Archives Ancien Menly Il y a 3 années Rédigé par Julien Maron

Kenza Drider : première femme voilée candidate aux Présidentielles

Kenza Drider, militante pour le port du niqab en France, vient d’annoncer sa candidature à la Présidentielle de 2012. Depuis le 11 avril dernier, et le vote de la loi contre le port du voile intégral, Kenza Drider est devenue le « visage » médiatique du droit des femmes musulmanes à porter le voile. Habituée des coups […]

Kenza Drider : première femme voilée candidate aux Présidentielles

Kenza Drider, militante pour le port du niqab en France, vient d’annoncer sa candidature à la Présidentielle de 2012.

Depuis le 11 avril dernier, et le vote de la loi contre le port du voile intégral, Kenza Drider est devenue le « visage » médiatique du droit des femmes musulmanes à porter le voile.

Habituée des coups d’éclat, elle fut notamment la seule femme voilée entendue par la mission parlementaire sur le port du voile intégral en décembre 2009.

Kenza Drider a donc annoncé aujourd’hui qu’elle était candidate aux prochaines élections présidentielles de 2012.

La jeune femme d’origine marocaine a choisi de lancer sa campagne à Meaux le fief de Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP.

La candidate déclare «Le député maire de la ville est le responsable de l’élargissement de l’interdiction du niqab à la rue en violation du droit européen, explique un communiqué publié par la jeune femme. La liberté dans la rue, patrimoine universel de la liberté, c’est sacré».

Par ailleurs, Meaux est la première ville en France à avoir condamné deux françaises pour le port du voile intégral. Les deux femmes étaient venues intégralement voilées devant le mairie de Meaux en mai. Elles ont été condamnées à 80 pour l’une et 120 euros pour l’autre.

C’est également aujourd’hui, jeudi 22 septembre que le tribunal de Meaux devra juger si les deux jeunes femmes en niqab qui avaient offert un gâteau aux amandes au député maire seront condamnés.

Cette candidature d’une femme voilée est une première en France. Elle risque fort d’enflammer davantage les passions autour de cette question de société. Et la flamme en politique, est un symbole à manier avec des gants… au risque de se brûler.

Votre avis nous interesse