L’otage Marie Dedieu est décédée, les ravisseurs cherchent à vendre son corps
Archives Ancien Menly Mis à jour le Rédigé par Julien Maron

L’otage Marie Dedieu est décédée, les ravisseurs cherchent à vendre son corps

Marie Dedieu, enlevée au Kenya dans la nuit du 1er octobre dernier, et détenue en Somalie depuis, est décédée. Si nous ne connaissons ni la date, ni les circonstances de sa mort, ce sont les négociateurs à travers lesquels le gouvernement français cherchait à obtenir la libération de Marie Dedieu qui ont annoncé la mort […]

Marie Dedieu, enlevée au Kenya dans la nuit du 1er octobre dernier, et détenue en Somalie depuis, est décédée.

Si nous ne connaissons ni la date, ni les circonstances de sa mort, ce sont les négociateurs à travers lesquels le gouvernement français cherchait à obtenir la libération de Marie Dedieu qui ont annoncé la mort de la sexagénaire, depuis confirmée officiellement par la voix d’Alain Juppé.

Âgée de 66 ans, Marie Dedieu fut l’une des grandes figures de la lutte féministe. Elle était devenue tétraplégique et devait se déplacer en fauteuil roulant. Mais, surtout, Marie était atteinte d’un cancer qui inquiétait beaucoup son entourage.

« Elle doit prendre des médicaments toutes les quatre heures. Je suis sûr qu’elle souffre beaucoup sans son traitement », avait à ce propos expliqué Abdul Alim, un de ses proches amis, au moment de son enlèvement.

« Son état de santé, l’incertitude sur les conditions de sa détention, le fait que les ravisseurs aient probablement refusé de lui remettre les médicaments que nous lui avons envoyés, nous conduisent à craindre que cette issue tragique soit malheureusement la plus vraisemblable », ajoutait Bernard Valero. Les circonstances de sa mort seraient donc dues à une privation de médicaments, indispensables à son traitement.

Le chef de la diplomatie française, Alain Juppé, a aussi réagi ce jour à la sortie du conseil des ministres, évoquant « un acte d’une barbarie, d’une violence, d’une brutalité inqualifiables. Nous avions tout fait pour essayer d’obtenir sa libération. Nous avions tenté de lui faire parvenir des médicaments par plusieurs canaux et apparemment, ces sauvages n’en ont tenu aucun compte. »

Marie Dedieu était arrivée il y a une quinzaine d’années dans l’archipel de l’océan Indien, vivant d’abord sur la principale île de Lamu, avant de faire construire une maison il y a sept ans sur celle de Manda, qui lui fait face.

Mise à jour du 20/10/2012: La France a réclamé la restitution au plus vite du corps de Marie Dedieu. Mais ce jeudi matin, Gérard Longuet, ministre de la Défense, a déclaré sur iTélé que ses ravisseurs cherchaient « à vendre sa dépouille, c’est le comble de l’abjection. » Mais la France ne mènera pas de représailles car les preneurs d’otage ne sont qu’une « petite bande », a-t-il ajouté.

http://youtu.be/dOx-uWch3hs

 sources

Votre avis nous interesse