Grollande Hebdo n°1 : retour sur la première semaine du président Hollande
Archives Ancien Menly Mis à jour le Rédigé par Julien Maron

Grollande Hebdo n°1 : retour sur la première semaine du président Hollande

Rendez-vous est pris, tous les vendredis soirs sur Menly.fr, pour revivre les temps forts de la semaine passée du quinquennat version François Hollande.  Politique fiction – Passation de pouvoir, formation du gouvernement, premières polémiques… la première semaine du nouveau Président a été on ne peut plus chargée. Lundi 14 mai 2012 : dernier jour de vacances […]

Rendez-vous est pris, tous les vendredis soirs sur Menly.fr, pour revivre les temps forts de la semaine passée du quinquennat version François Hollande. 

Politique fiction - Passation de pouvoir, formation du gouvernement, premières polémiques… la première semaine du nouveau Président a été on ne peut plus chargée.

Lundi 14 mai 2012 : dernier jour de vacances

A 24 heures de son investiture, François Hollande fait les cent pas. Les rumeurs vont bon train sur l’identité de son premier ministre, ce qui déplaît fortement à Jean-Marc Ayrault. A partir de 5h du matin, le maire de Nantes envoie près de 400 sms au futur président de la République. Excédé de recevoir des «Kikoo, c tjs mwa ton 1er ministre hein ? lol», François Hollande finit par éteindre son téléphone.

Pour se détendre, François Hollande se repasse en boucle la cérémonie d’investiture de Nicolas Sarkozy, en 2007. Puis il s’entraîne, devant son miroir, à prendre son «visage présidentiel» (air grave, pas de sourire). Devant la scène, Valérie Trierweiler félicite son compagnon mais espère qu’il ne compte pas passer un quinquennat entier à bouder. L’heure du coucher approche. La première Dame a l’air satisfaite :
«Chéri, j’ai fini mon discours !
- Quel discours ? S’interroge le futur président
- D’investiture, voyons»
S’il a du mal à faire admettre à sa compagne qu’elle n’a pas à prendre la parole en ce jour de passation de pouvoir, François Hollande finit par avoir raison. L’aura présidentielle sans doute.

Mardi 15 mai 2012 : le coup de foudre

Il est 10 heures du matin : c’est l’heure de la passation de pouvoir. Au moment de quitter les lieux, Nicolas Sarkozy et François Hollande échangent une poignée de mains pendant que leurs deux compagnes semblent à deux doigts de devenir amies. Le nouveau Président en a assez. «Il m’a fallu cinq ans pour lui prendre le pouvoir, il va pas me falloir cinq ans pour le foutre à la porte quand même !». Il tourne donc les talons et se dirige d’un pas décidé vers sa nouvelle vie. Nicolas et Carla ne lui en tiendront pas rigueur. «J’ai mis des punaises sur sa chaise», confira le désormais ancien président de la République à son épouse.

La remontée des Champs Elysées se fait sous la pluie, tout comme le recueillement devant la tombe du Soldat inconnu. Du coup, l’air renfrogné du Président colle parfaitement à la situation. Personne ne sourit lorsqu’il est trempé jusqu’aux os. A un déjeuner avec les anciens premiers ministres socialistes et une délégation de parlementaires corréziens succèdent les hommages à Jules Ferry et Marie Curie ainsi qu’un discours à l’Hôtel de ville de Paris. Le temps de la première visite officielle à Berlin est venu.

L’avion présidentiel, frappé par la foudre, fait demi-tour et oblige François Hollande à en  prendre un autre. Entre deux avions, le Président reçoit un message d’un certain Nico S. : «Paraît que t’as eu le coup de foudre pour Angie !? LOL». Le président de la République arrive finalement avec plusieurs heures de retard. L’accueil de la chancelière allemande est glacial. «La bière est chaude, la choucroute est froide… Je ne te félicite pas François !». Pendant ce temps, la France apprend que Jean-Marc Ayrault sera son nouveau premier ministre.

Mercredi 16 mai 2012 : la formation du gouvernement

On apprend dès la matinée que Martine Aubry ne sera pas ministre. La maire de Lille voulait Matignon, elle n’aura rien. Un bon compromis. Jean-Marc Ayrault se présente à l’Elysée pour un déjeuner de travail au cours duquel le Président et lui doivent finaliser la composition du gouvernement. Le premier ministre restera plusieurs heures, durant lesquelles les deux hommes n’arrivent pas à se mettre d’accord sur la composition de leur équipe. «Donc toi, tu mettrais Sakho en défense centrale plutôt que Mapou Yanga Mbiwa ?», s’interroge Jean-Marc Ayrault.

Devant la complexité du dilemme, les deux leaders de l’exécutif français décident de former un gouvernement. «C’est vachement plus simple», s’enthousiasme François Hollande. Un seul point d’interrogation toutefois : Laurent Fabius. Jean-Marc Ayrault veut en faire son ministre des Affaires étrangères mais le Président ne l’a jamais aimé (et encore moins depuis qu’il l’a traité de «fraise des bois»). Le premier ministre tente de convaincre son patron : «Si tu ne le prends pas, il va se présenter contre toi dans cinq ans et va te faire perdre». Fou rire des deux hommes. «Allez, on le prend. Je veux lutter contre le chômage», tranche finalement François Hollande.

La composition du gouvernement est annoncée en fin de journée. Lors du JT de France 2, Jean-Marc Ayrault déclare que tout ministre battu aux législatives devra quitter le gouvernement. Coup de téléphone de Najat Vallaud-Belkacem à François Hollande, qui tente de la rassurer. «Ne t’inquiète pas. En 2007, Sarkozy a fait ça et Alain Juppé est finalement revenu… Trois ans et demi plus tard». Silence de la nouvelle ministre des Droits des femmes. Après une intense réflexion, elle n’ira pas devant les urnes.

Jeudi 17 mai 2012 : premier Conseil des ministres

Le premier Conseil des ministres se tient en ce jour férié. Christine Boutin veut organiser une manifestation mais ne parvient pas à mobiliser suffisamment de monde. Le gouvernement Ayrault décide d’une diminution de 30% des revenus de ses membres. «On garde nos voitures de fonction ?», s’inquiète un ministre qui a souhaité garder l’anonymat.

La polémique du jour concerne le jean de Cécile Duflot. Arnaud Montebourg grimace : «Il a été fait en France, au moins ?». Dans la foulée, Vincent Peillon annonce un retour à la semaine de cinq jours à l’école. François Hollande décroche son téléphone et contacte son ministre de l’Education nationale :
«Tu te rappelles quand j’ai parlé de liberté d’action des ministres ?
- Oui
- Ça prend fin maintenant»
Jean-Marc Ayrault est chargé de calmer le jeu et d’éteindre la polémique. D’autant que Ségolène Royal a sauté sur l’occasion pour critiquer cette annonce.

Vendredi 18 mai 2012 : Welcome to America

Delphine Batho quitte un logement qu’elle louait largement en-dessous des prix du marché, Ségolène Royal nie toute polémique avec Vincent Peillon, Christiane Taubira promet une loi sur le harcèlement. Alors que François Hollande se déplace aux Etats-Unis, tout semble aller pour le mieux en France. «Tu devrais t’en aller plus souvent», plaisante l’un de ses conseillers. Valérie Trierweiler décide de lui adresser un premier avertissement officiel assorti d’une retenue sur salaire.

La rencontre avec Barack Obama se déroule sans accroc ou presque. Alors qu’ils parlent croissance économique, les deux hommes se rendent compte de leur convergence de points de vue. François Hollande se sent alors en confiance : «Hey, entre nous, Nicolas Sarkozy n’était pas armé pour parler croissance». Alors qu’il éclate de rire, le Président voit que Barack Obama reste de marbre. «Nicolas Sarkozy est l’un de mes meilleurs amis», répond-il. Malaise. Le président américain laisse passer une seconde, sourit puis rit aux éclats devant la mine rougie de François Hollande.  Notre Président a eu le temps de perdre dix litres d’eau. Cette fois, c’est promis, il ne fera plus jamais de plaisanterie. «C’est trop risqué», se dit-il.

Alors que la France s’apprête à partir en week-end, François Hollande va assister à sa première réunion du G8 à Camp David…

Le récit de cette aventure dans notre prochain numéro !

A LIRE AUSSI SUR MENLY.FR :

- Hollande-Obama : revoir la vidéo de leur première rencontre

- Ces ministères aux intitulés étranges

- Faut-il interdire Twitter aux politiques ?

- Football, politique… Quel avenir pour Eric Besson ?

- L’actualité politique sur Menly

- Toute l’actualité sur Menly

Votre avis nous interesse