Archives Ancien Menly Il y a 2 années Rédigé par Julien Maron

Faut-il interdire Twitter aux politiques ?

Mardi, François Hollande est devenu sous une pluie battante, le 7ème président de la Vème République. La gauche revenait au pouvoir après 17 ans passés à regarder la droite occuper l’espace médiatique, pour de bonnes ou de mauvaises raisons. Mais, comme disait Léon Zitrone, «qu’on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. […]

Faut-il interdire Twitter aux politiques ?

Mardi, François Hollande est devenu sous une pluie battante, le 7ème président de la Vème République. La gauche revenait au pouvoir après 17 ans passés à regarder la droite occuper l’espace médiatique, pour de bonnes ou de mauvaises raisons. Mais, comme disait Léon Zitrone, «qu’on parle de moi en bien ou en mal, peu importe. L’essentiel c’est qu’on parle de moi.»

Et c’est ce qui s’est passé sous les présidences de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, pendant que la gauche se contentait des élections pour faire quelques apparitions, la droite était invitée sur tous les plateaux. Logique, puisqu’elle «dirigeait le pays». Et puis, le 6 mai 2012 est arrivé et tout a changé. Du jour au lendemain, les journalistes se sont désintéressés du « Judas Besson », des comptes des Mme Bettencourt, des valises de Nicolas, pour mettre en lumière les nouvelles têtes d’affiches du gouvernement Ayrault.

Une mise au placard que n’ont pas supporté les élus de l’UMP et l’excitée du tweet Christine Boutin, qui se déchaînent depuis quelques jours sur Twitter. Compréhensible quand on est l’opposition et qu’on souhaite apporter un autre point de vue aux Français. Mais la recrudescence de tweets, l’esprit tatillon de certains hommes et femmes politiques, la mauvaise foi de quelques uns d’entre eux, sont autant d’éléments qui ressemblent plus à ce qu’il se fait en cour de récré plutôt qu’à la cour de l’Elysée.

Une des têtes de fil de ce mouvement d’opposition n’est autre que Nadine « twittos » Morano, qui a attaqué le PS, François Hollande ou le nouveau gouvernement pas moins de 11 fois depuis trois jours. Dernier tweet en date : «l’équipe de Hollande à l’Elysée c’est la promotion de la promotion Voltaire de l’ENA ! C’est les copains d’avant en somme.» En plus elle se répète, pas terrible.

On retrouve également Valérie Pecresse (n’hésitez pas à la mentionner, elle répond à tout le monde) qui a la mémoire courte : «Fabius l’homme du « non » à l’Europe annoncé aux Affaires étrangères. Tout un symbole….» Aurait-elle oublié que Brice Hortefeux, condamné pour injure raciale, a été nommé Ministre de l’Intèrieur ?

Il faut aussi citer Christine Boutin dans ce recensement. la présidente du Parti Chrétien-Démocrate est tout simplement déchaînée depuis qu’elle est dans l’opposition. Il y a deux jours elle écrivait : «est ce une provocation ? 1er Conseil des ministres le jour de l’ascension. Très mauvais symbole.» C’est plutôt de poser une RTT qui aurait été inquiétant.

La gauche n’est pas en reste. Si les nouveaux membres du gouvernement sont assez calmes depuis un moment, Eva Joly a elle tout tenté pour rentrer au gouvernement. Alors, pendant le débat elle a voulu prouver qu’elle serait une géniale ministre de la Justice : «Urgent de supprimer l’immunité du chef de l’État comme le démontrent les #affaires #bettencourt, #karachi #iledelajatte ! » L’effort fut vain.

S’il y en a un qui sait se disputer sur Twitter, c’est évidemment Jean-Luc Mélenchon. Le trublion de la scène politique fait partie de ceux qui clashent sur le réseau social, visiblement car ses idées n’ont pas l’écho qu’il espère. Ainsi, il s’est récemment attaqué à Valérie Pecresse ( «Essayez d’argumenter, pour une fois, madame Pécresse… Ou alors faites au moins semblant, comme avant.») ou encore à sa nouvelle meilleure ennemie, Marine Le Pen, pour qui il a spécialement dédié un hashtag #AbolitionDeLePenDuNord. Un peu comme un enfant trouve un surnom dégradant pour un camarade de classe.

Avec ces différentes attaques en tout genre, qui ne font absolument pas avancer le débat, on se demande si la présence des hommes et femmes politiques sur Twitter a réellement un sens. Ou un intérêt. Dans les deux cas, tout tend à prouver que non.

A LIRE AUSSI SUR MENLY :

- Rémunération des ministres : la fausse polémique 

- Politique, football… Où va finir Eric Besson ? 

Votre avis nous interesse