Archives Ancien Menly Mis à jour le 27/10/2011 Rédigé par Julien Maron

Geneviève Lhermitte : amoureuse d’un meurtrier !

Geneviève Lhermitte est une maman de cinq enfants, jugée et incarcérée pour un infanticide : celui  perpétré sur ses 5 bambins le 28 février 2007. Depuis la maison d’arrêt de Berkendel (Bruxelles, en Belgique) où elle est emprisonnée, il a été découvert que Geneviève Lhermitte entretient une relation avec un criminel, lui aussi en prison […]

Geneviève Lhermitte est une maman de cinq enfants, jugée et incarcérée pour un infanticide : celui  perpétré sur ses 5 bambins le 28 février 2007. Depuis la maison d’arrêt de Berkendel (Bruxelles, en Belgique) où elle est emprisonnée, il a été découvert que Geneviève Lhermitte entretient une relation avec un criminel, lui aussi en prison et depuis libéré.

L’amant avait été arrêté il y a une dizaine d’années, pour meurtre. Aussi surprenant que cela puisse paraître, leurs sombres histoires semblent être ainsi relativement similaires. L’homme, jusque-là père de famille irréprochable a, pour des raisons toujours inconnues, étranglé son épouse avant de… la décapiter« Le meurtrier était sorti nu dans la rue en hurlant qu’il était devenu un homme libre, » raconte le magazine belge La Dernière Heure. Déclaré irresponsable en 2003, il est interné en centre psychiatrique et relâché en 2010. Une fois dehors, l’égorgeur n’a pas tardé à aller rendre une première visite en prison à sa nouvelle petite amie, Geneviève Lhermitte.

Car c’est en 2007 que l’homme lui envoie ses premiers courriers « Lorsque j’ai découvert ce qui s’est passé à Nivelles, je l’ai contactée par courrier parce que je m’imaginais très bien la situation dans laquelle elle devait être. J’avais de la sympathie pour elle d’autant qu’elle avait raté son suicide » raconte l’ex-taulard.

Pendant presque un an, le couple se rencontre régulièrement à la prison de Berkendel, où l’ancien prisonnier lui rend régulièrement visite. La commission de défense sociale, jugeant cette relation malsaine, décide de leur interdire tout contact, privant le couple de ces rendez-vous hebdomadaires.

« Je savais bien qu’un jour notre histoire serait dévoilée et j’avais peur de cela. Il est vrai qu’elle est en demande de beaucoup d’affection mais, pour l’instant, nous ne pouvons plus nous voir » explique-t-il. D’après ses propos, Geneviève et lui seraient dans la même situation de souffrance, et partageraient donc entre eux la même souffrance mais également un soutien une compréhension mutuelles, nées de leurs drames respectifs.

Contacté par la DH, le docteur Schaar (père spirituel du papa des 5 enfants assassinés) s’interroge : “Quand on sait ce qui s’est passé, la manière dont les enfants ont été tués, on se demande même si elle n’avait pas pris des leçons avant. Qui sait, ils se connaissaient peut-être même avant les faits ? toujours incrédule devant cette relation entre les deux meurtriers.


Votre avis nous interesse