La Rentrée très masculine du Bon Marché
Archives Ancien Menly Mis à jour le Rédigé par Julien Maron

La Rentrée très masculine du Bon Marché

Patrice Wagner, président du groupe Bon Marché, a annoncé une refonte totale de son espace homme pour la rentrée. 700m2 supplémentaires vont être dédiés à l’homme au sous-sol de l’établissement. Un aménagement sous la forme d’un très grand appartement de 4500m2 doté de multiples pièces qui abriteront des  « corners » à vivre élégants et cosy. Point […]


Patrice Wagner, président du groupe Bon Marché, a annoncé une refonte totale de son espace homme pour la rentrée.

700m2 supplémentaires vont être dédiés à l’homme au sous-sol de l’établissement. Un aménagement sous la forme d’un très grand appartement de 4500m2 doté de multiples pièces qui abriteront des  « corners » à vivre élégants et cosy. Point d’orgue avec le focus sur le vestiaire dit « prescripteur » avec des marques comme Acne ou Rick Owens…

Voilà de quoi apporter une réponse masculine au succès de l’Appartement de Mode du 1er étage féminin. Un piège à hommes, déjà luxueusement accueillis au rez-de-chaussée par les boutiques opérées en direct (Dior Homme, Gucci, et bientôt Louis Vuitton).

L’appellation Balthazar est elle-aussi revisitée, pour devenir la marque propre du Bon Marché. Le nouveau décor masculin très sobrement dénommé « L’Homme » participe à cette identité masculine.

Une globalisation de l’offre qui cache un concept pourtant  éclectique, et qui regroupe des univers annexes à la mode : œuvres d’art, livres insolites, design signés, voyages, vintage, objets high-tech…

Côté services, on retiendra l’arrivée d’un barbier, d’un cireur; de « personal shoppers » sur rendez-vous, et bien évidemment d’un bar-restaurant mené d’une main de chef par Jean-Jacques Masse, meilleur ouvrier de France et déjà directeur de la gastronomie à la Grande Epicerie. Une véritable volonté de synergie entre les deux bâtiments, et l’envie de renouer ainsi avec la restauration au sein de l’immeuble mode.

Entre « le gymnase » qui accueillera l’offre denim et street, « le bureau » inspiré des années 30, destiné aux pièces dites « tailoring », « le dressing » hébergeant la marque propre Balthazar, ou encore « la bibliothèque » lieu de culte des épicuriens en quête de librairie vintage… L’homme ne saura plus où donner de la tête, pour le plus grand bonheur des femmes.

Votre avis nous interesse