Archives Ancien Menly Mis à jour le 14/06/2012 Rédigé par Julien Maron

Jean-François Copé : « Ne donnons pas à la gauche un chèque en blanc »

19 h 50 – Jean-François Copé : « Ne donnons pas à la gauche un chèque en blanc » Interviewé par Le Figaro, Jean-François Copé a réaffirmé sa volonté de voir la droite remporter le scrutin de dimanche. « Les Français doivent comprendre que si la gauche a tous les pouvoirs dimanche, c’est lui signer un chèque en […]

Jean-François Copé : "Ne donnons pas à la gauche un chèque en blanc"

19 h 50 – Jean-François Copé : « Ne donnons pas à la gauche un chèque en blanc »

Interviewé par Le Figaro, Jean-François Copé a réaffirmé sa volonté de voir la droite remporter le scrutin de dimanche. « Les Français doivent comprendre que si la gauche a tous les pouvoirs dimanche, c’est lui signer un chèque en blanc pour cinq ans », déclare-t-il. Le secrétaire général de l’UMP a également répété qu’il n’y aurait pas d’alliance entre le Front national et l’UMP, contrairement à ce qu’a laissé entendre le premier ministre, Jean-Marc Ayrault.

16 h 35 – Equipe de campagne de Marine Le Pen : « Jean-Luc Mélenchon est un cas psychiatrique »

« Triste destin que celui de Mélenchon, que l’orgueil a conduit ici et que seules ses névroses poussent à rester. Il est l’illustration du moment où le politique bascule dans la psychiatrie ». Cette déclaration du FN Nord/Pas-de-Calais au sujet du candidat du Front de gauche marque un nouvel épisode dans l’échange d’amabilités entre le FN et Jean-Luc Mélenchon. Et le FN de faire la démonstration de son sens de la formule en ajoutant que Jean-Luc Mélenchon est « désormais un politicien aux abois qui, tel le fils prodigue, vient refaire allégeance à ses parrains du PS ».

15 h 00 – Ségolène Royal fustige « les machos de l’UMP » Dominique Bussereau et Jean-Pierre Raffarin

Selon Ségolène Royal, son adversaire au second tour des législatives ne devrait pas être Olivier Falorni mais Sally Chadjaa (UMP). Selon elle, « Sally Chadjaa a été éliminée à cause des manoeuvres d’appareil » qu’elle attribue aux « gros machos de l’UMP que sont Raffarin et Bussereau ». La socialiste ajoute qu’« à l’UMP ils ont dit des choses très malveillantes, notamment sur ses origines, c’est insupportable, c’est intolérable, en tant que femme je suis solidaire ».

14 h 25 – Marine Le Pen à propos de l’affaire Trierweiler : « Une histoire de slips »

Marine Le Pen a le sens de la formule. Interrogée sur l’affaire du tweet de Valérie Trierweiler, la présidente du Front national a exprimé son mécontentement : « Au moment où la zone euro est en voie d’effondrement et qu’il y a des choix fondamentaux à faire pour notre pays, cette élection législative est prise en otage par les histoires de slips de la présidence et les scènes de ménage ». Et histoire de ne pas en rester là, la candidate à la dernière élection présidentielle en a remis une petite couche. « Je pense qu’elle (Valérie Trierweiler, ndlr) est peut-être la première dame, mais qu’elle n’est pas une grande dame. J’ai trouvé cela pitoyable. Très rapidement, nous allons subir le sarkozysme de gauche », a-t-elle déclaré.

12h35 – Falorni : « Mme Royal est en train de perdre ses nerfs, de perdre son contrôle, de perdre les pédales »

Au micro de France Info, le dissident socialiste opposé à Ségolène Royal est revenu sur les attaques de son adversaire. « Elles sont odieuses » a-t-il dit avant d’ajouter « Mme Royal est en train de perdre ses nerfs, de perdre son contrôle, de perdre les pédales ». L’ennemi numéro 1 du PS a assuré qu’il ne « tomberait pas dans ce genre d’insultes qui décrédibilisent son auteur » en invitant Ségolène Royal à « cesser » et à « retrouver un peu de dignité. »

A LIRE AUSSI SUR MENLY.FR :

L’avocat de Bettencourt Pascal Wilhelm mis en examen pour « abus de faiblesse »

Hollande aux Invalides : « Des soldats morts pour la France »

 

11h05 – Moscovici : « La droite a perdu ses valeurs, elle ne sait plus où elle habite »

Le rapprochement entre l’UMP et le FN n’est pas du goût de Pierre Moscovici. Invité sur France 2, il a estimé que « la droite ne sait plus où elle habite, elle ne sait plus ce qu’elle est, elle a perdu ses repères, son identité, ses valeurs », avant de souhaiter que le parti de Jean-François Copé « soit capable de se reprendre, de se ressaisir. » Car « pour l’heure c’est l’ambiguïté, c’est la compromission, c’est un brouhaha un peu saumâtre ».

09h30 – Michel Sapin déplore l’instrumentalisation du tweet de Trierweiler 

Interrogé ce matin sur Radio Classique, le ministre du Travail, Michel Sapin pense, comme Martine Aubry, que la première dame de France doit rester discrète : « Le rôle de la Première dame est effectivement la discrétion, c’est tellement évident, est-ce que c’est la peine de le répéter ? ». Et d’ajouter : « On a beaucoup trop parlé de ce sujet, cette affaire n’est pas une affaire ». Puis : « Qu’une situation comme celle-ci soit instrumentalisée, je le vois bien, que Olivier Falorni, que je connais, qui a été longtemps un ami, se laisse instrumentaliser ainsi, je le déplore ». 

09h10 – Copé : « 5 ans de laxisme si la gauche gagne les législatives »

Jean-François Copé prédit ce matin sur RMC : « 5 ans de laxisme à tous les étages si la gauche gagne les législatives »

08h50 – Divergence sur le tweet de Trierweiler entre Ayrault et Belkacem

La Premier ministre et la porte-parole du gouvernement ne partagent pas le même avis sur le tweet de Trierweiler. Hier, Jean-Marc Ayrault déclarait sur la chaîne parlementaire que « chacun doit rester à sa place ». Au même moment, Najat Vallaud-Belkacem qualifiait la première dame de France, de « femme libre et moderne, qui a le droit de s’exprimer librement ». Belkacem a tenu à rappeler que le plus important était le soutien « incontestable » de François Hollande à Ségolène Royal. La porte-parole a promis que l’affaire du tweet n’avait pas été abordée lors du Conseil hebdomadaire des ministres.

08h40 – J.F Copé est sur BFMTV : 

Jean-François Copé dit comprendre les électeurs qui ont voté FN, au micro de J.J Bourdin, ce matin sur RMC. Il assure par ailleurs ne vouloir faire aucune alliance avec le parti de Marine Le Pen, estimant même que « le premier objectif de l’extrême droite est de détruire l’UMP ». Mais il dit « soutenir totalement » la position de Nadine Morano.

08h20 – Ecoutez Jean-François Copé en direct sur RMC dès 08h35

A trois jours des législatives, Jean-François Copé répond aux questions de Jean-Jacques Bourdin sur RMC ce matin, dès 08h35. Pour l’écouter, rendez-vous sur RMC et BFMTV.

07h00 – Royal compare Falorni à Besson

Ségolène Royal juge que le maintien de Olivier Falorni aux législatives dans la circonscription de La Rochelle, est une « trahison politique qui s’apparente à celle d’Eric Besson en 2007″.

06h45 – Ségolène Royal : « Le coup était trop violent »

A propos du tweet de Trierweiler, Ségolène Royal s’expliquait hier dans Libération. Si elle n’avait pas réagi à chaud, c’est que « le coup était trop violent ». Ségolène Royal qui se sent « meurtrie » a déclaré lors d’une réunion électorale :  « Je ne suis pas un robot… »

Jeudi 14 juin 2012 : 

******

17 h 30 – Olivier Falorni : « Moi, je défends la démocratie »

Invité de France Bleu La Rochelle – l’émission sera diffusée demain matin à 8h -, Olivier Falorni s’est satisfait des sondages qui le donnent gagnant face à Ségolène Royal. « Je ne veux pas dire tout est plié, tout est réglé. Au contraire… », a toutefois tempéré le maire-adjoint de La Rochelle. Celui-ci a ajouté une petite (grosse ?) pique à sa rivale. « Moi, je défends la démocratie. Quand on voit le déchaînement médiatique, les oukases imposés par Paris qui envoie l’appareil parisien en grande pompe… Hier on était dans la caricature ».

16 h 45 – Ségolène Royal : « Je ne m’avoue pas vaincue »

Les sondages donnent peut-être Olivier Falorni vainqueur mais ce n’est pas ce qui empêchera Ségolène Royal de se battre. « Je ne m’avoue pas vaincue », a-t-elle déclaré. Remontée, la finaliste de la présidentielle 2007 veut « mettre à jour cette escroquerie politique du candidat qui se présente comme de gauche « mais instrumentalisé par la droite ».

13h25 – Pour Jean-Marc Ayrault, « l’hypocrisie et la tartufferie » de l’UMP doit cesser

Toujours sur le plateau de Questions d’info, Jean-Marc Ayrault a réagi sur la situation qui entoure l’UMP et le FN. Il a demandé au parti de Copé qu’il pense « tenté par une alliance » de « clarifier ses positions« . Selon le Premier ministre, la ligne du ni-ni de l’UMP est une « hypocrisie et une tartufferie » qui doit cesser.

12h40 – Pour Jean-Marc Ayrault, Trierweiler « n’est pas à sa place »

Invité sur le plateau de Questions d’info LCP/Le Monde/AFP/France Info, le Premier ministre n’a pu échapper aux interrogations des journalistes sur le tweet de Valérie Trierweiler et son rôle de Première dame. Ayrault a estimé que la compagne du président devait avoir « un rôle discret » qu’il a admis « n’est pas facile à trouver ». Avant d’ajouter, « chacun doit être à sa place ». Celle de Valérie n’est manifestement pas sur Twitter.

09h35 – La réaction de Ségolène Royal sur le tweet de Trierweiler 

Interrogée hier sur France 3 Poitou-Charentes, Ségolène Royal est revenu sur l’affaire du tweet de Valérie Trierweiler : « J’en ai beaucoup subi, de très méprisantes, sous tous les tons, sous toutes les formes mais ma responsabilité (…) c’est d’élever le débat ». « Lorsqu’il y a des divisions, lorsqu’il y a des petites phrases, des attaques personnelles, les gens se sentent méprisés parce qu’ils attendent autre chose de la politique ».

09h15 – Les réactions de la droite après le tweet de Trierweiler 

Pour Nathalie Kosciusko-Morizet, interrogée ce matin sur RMC/BFMTV : « Le mélange de l’affect et de la politique n’est pas une bonne chose ». Et d’ajouter : « il y a des pays où les conjoints n’ont pas d’existence publique, je suis favorable à cela ». Eric Ciotti, président UMP du Conseil général des Alpes-Maritime juge l’affaire « ridicule » : « Cette affaire ridiculise notre pays, ridiculise le chef de l’Etat ». Ciotti attend que François Hollande  « clarifie les choses » et dise « clairement qui dirige l’Elysée, si c’est Mme Trierweiler ou lui ».

Votre avis nous interesse