Cécilia et moi. Elle a l’humour et moi la répartie et l’auto-dérision… on s’est beaucoup amusés. D’ailleurs je suis déçu que le production n’ait pas montré plus d’images de nos fou-rires.

Vous découvrez les émissions en même temps que le public. La réalité est-elle bien retranscrite ?
Non pas tellement. Comme je vous le dis, j’aurais aimé qu’on voit Cécilia moins gueularde et moi moins boulet de service. A l’écran, la relation entre Cécilia est moi est déformée. On était très proches, on a vraiment beaucoup rigolé et vécu une expérience très forte. J’aurais aimé voir plus d’images de cette intimité. Après, je me rends bien compte que la production ne peut pas tout mettre non plus.

Que pouvez-vous nous dire de « celui-qu-on-ne-voit-jamais », le cameraman ?
Une expérience géniale. On est avec lui tout le temps, et de vrais liens se créent entre nous. Bien sûr, il y a des moments où j’ai envie d’être tranquille, mais je respecte, et je sais que c’est son travail. Il faut savoir que les cameramans changent tous les 3 jours, mais qu’à chaque fois, une nouvelle amitié s’est créée. Finalement, nous vivons l’aventure avec eux et les journalistes qui nous interviewent.

Quelles sont les relations entre candidat ? Chacun pour soi ou amis pour la vie ?
Un peu des deux. Il faut savoir que durant l’expérience nous voyons très peu. Seulement durant les jours off qui sont peu nombreux. Sinon on se croise presque pas. Nous sommes tous ici pour gagner, mais nous arrivons à mettre la course de côté durant ces jours où nous sommes tous ensemble. On se raconte nos étapes, les familles qui nous ont accueilli… Cependant j’aurai aimé que la production nous offre plus de moments tous ensemble.

Au moment où l’on fait cette interview, vous êtes toujours dans la course, au cas où la victoire vous échapperait , qui aimeriez-vous voir gagner ?
Sans aucun doute, les Belges. Ils sont géniaux, on a tissé de vrais liens entre nous. Je leur ai toujours dit « au cas où je ne vous écrase pas, j’aimerais que ce soit vous qui m’écrasiez. » J’ai aussi beaucoup aimé Nicole, et j’ai été très ému de son départ.

Prêt à repartir demain si la production vous rappelle ?
Oui, je pense. Cependant, Pékin est merveilleusement chiant. C’est à dire que c’est une expérience incroyable, mais à contrario très dure et très longue. Nous mettons notre égo de côté, on apprend à se découvrir encore plus, et notre âme est assoiffée de compétition. Je suis très reconnaissant vis à vis de M6 de m’avoir fait vivre une telle expérience. Cependant, la Corée a été très difficile pour moi. J’ai eu quelques différents avec la production, le dialogue a eu du mal à passer entre nous, contrairement à la première saison où tout s’était très bien passé. Mais dans l’ensemble il y a plus de points positifs que négatifs, alors oui, je repars demain…!

Merci Joel, et à ce soir sur M6 20h50…!

En attendant de retrouver Joël ce soir… voici un avant-goût qui risque de rester dans les annales :

A lire également sur Menly.fr :

Pékin Epxress : l’interview vérité de Stéphane Rotenberg et d’Alex Goude

Votre avis nous interesse