Archives Ancien Menly Mis à jour le 14/06/2012 Rédigé par Julien Maron

Le petit journal de l’Euro, ép 6 : Cristiano Ronaldo aux fraises, Shevchenko chez Carglass

  MERCREDI 13 JUIN 1) C’est ça, le Portugal ? Et dire qu’il espère remporter le Ballon d’Or… Cristiano Ronaldo, autoproclamé meilleur joueur du Monde (alors que tout le monde sait que c’est Sammy Traoré), a raté tout ce qu’il a voulu face au Danemark, n’a toujours pas marqué dans cet Euro et s’est pris […]

 

MERCREDI 13 JUIN

1) C’est ça, le Portugal ?

Et dire qu’il espère remporter le Ballon d’Or… Cristiano Ronaldo, autoproclamé meilleur joueur du Monde (alors que tout le monde sait que c’est Sammy Traoré), a raté tout ce qu’il a voulu face au Danemark, n’a toujours pas marqué dans cet Euro et s’est pris un carton jaune pour un mauvais geste en fin de match. Bon, l’essentiel reste que le Portugal a remporté sa première victoire dans le tournoi au terme d’un match spectaculaire face au Danois (3-2). Les Lusitaniens ont ouvert le score par Pepe – aka « le découpeur de Bernabeu » (24e) et ont rapidement doublé la mise par Postiga (36e). Match plié ? Pas du tout. Car le Danois Bendtner, jamais très convaincant du temps où il dézinguait les pigeons sur le toit d’Highbury, a sorti de son chapeau un improbable doublé qui semblait devoir donner un point important au Danemark et envoyer les Portugais en Enfer. Mais Varela, qui s’y est quand même repris à 2 fois, a permis au Portugal de prendre 3 points précieux avant d’affronter les Pays-Bas, dimanche.

2) Groupe B ? Maths sup’, maths spé !

Zéro points en deux matchs. Normalement, ça devrait être plié pour les Hollandais, dont l’égo et la suffisance n’ont eu d’égal que leur apathie généralisée pendant cet Euro, à l’image de leur défaite mercredi soir face à l’Allemagne (1-2, doublé de Gomez, réduction du score de Van Persie). Oui, mais ce « groupe de la mort » sera disputé jusqu’au bout, puisque les 4 équipes peuvent encore se qualifier ou être éliminées selon les cas de figure, y compris les vice-champions du Monde. Mais alors là, attention : il faut avoir fait maths sup’,maths spé comme Alain Juppé, ou ressortir sa vieille Texas Instrument du lycée. Et là, pas envie.

3) Roulette russe

Suite aux agissements de ses supporters (lire le PJE du 12 juin ci-dessous), la Russie a écopé de 6 points de suspension ! Vu comme ça, ça paraît énorme. Sauf que, d’une : il s’agit de 6 points de suspension avec sursis. Et de deux : cette suspension éventuelle ne prendrait effet qu’à partir des éliminatoires du prochain Euro (2016, en France), soit à l’automne 2014. Une épée de Damoclès suffisamment dissuasive pour les hooligans russes ? A voir…

4) Caaarglass répare, Caaarglass remplace !

Elevé au rang d’icône nationale après son doublé décisif face à la Suède, Andreï Shevchenko a fait trembler toute une nation en étant victime d’un accident de la route alors qu’il rentrait chez lui après le match, lundi soir. Horreur ! Malheur ! Panique dans les chaumières aux 4 coins du pays, de L’viv à Karkhiv, de Kiev à Odessa. Bon en fait, il s’est juste fait percuter sa Porsche par l’arrière, à faible vitesse. Bilan : un clignotant cassé. Et un impact sur le pare-brise arrière. Ils interviennent jusqu’en Ukraine, chez Carglass ?

5) Raie suédoise offerte

Après leur défaite inaugurale face à l’Ukraine, les Suédois ont décidé de prendre des mesures drastiques. Pour expier leur péché d’orgueil (ils pensaient que Shevchenko était en maison de retraite) et punir ceux qui ont failli, les Scandinaves ont inventé pire que la flagellation : le « supplice du cul nu ». La règle du jeu est on ne peut plus simple : le fautif (en l’occurrence le gardien remplaçant Johan Wiland) s’agenouille prestement sur le gazon et présente son séant à ses coéquipiers, qui peuvent alors s’en donner à coeur-joie en envoyant quelques parpaings bien frappés directement dans le fondement du vilain à châtier. Basique, mais toujours efficace. Encore faut-il savoir viser. Et c’est là qu’on comprend mieux pourquoi les Suédois se sont inclinés face aux Ukrainiens… Jugez plutôt.

C’est tout ? Oui, et c’est déjà pas mal…

A LIRE EGALEMENT SUR MENLY :

Euro 2012 : l’Allemagne ne gagnera pas, comme d’habitude

Euro-Trash : une bombasse russe fait sensation, Angela Merkel soutient les Pays-Bas

*******************

MARDI 12 JUIN

Tout savoir (ou presque), jour après jour, sur l’Euro 2012, grâce au Journal de l’Euro de Menly !

1) La Pologne respire encore…

Beaucoup pensaient que les deux pays organisateurs de l’Euro, la Pologne et l’Ukraine, ne passeraient pas le premier tour. Après la victoire ukrainienne – et le retentissant doublé de Shevchenko – de lundi face à la Suède, la Pologne va peut-être également faire mentir les observateurs. Opposés à la Russie, l’épouvantail du groupe A, les Polonais d’Obraniak et Perquis ont encaissé le premier but (37e) par Dzagoev (3e réalisation en 2 matchs) et ont souffert face à la maîtrise technique supérieure des hommes d’Advocaat. Mais après le repos, les locaux ont sorti le bleu de chauffe et se sont dépouillés pour aller chercher l’égalisation par Blaszczykowski (57e), auteur d’un joli parpaing du gauche à 20 mètres. La Pologne jouera sa qualif’ lors d’une finale face à République Tchèque, samedi.

2) … la République tchèque aussi

Dévastés par la Russie (1-4) lors du premier match, les Tchèques se sont ressaisis en disposant de la Grèce (2-1)… sans convaincre. Alors qu’ils menaient 2-0 après seulement 6 minutes de jeu, les partenaires du Bordelais Plasil ont ensuite laisser jouer les Grecs, qui ne se sont pas fait prier pour réduire le score sur une boulette phénoménale de Cech (Apoula Edel style). Dans les dernières minutes, les Hellènes ont fait passer quelques frayeurs dans la défense tchèque. En vain. Même en foot, la Grèce est en pleine crise…

3) Fight Club

D’habitude, ce sont les hooligans anglais qui, après une bonne dizaine de pintes de Guinness bien tassées, bastonnent à tout-va pendant les grandes compétitions. Assagis et lourdement encadrés pendant l’Euro 2012, ces derniers ont laissé le rôle du Père Fouettard aux supporters russes, qui préfèrent sans doute la vodka mais partagent la même passion que leurs homologues rosb anglais pour la castagne. Des hooligans russes avaient déjà frappé des stadiers vendredi à Wroclaw. Mardi, ils ont remis ça à Varsovie avant Pologne-Russie en provoquant les locaux, alors que le contexte historique entre les 2 nations est, comment dire… un peu tendu. Bilan : une centaine d’arrestations et 10 blessés. On attend la suite…

4) Nasri superstar

Mais qu’il est bête, ce Nasri. Au lieu de fêter sobrement son but et de répondre ainsi avec classe et dignité aux critiques dont il a fait l’objet, il a fallu qu’il fasse son petit caïd de quartier en insultant les journalistes de L’Equipe. Résultat : mardi, sur toutes les ondes, dans tous les papiers, sur tous les plateaux, il n’était question que de ça : le doigt (même pas d’honneur) de Nasri et son désormais fameux « Ferme ta gueule ». En filigrane : le retour des sales gosses. Une polémique qui a vampirisé l’attention médiatique et a tout occulté pendant 24h : le match nul des Bleus, mais aussi le but de Nasri. Ca, c’est de la com’ intelligente…

5) Cassano fait du Nicollin

Plus réputé pour ses traits de génie sur le terrain que pour ses traits d’esprit, Antonio Cassano a ajouté une ligne à sa « légende » personnelle mardi. Interrogé en conférence de presse par un journaliste italien qui lui faisait part de la rumeur selon laquelle deux joueurs de la Squadra seraient gays, l’attaquant de poche du Milan AC s’est fendu d’une saillie qui va faire bondir le Paris Foot Gay : Il vaut mieux que je ne dise pas ce que je pense, sinon ça va être le bordel et je serai attaqué de tous les côtés. C’est leur problème s’ils sont pédés. Tout cela ne me regarde pas, mais j’espère qu’il n’y en a pas en Nazionale. » Rien à ajouter, la grande classe.

C’est tout pour aujourd’hui. Et c’est déjà pas mal.

 

A LIRE AUSSI SUR MENLY :

Nasri, Benzema, Ribéry : le trio offensif des Bleus n’était pas d’attaque

Euro-Trash : Thierry Roland diffère son retour

 

LUNDI 11 JUIN

Des Anglais au rabais, oui, mais des Anglais quand même ! Et lorsqu’ils s’agit de nous pourrir la vie, comme par miracle les envoyés de la Perfide Albion retrouvent toutes leurs vertus. Mais le match nul des Bleus devant l’Angleterre n’est pas la seule nouvelle de la journée. Cruyff a encore été méchant, les Bleus ont 1 chance sur 2 de passer en 1/4 et l’éléphant se trompe énormément. Ah, et on a aussi  lu sur les lèvres de Nasri, et c’est pas joli, joli. C’est tout ? Oui, et c’est déjà pas mal.

1) Nasri, la revanche

Aphone et critiqué pendant les 3 matchs de préparation des Bleus, Samir Nasri n’était pas mécontent d’avoir marqué face à l’Angleterre. Et comme à chaque fois dans pareil cas, il faut scruter la réaction du buteur en rédemption. Le Citizen n’a pas failli à la tradition et a clairement fait signe à ses détracteurs de « fermer leur clapet » d’un geste éloquent, en lâchant un « Ferme ta gueule » facilement décryptable sur les images et en posant ensuite un doigt sur sa bouche comme pour dire « chut ». Bon à part ça, il n’a rien fait. Mais il a eu sa revanche.

2) Cruyff démonte Van Marwijk

Quand il est question de critiquer, Johan Cruyff se pose là. Surtout lorsqu’il s’agit du Barça ou de la sélection néerlandaise, dont il a porté les deux maillots. Visiblement peu satisfait par la prestation des Oranje face au Danemark (on ne peut pas lui donner tort), le Roi Johan a sorti la sulfateuse : « L’équipe est divisée en deux blocs et doit vite résoudre ce problème. Wesley Sneijder se voit obligé de jouer vingt-cinq mètres derrière les attaquants, c’est une charge ingrate et pesante. Et puis Van Bommel et De Jong ont trop eu le ballon, alors que la possession et la construction des actions d’attaque devraient revenir à d’autres joueurs. »

Qu’est-ce que ça va être en cas de défaite face à l’Allemagne…

3) Stat’ attack

Rassurant… ou pas. Depuis 1984, 46,9% des équipes ayant conclu leur 1er match par un nul se sont qualifiées pour la phase à élimination directe. Un peu moins d’une sur deux, en somme. Pour le reste, on notera que les Bleus ont dominé les Rosb Britanniques dans tous les secteurs : possession : 65%/35%, fautes : 9/7, tacles : 17/28, tirs 21 (15 cadrés)/5 (1 cadré).

4) Un éléphant, ça SE trompe énormément

Après Paul le Poulpe en 2010, un autre animal aux supposés pouvoirs de prédiction exceptionnels a pris la relève pour l’Euro 2012. C’est désormais l’éléphant femelle Citta, 33 ans, résidente du zoo de Varsovie, qui est chargée de faire ses pronos pour les matchs de l’Euro. Pour ce qui est du Russie-Pologne de mardi, le pachyderme n’a eu aucune hésitation et a sauté sur la pomme représentant la Pologne. De bonne augure pour les partenaires de Ludovic Obraniak ? Rien n’est moins sûr : pour le match d’ouverture face à la Grèce, cette charlatane avait déjà pronostiqué une victoire polonaise (score final 1-1).

5) Twittos Academy

Que disaient les Twittos pendant France-Angleterre ? Oh, des trucs de ce genre :

Dr Zaius ‏@DocteurZaius
Bordel, Eric Besson qui fait le débrief du match France Angleterre sur Itélé…

Roeun Chantha ‏@RoeunChantha
France – Angleterre…Le match le plus naze depuis l’ouverture de l’Euro…

Captain Clito ‏@Carter_Clito
J’suis pas d’humeur, vaut mieux pas que je tweet du France-Angleterre sinon ça kicker.

[J.A.C.K.] ‏@JackxParker
Heureusement qu’Ashley Cole est meilleur footballeur que mari.

[J.A.C.K.] ‏@JackxParker
Si j’entends encore une fois « Ribéry… Nasri… Ribéry… Nasri… » je jette ma télé par la fenêtre.

Edragas Virgile ‏@Bipzia
Par rapport à France Angleterre, Espagne Italie c’était un régal … c’est pour dire !

 A LIRE EGALEMENT SUR MENLY :

Roland Garros 2012 : Nadal, la légende est en marche

Euro-Trash : petits compliments entre amis (dopés ?)

**************************

DIMANCHE 10 JUIN

Au programme de ce dimanche : le groupe C avec l’Espagne, l’Italie, la Croatie et l’Irlande. Sans faire offense aux Irlandais et aux Croates, on se cognait pas mal de leur match. Pour être honnête, on attendait surtout Espagne-Italie et on a assisté au meilleur match depuis le début de l’Euro. Bon, mais une fois qu’on a dit ça, on n’a pas tout dit non plus. D’ailleurs, voici les 5 infos essentielles à retenir de ce dimanche. C’est Jacky de la compta qui va être fou demain au bureau…

 

1) Mauvaise foi

Quand un favori se fait accrocher, il cherche souvent à justifier sa contre-performance par la conjonction d’éléments extérieurs évidemment perturbateurs. C’est le cas des Espagnols qui n’ont rien trouvé de mieux que d’expliquer leur match nul face à l’Italie en rejetant la faute sur… la pelouse ! « Trop sèche« , selon Iniesta. Xavi et Casillas ont eux aussi critiqué la pelouse de la Gdansk Arena.

2) Gazon maudit

Etrange choix que celui de Del Bosque. Face à l’Italie, le sélectionneur espagnol a en effet pris l’option de n’aligner aucun attaquant ! Un choix payant puisque Fabregas, vaguement aligné en pointe, a inscrit le seul but espagnol alors que Torres, entré en fin de match, a raté tout ce qu’il a voulu et bouffé la feuille. Mais dans le jeu, l’Espagne a souffert d’un manque criant d’impact devant. Du coup, Del Bosque a cru bon de se justifier après le match : « Nous avons trois grands attaquants. Mais Cesc Fabregas peut en être un aussi. Sur le terrain tout le monde ne s’entend pas. Face à l’Italie j’ai voulu tenter cette option qui était la meilleure selon moi. Peut-être qu’on n’avait pas forcément raison. »

Le « sur le terrain, tout le monde ne s’entend pas » est un peu passé inaperçu. Il sous-entend pourtant pas mal de choses

3) Signé Robben

« J’ai eu quelques belles occasions. Au lieu de tirer directement au but, j’ai cherché un coéquipier. J’ai sans doute été trop collectif. » Cette phrase est signée Arjen Robben, au lendemain du match Pays-Bas-Danemark pendant lequel il a frappé 6 fois au but sans cadrer une seule fois. What else ?

4) I believe I can’t fly

A quelques heures du choc du groupe D face aux Bleus, outre-Manche les observateurs sont unanimes : cette équipe d’Angleterre n’a aucune chance d’aller loin dans le tournoi. Après Alan Shearer, c’est au tour d’une autre légende du foot british de donner son avis sur la question, Gary Lineker. Et il est assez tranché : « En Angleterre, peu de gens pensent que l’on va gagner l’Euro. Ce qui est assez inhabituel parce qu’à chaque fois, ils pensent que l’on va s’imposer dans les grands tournois. »

5) One day in Donetsk !

Bon allez. Vous prenez votre après-midi, vous quittez le bureau à midi. Une demi-heure de trajet jusqu’à Roissy et vous chopez le premier Paris-Kiev qui part, disons vers 13h. 4h30 de vol plus tard, vous êtes dans la 2e ville d’Ukraine et vous ralliez la Donbass Arena en une petite demi-heure. Eh ben voilà, c’est fait : vous allez voir France-Angleterre. Une prouesse rendue possible par le fait qu’il reste encore des places à vendre pour France-Angleterre. 724 billets exactement n’ont pas encore trouvé preneur.

A LIRE AUSSI SUR MENLY :

Mercato, rumeurs et transferts : Giroud en route pour Arsenal, l’OM espère Krasic

Euro 2012 : Malouda, un Ben Arfa dans chaque orteil

*******************

SAMEDI 9 JUIN

Le « groupe de la mort »… Brrr, ça foutrait presque les jetons. Il n’y avait pourtant rien de bien effrayant dans les deux matchs du jour. Pays-Bas-Danemark et le très attendu Allemagne-Portugal ont en effet accouché de deux matchs assez fermés. Et même chiants, pour être franc.

Mais qu’à cela ne tienne, vous aurez quand même des trucs intéressants à raconter dimanche midi, quand votre beau-père essaiera de se la jouer expert entre le gigot et le camembert en affirmant avec un son air condescendant que « l’Allemagne, c’est plus ce que c’était ». Grâce au « Petit journal de l’Euro » de Menly, vous aurez 5 bonnes raisons de lui clouer le bec, à beau-papa.

Chaque soir, retrouvez sur Menly les 5 infos essentielles de la journée.

1) 99% con

Malgré son image de gendre idéal et sa dégaine de bibliothécaire, Arsène Wenger est comme Luis Fernandez et Franck Ribéry : il adore écorcher la langue de Jean D’Ormesson. Dans ses commentaires sur TF1 pendant Allemagne-Portugal,  l’idole de Christian JeanPierre nous a pondu une phrase pour le moins énigmatique : « 99 fois sur 100, un match démarre toujours à un moment ou un autre« . Nébuleux. Mais heureusement, l’Alsacien a immédiatement éclairé son propos : « Parfois c’est tard, comme là. » Sinon, Arsène dit aussi « Par-ce » au lieu de « parce que« . Pas de doute, en voilà un qui est prêt à bosser sur RMC.

2) Fausse modestie

Pour fêter le 20e anniversaire de son succès inattendu lors de l’Euro 1992, le Danemark s’est offert le scalp des Pays-Bas (1-0). Personne ne donne cher de la peau des Scandinaves dans le « Groupe de la mort ». Tout comme personne n’osait envisager la victoire finale des Danois il y a 20 piges. Et dire qu’avant le match, Jesper Olsen le sélectionneur danois espérait du bout des lèvres obtenir un match nul…

3) Spanish RIP

On se demandait quand ça arriverait. Il n’a finalement fallu attendre qu’une seule journée pour qu’un premier décès soit à déplorer lors de cet Euro. Un supporter espagnol a en effet été retrouvé sans vie à Makeyevka, près de Donetsk en Ukraine. Agressé puis tué sans motif apparent. Bienvenue en Ukraine.

4) Mafia Blues

L’Italie fait profil bas avant son entrée ne lice face à l’Espagne, dimanche. Touchée par le scandale du Calcioscommesse, la Squadra de Prandelli se la joue « on n’a rien à perdre, on est tellement à la rue que tout ce qui peut nous arriver ne peut être que du bonheur« . Mouais. On les connaît les Italiens.

5) Subliminal Bodin

Drôle d’apparition en pleine retransmission d’Allemagne-Portugal. Au moment où Cristiano Ronaldo déborde côté gauche, Louis Bodin, le monsieur météo – qui ressemble à Monsieur Propre – de TF1 est apparu l’espace d’une seconde. Un peu long pour une image subliminale. Voyez plutôt :

 

A LIRE AUSSI SUR MENLY

Euro 2012 – Dans le bus des Bleus : Diarra et la coquetterie

Euro-Trash : Des hooligans russes blessent des stadiers

*************************

VENDREDI 8 JUIN

La poule A était à l’honneur en ce vendredi 8 juin, date d’ouverture de cet Euro 2012. La Pologne, co-organisatrice de l’épreuve, avait le privilège d’essuyer les plâtres face à la Grèce. L’autre match du jour opposait la Russie à la République Tchèque.

1) Made in Ligue 1
La ligue 1 était bien représentée lors de cette première journée de compétition. Outre le Sochalien Perquis, dont les racines polonaises sont assez lointaines, les Girondins Obraniaklui aussi victime de racisme – et Plasil étaient titulaires avec leur sélection respective.

2) Ca joue !
Contrairement à l’Euro 2008 qui avait eu du mal à démarrer et à l’édition précédente au Portugal – l’un des Euros les plus moisis de l’histoire – celui-ci a débuté par 2 matchs assez enlevés et 7 buts inscrits. Mieux encore : il y a eu autant de buts lors de ces deux premières rencontres qu’après les cinq premières de la Coupe du Monde 2010. Pourvu que ça dure…

3) Moulinette russe
Malgré le mutisme de son attaquant-vedette, Alexander Kerzhakov (Zénith Saint-Pétersbourg), la Russie a entamé son Euro de façon impressionnante en déglinguant la République Tchèque (4-1). Comme en 2008 lorsqu’ils avaient été demi-finalistes, les Russes proposent un jeu vif et inspiré, avec un Arshavin qui n’a rien à voir avec le fantôme du spectre entrevu avec Arsenal pendant 3 ans. Bref, la Russie se pose d’entrée comme un outsider crédible.

4) Euro maudit
Gagner l’Euro ? Non merci ! Depuis le début du siècle, les vainqueurs du championnat d’Europe ont connu de bien tristes sorts. La France, lauréate en 2000, a fini la décennie avec Knysna. Quant à la Grèce (vainqueur 2004) et l’Espagne (vainqueur 2008), ces deux pays sont aujourd’hui au bord de la faillite… Aucun rapport ? C’est ça, z’avez qu’à dire que c’est une coïncidence aussi…

5) Twittos
Et une petite sélection des meilleurs tweets de la journée pour finir  :

Karim Boukercha ‏@Karim_Boukercha
Ce soir, on a droit à un Petr Cech en bois !! #roucasserie #euro2012

Nain Portekoi ‏@Nain_Portekoi
J’aime bien le #foot. Juste je ne supporte pas les footballeurs, les supporters et les commentateurs sportifs. ##Euro2012

Adrien PG ‏@AdrienPG
Pourquoi la Russie joue l’euro alors qu’elle est pas dans l’Europe ? Prochain match de l’euro : Australie – Niger

J’attends… ‏@Benoit_Martinez
Mardi Grèce/République tchèque… Ce sera la 1ère fois depuis longtemps que des Grecs approcheront des tChèques d’aussi près.

Custin d’Astrée ‏@custinda
Idée pour la Grèce : jouer sa dette à quitte ou double contre l’Allemagne

PLUS D’EURO ?

Euro-Trash : Youporn ou vodka, la Pologne a fait son choix

Euro 2012 – Dans le bus des Bleus : M’Vila quasi forfait pour l’Angleterre

Votre avis nous interesse