Harlem Désir à propos de la lutte de pouvoir à l’UMP : « une
Archives Ancien Menly Mis à jour le Rédigé par Julien Maron

Harlem Désir à propos de la lutte de pouvoir à l’UMP : « une primaire sauvage pour 2017″

  11h44 – Après Dati et Yade, le PS s’en prend à lutte de pouvoir à l’UMP. Trop content de pouvoir taper sur les adversaires, Harlem Désir en rajoute une couche sur Public Sénat : « Ils sont déjà dans une espèce de primaire sauvage pour 2017. Ils prétendent imposer une cohabitation à la tête de […]

 

11h44Après Dati et Yade, le PS s’en prend à lutte de pouvoir à l’UMP. Trop content de pouvoir taper sur les adversaires, Harlem Désir en rajoute une couche sur Public Sénat : « Ils sont déjà dans une espèce de primaire sauvage pour 2017. Ils prétendent imposer une cohabitation à la tête de l’Etat et ils ne sont même pas capables de supporter leur propre cohabitation au sein de l’UMP« .

11h27François Fillon et Jean-François Copé luttent pour prendre la tête de l’UMP. Rachida Dati s’était déjà mêlée aux festivités. Maintenant, c’est Rama Yade qui rejoint la joyeuse troupe : « Ce combat de coqs manque singulièrement de dignité. Les électeurs de l’UMP méritent mieux. Ce n’est pas le temps de s’écharper de manière aussi sanglante devant les caméras en pleine élection législative. Je crois qu’il serait beaucoup plus malin pour ces leaders de l’UMP de travailler à organiser une alternative au PS et au FN« .

10h35Henri Guaino était l’invité de France Info ce matin. Il a tenu à minimiser ce qu’on appelle déjà la guerre des chefs de l’UMP : « Il n’y a pas de dispute. Tout ça est une affaire montée par une sur-interprétation journalistique. Tout le monde devrait prendre sur lui et ne participer à aucune division. Les candidats aux législatives ont besoin de l’unité de leur famille politique. C’est vrai qu’il n’y a plus de leader naturel. Il y a un secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé qui est mon ami, qui mène légitimement le combat des législatives. Ensuite il y a un ancien Premier ministre, qui est mon ami aussi. Il a évidemment un rôle éminent dans le combat actuel. Nous verrons après les élections, le moment venu, qui incarnera le mieux ce mouvement politique« .

L’ancien conseiller présidentiel n’a pas oublié de tirer à gros boulets sur François Hollande : « La carrure de Hollande, elle va se juger aux actes. Pour l’instant, on a avancé sur rien. Par rapport à des promesses de campagne, on a même reculé ».

10h06 – Depuis l’annonce du gouvernement Ayrault, les attaques de l’UMP ont tendance à se cristalliser sur la personne de Christianne Taubira, la nouvelle garde des sceaux. Jean-Christophe Cambadélis, le secrétaire national du PS, a aujourd’hui volé à son secours. Il a estimé que les critiques à l’encontre de la ministre de la justice étaient « assez limites«  : « Je trouve d’un certain point de vue que l’idée d’angler l’attaque contre ce gouvernement à travers Mme Taubira est assez limite. Pourquoi on attaque Mme Taubira ? Parce que c’est une femme, parce qu’elle vient des Dom-Tom« .

Quand le journaliste, lui, demande s’il trouve que la droite est « raciste« . Cambadélis a botté en touche : « Je n’ai pas dit cela » mais qu’il a vu « un exemple de ce qu’est l’angle de la politique de la droite. Jean-François Copé essaye d’être en résonance avec le Front national« .

De là à parler de racisme, on est quand même pas très loin.

09h40 - Selon un sondage CSA pour Les Echos : François Hollande comptabilise 58% de bonnes opinions depuis le début de son mandat. En comparaison, Nicolas Sarkozy, au même moment, recueillait 59% d’avis positifs. Quant à Jean-Mrc Ayrault, il est 56%. Son prédécesseur, François Fillon, était à 50% peu de temps après son entrée à Matignon. Pour voir en vidéo, l’analyse de Bernard Sananès (CSA), cliquez ici.

09h05 – Dans une interview accordée Le Figaro, Alain Juppé estime que « le futur président » de l’UMP « ne doit pas se présenter comme le candidat de l’UMP à l’élection présidentielle de 2017″ car « l’unité du parti n’y résisterait pas ». Un message adressé sans nul doute à Jean-François Copé et François Fillon, qui se battent depuis quelques jours, par tacles interposés, pour la présidence du parti. A en croire les propos de Juppé, le numéro 1 du parti devra assurer la cohésion du parti dans sa diversité ». Pour l’heure, A. Juppé se concentre sur législatives : « Pour le moment, je fais campagne au côté de nos candidats ». Et se projetant en 2017, il préconise des primaires pour élire le candidat aux présidentielles : « pour occuper l’espace médiatique pendant des mois », comme le PS en 2011.

A LIRE AUSSI SUR MENLY.FR : 

ISF : une contribution exceptionnelle à l’étude en attendant le changement de barème

Filippetti en séductrice, Pellerin la geisha intellectuelle… L’édito du Point fait polémique

08h20 - Harlem Desir, interrogé ce matin sur Public Sénat-Radio Classique fustige les chamailleries internes à l’UMP : « La droite voudrait une cohabitation ? Ils ne sont même pas capables de supporter une cohabitation entre eux ». 

07h30 - Accueil agité pour la nouvelle ministre du Logement, Cécile Duflot, hier alors qu’elle se rendait dans le XIe arrondissement de Paris, où elle est candidate pour les législatives. Une cinquantaine de « mal-logés en colère » dont des familles d’origine africaine, manifestaient à son arrivée, chantant « solidarité avec les mal-logés ». Et interpellant la ministre : « On ne va pas attendre des mois et des mois le changement, il faut des logements maintenant ! » Cécile Duflot de se défendre : « ça fait exactement une semaine » que le gouvernement est en place, alors « à moins d’être très fort, « on ne peut pas tout changer en sept jours ! » Puis, C. Duflot a invité les familles à discuter prochainement « dans un cadre plus tranquille », pour « discuter cartes sur table ». Et de rappeler : « La question de la prévention des expulsions est très importante pour moi » et on a « la volonté de construire beaucoup plus de logements sociaux ».

06h50 : L’occasion est trop belle pour la laisser passer. Alain Juppé, bien au-dessus des chamailleries du combat de coqs Copé-Fillon pourrait sortir vainqueur de la guerre des chefs à l’UMP. L’ancien ministre rappelle d’ailleurs : « nous sommes engagés dans une bataille législative qui peut nous conduire à la victoire, la condition de cette victoire c’est bien sûr d’être rassemblés (…) la priorité des priorités c’est l’unité ». Rappelons que François Fillon représente son parti dans la 2e circonscription de Paris. Et en cas de victoire, l’ex-Premier ministre ne lâchera sûrement pas la présidence de l’UMP. Idem pour Copé, qui pense toucher du bout des doigts son rêve présidentiel de 2017. Un congrès à l’automne prochain nous donnera le nom du nouveau leader de la droite. D’ici là, Alain Juppé a tout le temps de s’imposer.

A LIRE AUSSI SUR MENLY.FR : 

Visite surprise de François Hollande en Afghanistan

« Issus de la diversité », un concept discriminant, à la gueule du client

Vendredi 25 mai 2012 : 

******

12h19 – Henri Guaino partage sa vision d’un président normal. La vie d’un président ne peut ressembler à celle d’un citoyen lambda, c’est pourquoi François Hollande se trompe : « Un président de la République ne peut pas avoir une vie normale, ce n’est pas un citoyen comme les autres. Ça va coûter plus cher, ce n’est pas un problème d’exemplarité. Quand on est président de la République, on ne choisit pas son petit confort, les solutions qui vous amusent le plus ou vous plaisent le plus. On opte pour les solutions les plus efficaces, les moins coûteuses qui correspondent aux contraintes de la fonction. Prendre le train, ça coûte plus cher, c’est compliqué pour tout le monde, ce n’est pas très professionnel, pas raisonnable« .

12h04 – Depuis l’annonce du gouvernement, Bertrand Delanoë est introuvable. Le maire de Paris n’aurait peu gouté sa nomination à la tête d’un ministère alors qu’il était senti pour prendre le contrôle de la Justice ou encore la culture. Du goût, vexé, Bertrand est allé se réfugier dans sa propriété de Bizerte en Tunisie.

Le porte-parole de l’Hôtel de Ville explique : « Il est tout à fait actif. Il est disponible et totalement joignable« . Cependant, son agenda est vide entre le 18 mai et le 27 mai. Pour un élu socialiste, ça ressemble à « une grosse bouderie« .

Allez, reviens Bertrand. Puis c’est bientôt Paris plage.

11h38 – Claude Guéant était l’invité de Public Sénat et de Radio Classique ce matin. Il est revenu sur la polémique Arnaud Montebourg : « Ce qui lui est reproché est assez véniel, finalement mais apparaît un fossé entre les donneurs de leçons qui assuraient qu’ils seraient plus vertueux que tout le monde et la réalité. François Hollande avait dit « personne autour de moi qui ait été condamné » et il se trouve quand même qu’on a le Premier ministre, le ministre de la Justice et le ministre du Redressement productif qui sont condamnés. Il y a loin entre les promesses et la réalité« .

11h06 – Cela faisait bien trop longtemps que l’on n’avait pas entendu Jean-Luc Mélenchon. Si longtemps qu’un gamin haut comme trois pommes a cru bon de le gratifier sur twitter d’un « Mélenchon, va te faire voir« . La réponse de l’intéressé n’a pas tardé : « Petit Justin Bieber, du calme« . Un jour, petit sera grand.

Votre avis nous interesse