Manuel Valls : « A l’UMP, il existe une certaine ambiguïté
Archives Ancien Menly Mis à jour le Rédigé par Julien Maron
the_title();

20 h 30 – Manuel Valls : « A l’UMP, il existe une certaine ambiguïté concernant le FN » En déplacement dans le XVème arrondissement de Paris, Manuel Valls est venu apporter son soutien au candidat socialiste. Le ministre de l’Intérieur a également profité de l’occasion pour égratigner l’UMP, et notamment Nadine Morano. L’ancienne ministre a, en […]

20 h 30 – Manuel Valls : « A l’UMP, il existe une certaine ambiguïté concernant le FN »

En déplacement dans le XVème arrondissement de Paris, Manuel Valls est venu apporter son soutien au candidat socialiste. Le ministre de l’Intérieur a également profité de l’occasion pour égratigner l’UMP, et notamment Nadine Morano. L’ancienne ministre a, en effet, fait appel aux électeurs du Front national pour tenter d’assurer son élection. « Elle parle de valeurs, qui plus est en mêlant le Front National et le Parti communiste. Elle oublie simplement que les communistes font partie de l’Histoire nationale, qu’ils étaient présents dans le gouvernement du Général de Gaulle. A l’UMP, il existe une certaine ambiguïté concernant le FN, que l’on retrouve chez Jean-François Copé, mais aussi chez Alain Juppé », a-t-il déclaré.

14 h 45 – Christian Estrosi : « Je n’ai plus de raison d’être au service de quelqu’un à l’UMP »

L’UMP ou le bal des ambitieux. On savait Jean-François Copé, François Fillon, Alain Juppé et même Jean-Pierre Raffarin intéressés par la place de président de l’UMP. Voilà que Christian Estrosi se lance, lui aussi, dans la bataille. Le député-maire de Nice, fondateur du mouvement « Le Rassemblement » au sein de l’UMP, considère qu’il n’a « plus de raisons d’être au service de quelqu’un à l’UMP ». « Dès la semaine prochaine, il faut que les personnalités qui comptent à l’UMP se réunissent pour définir les règles du jeu, le calendrier, le mode d’organisation. Nous ne pourrons pas aller à un affrontement de personnes et il faudra un partage des responsabilités », a-t-il ajouté. L’interview complète.

A LIRE AUSSI SUR MENLY.FR :

- Les candidats à la présidence de l’UMP

13h40 : Suite de l’affaire Ségolène Royal. Son adversaire et dissident PS Olivier Farloni n’est pas prêt à se laisser faire. Au micro d’Europe 1, il a déclaré à propos de Mme Royal et du soutien qu’elle reçoit du Parti Socialiste : « être candidate unique au second tour, ça c’était du temps de l’URSS, pas dans la France du XXIe siècle ». Avant d’ajouter :  « le message qui a été adressé par les Rochelais est extrêmement clair: ils veulent d’un député ancré sur son territoire, pas d’une candidature parachutée et imposée ».

12h20 : D’après Ségolène Royal, son ex-mari de Président François Hollande, aurait « fait savoir clairement » à Olivier Falorni, dissident socialiste en Charente-Maritime, « qu’il ne le soutenait pas ». La candidate à la présidentielle de 2007 ajoute que François Hollande a réaffirmé qu’elle était « la seule candidate de la majorité présidentielle ». Un soutien indéfectible qui ne devrait pas ravir Valérie Trierweiler.

11h00 : Marine Le Pen passe (presque) à autre chose. La candidate FN de la fameuse 11ème circonscription du Pas-de-Calais s’est déjà attaquée à Philippe Kemel, son adversaire du second tour.  Selon elle, c’est un « élu transparent (..), d’une personnalité incolore, inodore, sans saveur (..) et donc inutile ». Et d’ajouter : « sa personnalité ne présente aucun intérêt ». C’est sûr qu’après Jean-Luc Mélenchon, c’est dur de faire mieux. Le patron du Front de Gauche s’est d’ailleurs vu adresser un dernier message : « la haine est mauvaise conseillère ». A méditer.

A LIRE AUSSI SUR MENLY.FR : 

Défaite de JL Mélenchon aux Législatives : l’histoire d’un suicide politique

Législatives 2012 – 1er tour : la carte de tous les résultats par circonscription

10h20 : Dur dur pour Jean-Luc Mélenchon. Sa défaite hier à Hénin-Beaumont sonne la fin de sa lutte politique qu’il mène depuis près d’un an. Éliminé des législatives, avec seulement 21,5 % des voix, contre 42,3 % pour Marine Le Pen et 23,5 % pour P. Kemel, il était sur la défensive hier soir, alors interrogé sur BFMTV. S’énervant même quand le journaliste lui demande : « Le Front National vous a mis K.O. au match aller pour la présidentielle, K.O. au match retour pour la législative, allez-vous vous en relever ? » Après un échange houleux avec les journalistes de BFMTV, Alain Marschall lui propose de débriefer avec Marine Le Pen, en duplex. C’est là que l’ancien candidat du Front de gauche quitte le plateau, déclarant : « Je ne crois pas »

Revoir les images de cet échange grâce à puremedias.com :

Jean-Luc Mélenchon quitte le direct sur BFM TV à… par puremedias

 

10h15 : Pour Henri Guaino, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy : « Il n’y a pas de Front républicain contre un parti qui a été validé par la République ». Interviewé ce matin sur BFMTV, il dévoile une position plutôt ambivalente en cas de duel PS-FN au second tour, excluant l’idée de voter pour ou contre le parti de Marine Le Pen.

09h40 : Selon les résultats obtenus, les partis obtiennent un financement de la part de l’Etat. Après le premier tour, les trésoriers de toutes les formations politiques ont calculé leur gain. Concrètement, chaque voix exprimée rapporte en moyenne, 1,70€ par an aux partis (à conditions d’atteindre 1% dans au moins 50 circonscriptions). Sur Le Lab d’Europe 1, on apprend que le PS toucherait prés de 13 millions d’euros par an pendant 5 années. Et les autres ?

– L’UMP : environ 12 millions/an

– Le Front national : environ 6 millions/an

– Le Front de gauche : environ 3 millions/an

– EELV : environ 2,5 millions/an

09h30 : Pour Claude Guéant : « Nadine Morano n’a pas franchi la ligne rouge. C’est un devoir de comprendre que 19% des Français se sont portés sur Le Pen » (iTélé).

09h10 : Marine Le Pen s’est exprimée ce matin sur RMC/BFMTV au lendemain du 1er tour des législatives. Confiante après son score gagnant à Hénin-Beaumont de 42,36%, elle dénonçait sur les ondes « une fracture flagrante » entre les dirigeants parisiens de l’UMP et ses électeurs. 

09h00 : Bruno Le Maire, ancien ministre de l’Agriculture, qui a remporté le premier tour avec 41,35% des voix, dans la 1ère circonscription de l’Eure a dit espérer, ce matin sur Canal +, qu’il n’y ait « ni accord, ni entente, ni discussion » avec le FN pour le second tour des législatives. C’est la position qu’il défendra cet après-midi alors que l’UMP se réunira pour établir la stratégie de l’entre-deux-tours.

A LIRE AUSSI SUR MENLY.FR :

Législatives 2012 – résultats 1er tour : répartition des sièges à l’Assemblée nationale

Législatives 2012 – 1er tour : La carte des résultats par circonscription mise à jour

08h30 : Sur lefigaro.fr, on apprend que le PS appelle le dissident socialiste Olivier Falorni à se désister en faveur de Ségolène Royal.

08h10 : Duel fratricide dans la première circonscription de Charente-Maritime entre Ségolène Royal et le dissident Olivier Falorni. Le socialiste a confirmé ce matin sur Europe1 qui maintiendra sa candidature : « Le message qui a été adressé par les Rochelais, les Rétais est extrêmement clair : ils veulent d’un député ancré sur son territoire, pas d’une candidature parachutée et imposée ». Arrivée en tête avec 32,03%, (contre 28,91% pour Falorni), Mme Royal reste en danger et a appelé son opposant à l’union. En vain…

08h05 : Avec seulement 13,84% des voix, Rama Yade est disqualifiée. Vice-présidente du Parti radical et ex-ministre de Nicolas Sarkozy, elle n’ira pas au second tour dans la 2e circonscription des Hauts-de-Seine.

07h45 : Au lendemain du premier tour des législatives, Brice Hortefeux réagit sur RTL, au micro de Jean-Michel Apathie : « Je crois que la victoire n’est pas impossible. On nous annonçait une vague de la gauche, on a une vaguelette ».

07h40 : Candidat dans les Pyrénées-Orientales et vice-président du FN, Louis Aliot a déclaré sur France 2 hier soir : « ce qui ressort ce soir, au-delà du score du FN, c’est que la gauche, clairement, est minoritaire ». « Le PS, sans les extrémistes du Front de gauche et sans les Verts de Mme Joly, représente moins que l’UMP. Si la gauche minoritaire s’apprête à gouverner la France, c’est que l’UMP a abdiqué ».

A LIRE AUSSI SUR MENLY.FR : 

Suivez les législatives au lendemain du premier tour, en cliquant ici.

07h18 : Nadine Morano, candidate UMP dans la la 5e circonscription de Meurthe-et-Moselle, est arrivée deuxième avec 34,33% des voix, contre 39,29% pour le PS. Sa stratégie, conquérir les électeurs du FN :  « La triangulaire est évitée. J’observe que le FN est plus fort, avec un peu plus de 11 points, qu’en 2007. Je voudrais appeler les électeurs du Front national qui partagent nos valeurs, mes valeurs, à se retrouver sur ma candidature au second tour ». Et de s’adresser à « tous ceux qui ne veulent pas du vote pour les étrangers, qui ne veulent pas une dépense publique débridée, tous ceux qui ne veulent pas que les policiers donnent des récépissés chaque fois qu’ils font un contrôle d’identité, tous ceux qui veulent une bonne gestion de la France (…) à se rassembler derrière (sa) candidature ».

07h00 : François Bayrou va-t-il s’en remettre (encore) ? Son parti, le MoDem, a fait un score décevant hier au premier tour des législatives, soit 1,7%. Loin derrière la candidate socialiste (34,90% contre 23,63%), il s’embarque dans une triangulaire compliquée… Lui même parle d’un « deuxième tour particulièrement ardu » dans sa circonscription : « Les raisons de ce résultat sont très très claires : une partie importante de mon électorat traditionnel n’a pas compris et n’a pas accepté la décision qui a été la mienne de voter pour François Hollande ».

Lundi 11 juin 2012 : 

*******

20h55 : A Hénin-Beaumont, le deuxième tour se jouera sans Jean-Luc Mélenchon. Le duel se fera entre Marine Le Pen et Philippe Kemel.

20h45 : Selon les premières estimations, la petite-fille de Jean-Marie Le Pen, Marion Maréchal-Le Pen, candidate FN dans la 3e circonscription du Vaucluse, serait en tête au premier tour des législatives avec plus de 35% des voix. La nièce de Marine Le Pen, passe devant le favori à Carpentras, le candidat UMP Jean-Michel Ferrand.

20h40 : Pour François Fillon, « il n’y pas eu de vague rose ».

20h00 : Après les premières estimations, lesquelles donnent le PS et l’UMP à égalité avec 35,2% des voix, Jean-François Copé , s’est exprimé sur son score (45,12%), qui est, selon lui, « supérieur à celui du PS ». Sur Twitter, il prévient : « L’irréparable serait que la gauche ait tous les pouvoirs et mette en oeuvre son projet désastreux » :

L’irréparable serait que la gauche ait tous les pouvoirs et mette en oeuvre son projet désastreux.

— Jean-François Copé (@jf_cope) Juin 10, 2012

A LIRE AUSSI SUR MENLY.FR : 

Suivez les résultats des législatives sur Menly.fr en cliquant ici.
Dimanche 10 juin 2012 : 1er tour des législatives 2012 

******

12h30 : Malgré les nombreuses critiques, le portrait de François Hollande, signé Depardon, ne sera pas refait. La photo officielle du nouveau président sera donc envoyée, comme prévu, dans les 36000 mairies de France. N’en déplaise à J.P Garraud, député UMP en Gironde, qui avait dénoncé des « fautes de goût »concernant la disposition du drapeau tricolore, et à ses couleurs « censées être présentées à l’horizontale », mais qui, « apparaissant à la verticale rappelle le drapeau des Pays-Bas ! »

Votre avis nous interesse