OL : Aulas au bord des larmes prend dix ans d’un coup
Archives Ancien Menly Mis à jour le Rédigé par Julien Maron

OL : Aulas au bord des larmes prend dix ans d’un coup

L’image était furtive, mais n’est pas passée inaperçue. Traits tirés, visage bouffi et yeux humides, Jean-Michel Aulas, installé en tribune présidentielle, a visiblement souffert plus que de raison dimanche soir, lors de la victoire de l’OL face à Lorient. Il faut dire que son équipe lui a donné quelques sueurs froides. Mené 0-2 après à […]

L’image était furtive, mais n’est pas passée inaperçue. Traits tirés, visage bouffi et yeux humides, Jean-Michel Aulas, installé en tribune présidentielle, a visiblement souffert plus que de raison dimanche soir, lors de la victoire de l’OL face à Lorient. Il faut dire que son équipe lui a donné quelques sueurs froides.

Mené 0-2 après à peine 20 minutes de jeu, l’OL a plus ressemblé à un troupeau de chèvres qu’à une équipe de Ligue 1 pendant plus de 75 minutes. Jusqu’à ce que Lisandro sorte enfin de son hibernation pour égaliser d’une frappe rageuse dans la surface, avant que Gomis n’achève les Merlus à l’orée des arrêts de jeu.

Engoncé dans son pardessus, le président lyonnais, si prompt à défourrailler à tout-va contre la Ligue, les journalistes ou les arbitres, ressemblait tout à coup à un petit garçon qui vient de casser son jouet préféré, mais à qui on vient de dire qu’il allait en avoir un tout neuf. A mi-chemin entre souffrance et soulagement.

Oui, JMA a enfin tombé le masque. Le président le plus implacable de Ligue 1 est en fait terriblement humain. Du coup, on imagine déjà la tête de chien battu de Jean-Michel Aulas samedi prochain au Stade de France, si d’aventure l’OL venait à s’incliner contre Quevilly en finale de la Coupe de France

 

 

A LIRE EGALEMENT :

PSG : pour marquer plus de buts, Ancelotti préfère jouer… sans attaquant

Présidentielle 2012 : La carte de France du vote Front National au premier tour

Votre avis nous interesse