Archives Ancien Menly Mis à jour le 14/05/2012 Rédigé par Julien Maron

Investiture : l’emploi du temps chargé de François Hollande

20 h 31 – Investiture : l’emploi du temps chargé de François Hollande Demain sera probablement la journée la plus importante de la carrière de François Hollande. Le vainqueur de l’élection présidentielle se rendra à 10 heures au palais de l’Elysée afin d’y être intronisé officiellement chef de l’Etat. Il devra s’entretenir avec le président […]

20 h 31 – Investiture : l’emploi du temps chargé de François Hollande

Demain sera probablement la journée la plus importante de la carrière de François Hollande. Le vainqueur de l’élection présidentielle se rendra à 10 heures au palais de l’Elysée afin d’y être intronisé officiellement chef de l’Etat. Il devra s’entretenir avec le président sortant et prononcer un discours. Un comité réduit sera présent à cette cérémonie, François Hollande voulant marquer un changement vis-à-vis de la précédente passation de pouvoir qui avait vu Nicolas Sarkozy venir avec son épouse Cécilia ainsi que leur fils, Louis, et leurs enfants respectifs (Jean et Pierre Sarkozy d’un côté, Judith et Jeanne-Marie Martin de l’autre).

Le président de la République quittera l’Elysée vers 11h15 et entamera la remontée des Champs Elysées afin de venir se recueillir sur la tombe du soldat inconnu à l’Arc de triomphe. Un déjeuner est ensuite prévu à l’Elysée. Au rang des convives figureront les anciens premiers ministres socialistes (Edith Cresson, Pierre Mauroy, Michel Rocard et Laurent Fabius) ainsi qu’une délégation des parlementaires corréziens.

A 13h45, François Hollande rendra hommage à Jules Ferry, devant sa statue aux Tuileries, puis à Marie Curie. Pour ce faire, le Président se rendra à l’institut Curie. Il se rendra ensuite à la mairie de Paris afin de s’entretenir, comme il est de coutume, avec le maire de la capitale française. A 15h, le chef de l’Etat prononcera une allocution à l’Hôtel de ville, faisant suite au discours de Bertrand Delanoë.

François Hollande quittera ensuite Paris et s’envolera pour Berlin vers 16h. Il y fera la rencontre d’Angela Merkel, appelée à devenir sa principale partenaire sur le plan international.

20 h 05 – Législatives : la démobilisation inquiète Martine Aubry

« Je vous le dis très simplement : les Français risquent de se démobiliser. François Hollande est élu, Nicolas Sarkozy est parti. Eh bien disons leur que non, réellement il lui faut une très forte majorité ». Martine Aubry est inquiète. La perspective d’une démobilisation des électeurs aux élections législatives fait craindre à la première secrétaire du Parti socialiste un échec (majorité relative voire défaite) du PS en juin prochain. « Chacun d’entre nous, où que nous nous situions, nous sommes essentiels à la réussite des élections législatives », a-t-elle déclaré devant le conseil national du PS, réuni à la Mutualité.

17 h 30 – Ségolène Royal n’assistera pas à la passation de pouvoir

Selon RTL, Ségolène Royal ne sera pas présente lors de la passation de pouvoir entre Nicolas Sarkozy et François Hollande. L’ancienne candidate à la présidentielle (2007) souhaitait y assister « si le protocole le permettait ». Elle avait, en revanche, écarté l’idée d’assister à la cérémonie en compagnie de ses enfants, issus de son union passée avec le nouveau président de la République. « Nous devons faire une République irréprochable. (…) C’est François Hollande qui est élu président de la République, ce n’est pas une famille, c’est pas les amis, c’est pas les copains », a-t-elle déclaré. « Ne seront présents à la passation des pouvoirs que les représentants des corps constitués », a-t-elle finalement ajouté.

17 h 05 – François Hollande « favorable » à la tenue d’une Conférence économique de l’Outre-mer

Le nouveau président, François Hollande, s’est dit « favorable » à la tenue d’une Conférence économique de l’Outre-mer pour s’occuper des besoins spécifiques de ces territoires. Dans une lettre datée du 2 mai,  reçue la semaine dernière par la Fédération des entreprises d’Outre-mer (Fedom), François Hollande se dit « accueillir favorablement la proposition » d’une telle conférence « afin d’étudier, au plus près des besoins avec les acteurs politiques et socio-économiques locaux, l’ensemble des moyens juridiques et financiers à mobiliser pour le développement des outre-mer ».

16 h 30 – Les alliances des partis aux élections législatives

Les élections législatives approchent. Le moment de faire un point sur les alliances à droite comme à gauche. L’UMP et le PS ne présentent pas de candidats contre les élus des partis qui se joignent à eux ou s’écartent en cas de triangulaires. Ces alliances permettent de créer des groupes parlementaires plus importants, assurant à la majorité une base d’élus suffisamment importante pour faire passer ses projets. En restant unie, l’opposition peut disposer d’un poids plus important.

- Extrême droite : Rassemblement bleu marine (Front national – Souveraineté, indépendance et libertés)

- Droite : Debout la République

Le parti de Nicolas Dupont-Aignan est un parti indépendant. NDA fait d’ailleurs partie des rares élus à n’être affilié à aucun groupe parlementaire.

- Droite/Centre droit : UMP – Alliance républicaine, écologiste et sociale (Nouveau Centre – Parti Radical Valoisien – Gauche moderne) – République Solidaire – Parti Chrétien Démocrate

Le parti Gauche moderne (centre gauche) de Jean-Marie Bockel poursuit son engagement aux côtés de l’actuelle majorité. Les partis de centre droit (NC et Parti Radical) se sont un peu détachés de l’UMP mais gardent avec elle un lien privilégié. République Solidaire, le parti fondé par Dominique de Villepin, bénéficiera lui aussi d’un traitement de faveur : ses candidats ne seront pas inquiétés par une concurrence de l’UMP.

- Centre : le Centre pour la France (MoDem)

Censé réunir les candidats du centre au sein d’une même force, le mouvement lancé par François Bayrou est principalement porté par son parti, fondé en 2007.

- Gauche : PS – EELV – Mouvement Républicain et Citoyen – Parti Radical de Gauche.

- Extrême gauche : Front de gauche (PCF – Parti de Gauche)

Un doute demeure quant à l’engagement du Front de gauche aux côtés du Parti socialiste. S’il a appelé à faire élire François Hollande, le mouvement mené par Jean-Luc Mélenchon ne sera pas forcément un allié inconditionnel du PS.

- Extrême gauche : Lutte Ouvrière – NPA

A la différence du Front de gauche, les partis représentés par Philippe Poutou et Nathalie Arthaud lors de la présidentielle ne sont pas favorables à une alliance avec le Parti socialiste.

15 h 50 – Marine Le Pen : « Mon adversaire sera socialiste »

Marine Le Pen a lancé sa campagne pour les législatives. « Mon principal adversaire y sera, dans cette circonscription socialiste, le candidat socialiste (Philippe Kemel, ndlr) qui est le représentant d’un système féodal, anachronique, corrompu, clientéliste, que nous combattons sans relâche (…) et que nous sommes en train de faire tomber », a déclaré la président du Front national. « Je ne personnalise pas les combats, je n’ai pas de batailles d’ego, d’esprit de vengeance, je suis au-delà de tout cela, je suis venue défendre les Français », a-t-elle ajouté, faisant référence à la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Le leader du Front de gauche n’a jamais été candidat dans la circonscription qu’il vise et dans laquelle il affrontera Marine Le Pen.

15 h 25 – Le nom du premier ministre sera connu demain à 16h

Selon une information donnée par François Hollande lui-même, le nom du premier ministre sera connu demain à 16h. L’information tombera donc lorsque le président de la République sera en route pour l’Allemagne. La passation de pouvoir aura lieu à 10h puis, dans l’après-midi, après les hommages à Jules Ferry et Marie Curie, le président de la République rencontrera à 15h à l’Hôtel de Ville Bertrand Delanoë. La fin de la cérémonie est prévue à 16h00.

14 h 10 – François Hollande fait ses adieux au « Hollandetour »

François Hollande a fait ses adieux au « Hollandetour », la centaine de journalistes qui l’ont suivi durant sa campagne. « Nous pouvons une dernière fois nous réunir dans ce siège de campagne pour vous faire cette annonce : le Hollandetour s’achève aujourd’hui », a déclaré le nouveau président de la République. « Avant de passer à un autre immeuble, à une autre fonction, je voulais vous dire tout le plaisir qui a été le mien, non pas de faire cette campagne, mais de cette relation que nous avons pu installer, cette relation non pas de confusion, ni de complicité, mais une relation de respect: respect pour le travail qui est celui des journalistes », a-t-il ajouté.

13h15 – Polémique autour de l’hommage de François Hollande à Jules Ferry.

Le nouveau président de la République rendra hommage demain mardi 15 mai 2012 à Marie Curie, prix Nobel de physique et de chimie, et à Jules Ferry, ancien ministre de l’Instruction publique (1882-1893).

Si les livres scolaires se souviennent de Jules Ferry pour ses lois républicaines qui rendirent l’école gratuite, laïque et obligatoire dès 1880, ils oublient souvent ses penchants colonialistes voire racistes selon ses plus vifs détracteurs. Jules Ferry déclara entre autre que « il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures. »

Il n’en fallait pas temps pour déclencher un début de polémique. A la veille de l’investiture de François Hollande comme nouveau président de la République, Luc Ferry, ancien ministre de léEducation a rappelé sur France Inter « Jules Ferry fut non seulement un grand colonisateur, mais c’est quelqu’un qui fonde la colonisation sur une vraie théorie raciste. De même qu’il faut éduquer les enfants, il faut éduquer les Africains, c’est ça l’idée. » 

Pierre Kanuty, conseiller régional PS d’Ile de France d’origine martiniquaise  remet la polémique dans son contexte tout en rappelant le devoir de mémoire : « Mais il faut être juste. A l’époque de Jules Ferry, les idées qu’il exposa dans son « discours pour le colonialisme » n’étaient pas minoritaires. La perception des autres civilisations n’était pas aussi « généreuse » qu’aujourd’hui ».

Source

A LIRE AUSSI SUR MENLY

- L’iPhone 4S en promo chez SFR

- Johnny Hallyday : « Je serai ami avec Nicolas Sarkozy toute ma vie »

12h23L’UMP a dévoilé son tract pour la quête des législatives. Imprimé, à 8 millions d’exemplaires, le slogan est : « Ensemble, choisissons la France« . Composé de 4 pages, la première est une photo de drapeaux français : « Voter UMP, c’est le choix d’une France qui conserve la maîtrise de son destin. C’est le choix du travail, du mérite, de la générosité, de la responsabilité et de l’autorité« .

Retrouvez le tract de l’UMP en cliquant ici.

12h07La compagnie aérienne WiJet, spécialisée dans les vols à prix réduit, parodie le slogan de campagne de François Hollande : « le changement, c’est maintenant« . En effet, le nouveau président socialiste avait commis sa première boulette dès le dimanche du deuxième tour. Il avait rallié Tulle – où il avait passé son dimanche – à Paris en jet privé. Un geste qui lui a valu d’être rallié par la droite.

Dans une de ses pubs, WiJet reprend donc le slogan et écrit « propose des vols vers Tulle et vers 1200 autres destinations« .

Retrouvez ci-dessous la pub de WiJet :

11h53 – Henri Emmanuelli, ministre de François Mitterrand, est revenu sur le nouveau que vont devoir former Merkel et Hollande : « De toute façon, il faudra chercher un compromis. Je pense qu’aussi bien Mme Merkel que François Hollande chercheront le compromis. Il faudra bien qu’il y ait une négociation à la fois sur la rigueur budgétaire, que personne n’a remise en cause, et aussi sur la croissance. Et puis, peut-être sur la modalités de sauvetage de la zone euro« .

11h41 – Claude Bartolone, président du conseil général de Seine St Denis, était invité ce matin sur les plateaux de Canal +. Il évoque les relations qu’aura le nouveau gouvernement avec les partenaires sociaux : « Rien n’est écrit mais il y a de la marge pour discuter« . Il explique que les syndicats « ont été tellement maltraités par le précédent président de la République qu’il y a de l’espace. Je pense qu’il y a possibilité de négocier avec les partenaires sociaux« . Il est revenu sur la retraite à 60 ans pour les personnes ayant commencé à travailler à 18 ans et ayant cotisé 41 années. Bartolone que François Hollande « signera tout de suite« .

11h33 – Brice Hortefeux, lors d’une entrevue au Figaro, a évoqué la possible création d’un mouvement sarkozyste au sein de l’UMP. Il s’agirait d’un mouvement de « Droite forte« , défendant « des idées à la fois populaires et sociales » et revendiquant l’héritage sarkozyste : « Je crois que l’UMP a besoin d’une ‘droite forte’ qui défende des idées à la fois populaires et sociales » a expliqué l’ancien ministre de l’Intérieur.

09h20- Hier, l’institut Civitas (proche des catholiques traditionalistes) a appelé à une manifestation contre « les promesses potentiellement destructrices pour la patrie » de François Hollande. 1.500 personnes ont répondu à l’appel selon la police quand les organisateurs parlent, eux de 6.000 personnes.

« François Hollande a fait une série de promesses que nous jugeons potentiellement destructrices pour la patrie française, notamment en ce qui concerne le mariage homosexuel, l’euthanasie, l’avortement, l’Education nationale et le droit de vote des étrangers« , a déclaré à l’AFP le secrétaire général de Civitas, Alain Escada.

« Nous n’entendons pas que M. Hollande puisse renverser les repères moraux de la société française sans rencontrer une adversité« 

Le secrétaire général a appelé à « une résistance catholique« .

09h15 : Aujourd’hui c’est l’ouverture officielle des dépôts des candidatures aux législatives 2012, et ce, jusqu’à vendredi prochain 18h. Pour connaître votre circonscription parmi les 577 que comptent la France et les DOM-TOM, cliquez sur la carte, publiée par le site lemonde.fr. 

08h30 : Demain, François Hollande nous révélera le nom de son Premier ministre, et mercredi on connaîtra la formation de son gouvernement. Il risque d’y avoir des déçus, car tout le monde se voit à la tête d’un ministère… Quelles sont les personnalités socialistes les plus ministrables ? Voici quelques pronostics :

- Premier ministre : Jean-Marc Ayrault

- Ministère de l’Education : Martine Aubry

- Les Affaires étrangères : Pierre Moscovici

- La défense : Laurent Fabius

07h00 : Triste anniversaire aujourd’hui pour un certain Dominique Strauss-Kahn. Il y a an, l’ancien directeur du FMI entamait sa descente aux enfers, l’affaire du Sofitel de New-York sonnait comme un coup de tonnerre aux Etats-Unis, mais surtout en France. Donné favori à l’élection présidentielle française, DSK a vu, le 14 mai 2011, ses ambitions politiques à jamais détruites. Ce jour-là, une femme de chambre de l’hôtel, immigrée africaine, Nafissatou Diallo, 32 ans, l’accuse d’agression sexuelle. La machine judiciaire américaine se met en route. De retour en France, DSK se voit confronter à une autre affaire, celle du Carlton de Lille. Le point sur la situation judiciaire de DSK :

- Affaire Nafissatou Diallo : côté pénal, c’est terminé pour DSK, il a été relaxé. Côté civil, les procédures sont toujours en cours.

- Affaire Carlton : DSK est mis en examen pour proxénétisme en bande organisée, affaire à laquelle s’est ajoutée une accusation de viol en réunion pendant une soirée à Washington en 2010, par une escort girl.

A LIRE AUSSI SUR MENLY.FR : 

Jean-Luc Mélenchon qualifie François Hollande de « monarque » et revient sur ses propos

DSK : une escort girl dément les accusations de viol

Lundi 14 mai 2012 : 

Dimanche 13 mai 2012 : 

15h00 : Revivez en images (par BFMTV),  la semaine de transition de François Hollande : les temps forts et la préparation à la passation de pouvoir en vidéo :

14h00 : Nicolas Sarkozy veut arrêter la politique, mais eux, sûrement pas ! 24 ministres de l’ancien gouvernement se présentent aux législatives 2012, contre 11 en 2007. Parmi les plus « connus » :

François Fillon, Premier ministre quitte son fief de la Sarthe pour se présenter à Paris

Claude Guéant, ministre de l’Intérieur vise la 9ecirconscription des Hauts-de-Seine

Nathalie Kosciusko-Morizet, ministre de l’Ecologie se représente dans la 4e circonscription de l’Essonne

Valérie Pécresse, ministre du Budget, se représente dans la 2e circonscription des Yvelines

-  François Baroin, ministre des Finances, représentera sa candidature dans la 3e circonscription de l’Aube

Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture, pose sa candidature dans la 1ère circonscription de l’Eure

Luc Chatel, ministre de l’Education est candidat dans la 1ère circonscription de Haute-Marne

Laurent Wauquiez, ministre de l’Enseignement supérieur se présente une nouvelle fois dans la 1ère circonscription de Haute-Loire

Nadine Morano, ministre de l’Apprentissage rejoue 2007 et se présente dans la 5ecirconscription de Meurthe-et-Moselle

Xavier Bertrand, ministre du Travail se représente dans l’Aisne

David Douillet, ministre des Sports se représente dans les Yvelines

-  Jean Leonetti, ministres des Affaires européennes se représente dans les Alpes-Maritimes

- Benoist Apparu, ministre  du Logement se représente dans la Marne

Frédéric Lefebvre (commerce et consommation) brigue celle de l’Amérique du Nord

- Thierry Mariani (transports) dans la 11e, qui regroupe 49 pays dont la Russie ou la Chine

Et il y a ceux qui renoncent : Alain Juppé, Roselyne BachelotEric BessonFrédéric Mitterrand, Nora Berra, Jeannette Bougrab… 

13h00 : Ségolène Royal ne pipe mot. Quelle va être la place de l’ex-femme-candidate présidentielle ? L’AFP annonçait samedi sa candidature à la présidence de l’Assemblée nationale, mais Mme Royal n’a pas confirmé l’information. « Ce qui est important, c’est le dispositif collectif qui se mettra en place pour gouverner. Vous n’aurez pas d’annonce », a-t-elle dit au grand rendez-vous « Le parisien-Aujourd’hui en France-Europe 1-I Télé ».

12h15 : La grande rencontre franco-allemande, c’est mardi prochain. Dans les rôles principaux, on a un nouveau président élu, François Hollande, qui veut « renégocier pour compléter » le pacte de stabilité budgétaire, trop tourné vers l’austérité et pas assez vers la croissance selon lui. En face, une chancelière allemande, Angela Merkel, qui ne souhaite surtout pas creuser les comptes publics, mais qui se dit prête à montre davantage de flexibilité sur le marché du travail. Et en coulisse, ça bosse, et depuis longtemps. Car si des tensions apparaissent entre les deux piliers de l’Europe, les conséquences pourraient être catastrophiques pour l’économie.

Depuis février, l’équipe de François Hollande travaille sur cette fameuse rencontre :  Michel Sapin, Jean-Marc Ayrault, Jean-Pierre Jouyet (patron de l’Autorité des marchés financiers) et Karine Berger (économiste et candidate socialiste aux législatives dans les Hautes-Alpes) ont déjà rencontré l’équipe Merkel, à Paris et à Berlin. Pas de temps à perdre, puisque des propositions concrètes doivent être rendues avant le sommet de l’Union dans un mois. Source.

Dimanche 15 mai 2012 : 

Votre avis nous interesse