Archives Ancien Menly Il y a 3 années Rédigé par Julien Maron

Journée de la violence faite aux femmes : les chiffres

Aujourd’hui, 25 novembre, c’est la journée nationale de la violence faite aux femmes. En France, une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups de son compagnon. En 2009, 654 000 femmes ont déclaré avoir subi des violences physiques ou sexuelles. Soit 20 000 de plus qu’en 2008. Les décès sont également […]

Aujourd’hui, 25 novembre, c’est la journée nationale de la violence faite aux femmes.

En France, une femme meurt tous les deux jours et demi sous les coups de son compagnon. En 2009, 654 000 femmes ont déclaré avoir subi des violences physiques ou sexuelles. Soit 20 000 de plus qu’en 2008. Les décès sont également de plus en plus fréquents puisque 150 femmes sont mortes en 2010, contre 140 en 2009, selon le ministère de l’intérieur. Les viols restent un fléau : 200 femmes sont violées chaque jour, soit 73 000 par an, et dans 8 cas sur 10 par des hommes qu’elles connaissent.

La lutte contre la violence faite aux femmes a été déclaré « grande cause nationale » en 2010 par le gouvernement. La loi du 9 juillet 2010, qui accentue les mesures de prévention et de protection des femmes, a institué en France une « journée nationale de sensibilisation aux violences faites aux femmes », organisée désormais chaque 25 novembre, le même jour que la journée internationale de l’ONU.

Dans le cadre de cette journée, des opérations de sensibilisation sont prévues notamment en milieu scolaire et différentes initiatives sont proposées par des organisations de défense des droits des femmes.
L’association « Entraide » y joue un rôle prépondérant puisque son action est de redonner confiance en elles aux femmes victime de violence :  grâce à des méthodes comme la discussion, la sophrologie, le yoga, l’apprentissage du massage ou encore de la self-défense. Cela redonne confiance aux femmes.
« Etre annihilée par l’autre, se retrouver sous l’emprise du conjoint et perdre toute confiance en soi, c’est ce qui caractérise les femmes victimes de violences conjugales. Notre but, à travers l’action groupe de paroles, c’est de les restaurer », souligne Christina Makar, juriste à Entraide.
Comme l’un de nos confrères du Monde l’écrit : « Ces violences sont une honte pour notre pays. Et tant que la chape de plomb qui pèse sur elle ne sera pas levée, l’égalité femmes hommes restera lettre morte. »
Agissons contre la violence. « Il vaut mieux prévenir que guérir. » Alors n’ayons plus peur de prévenir. Cela évitera de guérir.
kitd.html5loader(« flash_epix_iLyROoaf2Okq »);
Pour tout renseignement, contacter l’association Entraide, au rez-de-chaussée du palais de justice de Beauvais, bureau numéro 14. Tél. 03.44.06.78.78.

 

Votre avis nous interesse