Archives Ancien Menly Il y a 2 années Rédigé par Julien Maron

Le Petit Journal de l’Euro, ép. 14 : les Espagnols faux-culs, Casillas aime les Guignols, Blanc brouille les pistes

1) La cerise sur la forêt noire « L’Allemagne sort la Grèce de l’Euro »… « La Grèce n’a pas fait le poids »… Vous n’échapperez pas à genre de titre facile sur le Web ou dans la presse après la victoire sans appel de la Mannschaft sur la sélection hellène (4-2). Il faut dire que les Teutons n’ont […]

1) La cerise sur la forêt noire

« L’Allemagne sort la Grèce de l’Euro »… « La Grèce n’a pas fait le poids »… Vous n’échapperez pas à genre de titre facile sur le Web ou dans la presse après la victoire sans appel de la Mannschaft sur la sélection hellène (4-2). Il faut dire que les Teutons n’ont pas fait les choses à moitié : un score de Bundesliga, des patates de 20 mètres à l’ancienne, du spectacle et une Angela Merkel au bord de l’orgasme dans les tribunes. Bref, l’Allemagne est en demi-finale, comme d’habitude…

2) Les Espagnols jouent l’intox

Si en privé les Espagnols prennent les Bleus pour des peintres, en tout cas en public ils le cachent plutôt bien. Depuis l’épisode de 2006, la Roja a appris à ne pas sous-estimer l’équipe de France, d’autant que l’Espagne n’a jamais battu la France en phase finale d’une grande compétition. Oui, bon. Mais à l’heure actuelle, il n’y a clairement pas photo entre la première nation et la 14e au classement FIFA. Et pourtant, La bande à Del Bosque continue de la jouer prudente. Donc avec l’Espagne c’est tout ou tout l’autre : soit ils nous entrrent en annonçant la retraite de Zidane, soit ils nous font passer pour des cadors. Aucun sens de la nuance, ces méditerranéens…

3) Casillas aime les Guignols

La polémique a fait du bruit en Espagne. Il faut dire que les sportifs espagnols ont pris cher – et continuent de prendre cher – dans les Guignols de Canal+, qui sous-enten font passer les Ibères pour des mecs qui se chargent comme des mules. La plupart d’entre eux ont réagi de façon assez virulente à ces accusations latentes, dont Yannick Noah est le premier instigateur.

Mais certains ont pris ça pour ce que c’est : de l’humour. C’est le cas d’Iker Casillas : « Les Guignols restent des comiques, pour moi. C’est de notre faute si on y accorde autant d’importance. Personnellement, ça me flatte d’avoir ma marionnette, qui me ressemble un peu d’ailleurs. » Eh ben voilà. « De l’humour »… Fallait y penser.

4) Nasri ? Diarra ? M’Vila ? Martin ? Valbuena ?

Si la compo de l’équipe espagnole ne fait pratiquement aucun doute – la seule incertitude est de savoir qui de Torres ou de Fabregas occupera le poste d’attaquant axial – celle de l’équipe de France laisse place à plus d’interrogations. Si derrière la titularisation de Koscielny à la place de Mexès est acquise et devant les places de Benzema et Ribéry réservées, au milieu c’est le mystère total. on pourrait avoir droit à ça : Diarra-M’Vila-Cabaye. Ou encore à ça : M’Vila-Martin-Cabaye. Ou bien même à ça : Diarra-M’Vila-Cabaye-Nasri en 4-4-2. Bref, Laurent Blanc n’a évidemment rien voulu dire et on ne découvrira la compo qu’en fin d’après-midi, samedi. Une chose est sûre : quelle que soit l’identité des titualires au milieu, ils vont devoir courir… Beaucoup courir.

A LIRE EGALEMENT SUR MENLY :

Mercato, rumeurs et transferts : L’OM veut arracher Boudebouz et Maïga à Sochaux

Euro 2012 – France-Espagne : le tiki-taka pour les nuls

Votre avis nous interesse