Le PS retire une candidature pour détournement de fonds
Archives Ancien Menly Mis à jour le Rédigé par Julien Maron

Le PS retire une candidature pour détournement de fonds

12h12 – Le PS retire sa candidature à Sylvie Andrieux. En effet, la député des quartiers nord de Marseille est accusé de détournement de fonds à hauteur de 720.000 euros et sera jugé en correctionnelle d’ici à la fin de l’année. De l’argent de subventions du Conseil régional, dont elle était vice-présidente en charge de […]

12h12Le PS retire sa candidature à Sylvie Andrieux. En effet, la député des quartiers nord de Marseille est accusé de détournement de fonds à hauteur de 720.000 euros et sera jugé en correctionnelle d’ici à la fin de l’année. De l’argent de subventions du Conseil régional, dont elle était vice-présidente en charge de la politique de la ville, aurait été détournés, « au profit de sa carrière politique personnelle« .

La décision vient d’en haut. C’est Martine Aubry qui l’annonce publiquement. La première secrétaire du PS explique avoir pris la décision en accord « avec le premier ministre » : « la nature et la gravité des faits reprochés, la multiplication des témoignages concordants constituent une atteinte à l’image du Parti socialiste« .

11h34 – Claire Morel, la candidate PS dans la 1ère circonscription de Paris, est soutenue par deux humoristes : Gérald Dahan et Eric Judor.

Retrouvez le soutien des humoristes à la candidate PS en vidéo :

10h56 – Alors qu’il était en déplacement en province pour soutenir les candidats aux législatives, Jean-François Copé n’a pas apporté son soutien à François Fillon : « La vérité, c’est que ce sont paradoxalement les défaites qui forment le caractère beaucoup plus que les victoires. D’ailleurs, il n’y a qu’à regarder les parcours de ceux qui ont des responsabilités dans notre famille politique. Il y en a qui, je ne sais pas comment ils se sont débrouillés… Formidable quoi… On leur a tout donné et ils ont fait un parcours de ceux à qui on a tout donné. Et puis, il y en a d’autres à qui, spontanément, on n’a pas forcément donné les choses et qui sont allés les chercher, comme disait Jacques Chirac, avec les dents. Du coup, c’est pas la même histoire et c’est pas le même tempérament, forcément !« 

10h41Jean-Yves Narquin, frère de Roselyne Bachelot, soutient le Front National dans la 1ère circonscription de Maine-et-Loire. Une circonscription à fort héritage familial puisque son père puis sa sœur, Roselyne donc, y sont élus successivement depuis 40 ans. On peut lire sur le site officiel de Gaëtan Dirand, le candidat frontiste, une déclaration du traitre : « Nous bâtissons aujourd’hui l’opposition à la gauche et la future majorité de demain (…). Vous souhaitez l’union de la droite? Alors votez massivement pour un homme de conviction, Gaëtan Dirand, qui vous représentera dignement« .

Jean-Yves Narquin sera, quant à lui, candidat dans la 3èeme circonscription du même département avec le soutien du FN sous l’étiquette Rassemblement républicain.

09h20 : La chef de file du FN était interrogée sur France 2 ce matin dans Les 4 Vérités, émission dans laquelle elle déclarait : « Il faut arrêter l’immigration d’urgence car la situation est ingérable ». 

Marine Le Pen : «Il faut arrêter l’immigration d’urgence car la situation est ingérable». Invitée aux Quatre Vérités sur France 2, la chef de fille du FN revient sur les déclarations d’Alain Juppé dans Paris Match. «Cela permet de clarifier que l’UMP n’est qu’une associations d’égos, d’intérêts électoraux», attaque-t-elle critiquant le fait qu’il n’y ait plus de leader naturel à l’UMP depuis le forfait de Nicolas Sarkozy. «Je dis aux électeurs, ne faites pas de chèque en blanc, votez bleu Marine, il n’y a qu’un leader… Il faut arrêter les batailles de chiffonniers, qui va durer à l’UMP des mois et des mois … » A la question de savoir si les candidats frontistes vont se maintenir en cas de triangulaire aux législatives, Marine Le Pen est claire : «Oui bien sûr. »

09h15 : Manuel Valls a confirmé, au micro de J.J Bourdin ce matin qu’il ne reviendrait pas sur la loi interdisant le port de la burqa. Aussi a-t-il assuré mettre « le paquet sur les zones rurales où il y a de nombreux cambriolages ». 

A LIRE AUSSI SUR MENLY.FR : 

Education : 1000 postes supplémentaires pour le primaire en zones rurales

Suivez Grollande Hebdo n°2 : retour sur la semaine diplomatique du président Hollande

08h45 : Alain Juppé dément les rumeurs selon lesquelles il se présenterait à la présidence de l’UMP : « Je déments formellement ces propos. Je ne me retrouve absolument pas dans cet article. Même dans les mots qu’on me prête » (évoquant un article paru dans Paris Match aujourd’hui). « Je n’ai jamais tenu ces propos » (…) « C’est en parfaite contradiction avec ce que j’essaie de faire, rassembler notre famille politique. On verra bien au mois de novembre ce qui se passe… « 

08h35 : Bernard Kouchner a déclaré ce matin sur RTL : « Je n’ai jamais voté à droite ». Autrement dit, l’ancien ministre des affaires étrangères n’a pas voté Nicolas Sarkozy aux dernières présidentielles. Précisant par ailleurs, ne pas regretter avoir été une des figures de l’ouverture voulue par l’ancien chef de l’Etat. Et concernant François Hollande, il qualifie ses débuts de « pas mauvais ».

07h25 : La guerre des chefs continue à l’UMP. Dans les rôles principaux, François Fillon qui joue l’apaisement, et Jean-François Copé, plus offensif, qui met en avant son expérience, hier soir lors d’un meeting de soutien à Port-Leucate pour les législatives. Ce dernier fustige le parcours, trop facile, de son adversaire, sans jamais citer son nom : « Le parcours de ceux » à qui, à droite, « on a tout donné », là où lui a dû « faire une à une toutes les étapes ». « J’ai connu l’euphorie des victoires et la souffrance des défaites. J’ai moi cette chance d’avoir fait une à une toutes les étapes du parcours qui ont pu me mener à avoir cette chance immense d’animer notre parti ». De son côté, Fillon était interviewé au JT de France 2 hier. A propos des déclarations d’Alain Juppé disant qu’il était disponible, il ironise : « Quand c’est moi qui m’exprime, cela fait beaucoup de bruit. Je vois qu’Alain Juppé dit la même chose que ce que je disais la semaine dernière ».

06h45 : Interrogé sur France 2 hier soir lors du JT présenté par David Pujadas, François Fillon est revenu sur le quinquennat Sarkozy : « Nicolas Sarkozy manque à la droite républicaine. Il laisse un vide que personne aujourd’hui ne peut prétendre combler ». Et au sujet du nouveau président : Hollande « a paru assez distant par rapport aux décisions à prendre, il a paru plus candidat que président. Il y a une sorte de distance qui ressemble à un engagement moindre que celui qui caractérise Nicolas Sarkozy ». Et d’ajouter : Hollande « ne donne pas le sentiment » d’avoir pris « la mesure de la crise ».

Jeudi 31 mai 2012 : 

*******

16 h 45 – Marine Le Pen pourrait « adhérer aux propos d’Eric Zemmour sur Christiane Taubira »

« Oui, je peux adhérer à ses propos. Même si je n’avais pas adhéré à ses propos, j’aurais quand même défendu la liberté de la presse ». Eric Zemmour, critiqué pour ses attaques envers Christiane Taubira, a trouvé en Marine Le Pen un soutien. Selon Marine Le Pen, Christiane Taubira « est totalement incapable de lutter contre l’explosion du racisme anti-blanc de la même manière que l’UMP n’était pas capable de lutter contre l’explosion du racisme anti-blanc et du racisme anti-français qui fait des ravages dans les banlieues ».

11h33 - Le communiste Hervé Poly, suppléant de Jean-Luc Mélenchon dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, a déposé plainte contre X hier au commissariat d’Hénin-Beaumont après la diffusion de faux tracts du candidat du Front de gauche. Des petits malins au FN ont eu la mauvaise idée de distribuer des faux tracts du candidat du Front de gauche. Sur ceux-ci, on peut donc admirer une photo de Jean-Luc Mélenchon et lire une phrase d’un de ses discours de campagne présidentielle en français et en arabe, à Marseille, où il disait qu’il « n’y a pas d’avenir pour la France sans les Arabes et les Berbères du Maghreb« .

La plainte condamne un viol du code électoral : « Normalement, sur tous les tracts doivent apparaître l’imprimeur, le nom du mandataire financier. Le candidat doit valider tout tract. Rien de tout cela n’apparaît sur le document en question« .

Mélenchon est revenu sur ce tract alors qu’il était sur le plateau de Jean-Jacques Bourdin : « On voit bien que c’est un tract d’extrême droite (…) C’est un grossier faux destiné à exciter les gens les uns contre les autres« , a déclaré mercredi Jean-Luc Mélenchon sur BFM-TV et RMC. « Cela s’appelle de la fausse propagande. Cela peut coûter l’inéligibilité à Madame Le Pen dans tous ses mandats« .

10h51 – Qui a dit que Jean-Luc Mélenchon s’était calmé ? La société des journalistes de l’Express dénonce « une agression verbal » à l’encontre de l’un des leurs : « Qu’est-ce que vous faites encore là, sale petit espion ? Ça fait trois jours que vous m’espionnez, rentrez à Paris écrire vos saloperies dans votre journal fasciste. Fichez-moi le camp, dégagez !« .

Renaud Revel, le journaliste en question, écrit sur son blog : « La rédaction de L’Express, le journal de Jean-Jacques Servan-Schreiber, de Françoise Giroud, de François Mauriac, d’Albert Camus, de Raymond Aron… n’a aucune leçon à recevoir de Monsieur Mélenchon. L’histoire de notre titre, dont nous sommes collectivement les héritiers et les garants, nous place à mille lieues de telles calomnies. La Société des journalistes de L’Express sera à l’avenir particulièrement attentive aux déclarations de Jean-Luc Mélenchon et donnera à ses propos diffamatoires les suites judiciaires appropriées. La liberté de la presse est un bien trop précieux pour laisser les intimidations de quiconque l’empêcher de s’exercer« .

10h24 – Marine Le Pen a flingué François Hollande après son intervention sur le JT de France 2 : « Quel projet ? Quelle vision ? Aucune imagination. Il n’y avait rien de nouveau. C’étaient les mêmes propositions que fait le PS depuis des années et des années. Le traditionnel petit coup de pouce au SMIC sera dérisoire« .

10h20 – François Bayrou soutient François Hollande dans la hiérarchie de sanction que ce dernier a mis en place : « Il faut que la communauté internationale muscle, ou en tout cas renforce un dispositif de sanctions qui sera réellement dissuasif, parce qu’on ne peut pas laisser un chef d’État écraser son peuple comme c’est en train depuis des mois et des mois de se faire en Syrie. Ça ne peut se faire que sous mandat international et qu’avec le concours et l’aide de la Ligue arabe. Je pense qu’il ne faut rien exclure, je pense que François Hollande a eu raison de dessiner cette hiérarchie des sanctions« .

Votre avis nous interesse