Archives Ancien Menly Mis à jour le 13/03/2012 Rédigé par Julien Maron

« Nicolas Le Pen » : le Wall Street Journal se paie Nicolas Sarkozy après le meeting de Villepinte

Le discours de Nicolas Sarkozy à propos du traité de Shengen et de sa nouvelle politique d’immigration continue de faire réagir la presse internationale. Après l’Angleterre, l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne, c’est maintenant au tour des américains de livrer leurs impressions. C’est donc au Wall Street Journal de consacrer aujourd’hui son article au président français qu’il baptise « Nicolas Le […]

Le discours de Nicolas Sarkozy à propos du traité de Shengen et de sa nouvelle politique d’immigration continue de faire réagir la presse internationale. Après l’Angleterre, l’Italie, l’Espagne et l’Allemagne, c’est maintenant au tour des américains de livrer leurs impressions. C’est donc au Wall Street Journal de consacrer aujourd’hui son article au président français qu’il baptise « Nicolas Le Pen« .

«NICOLAS LE PEN»: c’est sous ce titre choc, que le Wall Street Journal consacre son éditorial. «Même en France, on se montre rarement plus cynique que cela», explique le quotidien économique américain, selon qui «le débat sur l’immigration est principalement une diversion vis-à-vis de l’anxiété des Français envers leur Etat-providence de plus en plus branlant».

La critique est claire : « Même d’après les critères locaux, la récente poussée de xénophobie du président français est assez cynique. » Le Wall Street Journal considère que le Président Sarkozy commence à déborder vers la droite extrémiste et ce en raison d’une « anxiété française à propos de leur système d’Etat-providence incroyablement délabré. »

Le journaliste Rupert Murdoch, plume de l’article en question, rejoint les idées des allemands et des espagnols en dénonçant une tactique du président pour récupérer des voix chez les votants FN.

« Les attaques sur l’immigration sont une tentative pour courtiser les électeurs du Front national xénophobes de Marine Le Pen, pour le premier tour le 22 avril« , écrit le journaliste avant d’ajouter que le discours de Nicolas Sarkozy est « une pensée assez laide, pas seulement pour les sentiment laids sur lesquels cela joue, mais aussi parce que c’est un exemple parfait d’analphabétisme économique. Nous nous demandons si M. Sarkozy comprend aussi que l’étalage évident de son cynisme comme dans ce cas, l’a conduit à la situation difficile dans laquelle il se trouve. »

Courageuse récidive de la part des médias américains qui avaient déjà titré dans le New York Times « Xénophobie: chasser les non-Français » en aout 2010. On avait alors pu lire «Nicolas Sarkozy, qui aime se faire appeler Sarko l’Américain, flatte de dangereuses passions anti-immigrées pour son gain politique à court terme.» 

sources

 

 

 

Votre avis nous interesse