Archives Ancien Menly Il y a 2 années Rédigé par Julien Maron

Euro 2012 : Ribéry renaît en Bleu après six années difficiles

Pour la troisième fois consécutive, Franck Ribéry s’est montré brillant sous le maillot bleu. Buteur et passeur, le joueur du Bayern est en train de montrer que l’équipe de France ne peut pas se passer de lui si elle souhaite prolonger le voyage en Pologne et en Ukraine. C’est l’histoire d’un ancien chouchou devenu vilain petit […]

Pour la troisième fois consécutive, Franck Ribéry s’est montré brillant sous le maillot bleu. Buteur et passeur, le joueur du Bayern est en train de montrer que l’équipe de France ne peut pas se passer de lui si elle souhaite prolonger le voyage en Pologne et en Ukraine.

C’est l’histoire d’un ancien chouchou devenu vilain petit canard. Adoré pour sa simplicité, adulé pour sa combativité et ses courses folles, l’ancien Marseillais a ensuite payé, peut-être plus que les autres, pour les résultats médiocres d’une l’équipe de France à la dérive après la coupe du monde 2006. Pourtant depuis qu’il joue en Allemagne, Francky ravit les supporters du Bayern à chacune de ses apparitions et ses derniers matchs en Bleu pourraient même être le signe que l’ailier serait sur le retour. De bonne augure à moins d’une semaine du début de l’Euro contre l’Angleterre.

Buteur contre l’Islande et la Serbie, Franck Ribéry revient aux affaires. Il était temps, car le Boulonnais n’avait plus scoré en Bleu depuis 2009 et un but contre la Lituanie. Après cet éphémère fait d’arme, c’est la traversée du désert. S’en suivent notamment deux saisons compliquées pourries par les blessures et autres broutilles judiciaires. Alors cette année, Ribéry a mis les bouchées doubles et a enchainé les matchs – 50 au total – avec 12 buts pour autant de passes décisives en Bundesliga. C’est ce qui s’appelle reprendre du poil de la bête. Si l’ancien meilleur espoir 2006 de Ligue 1 a toujours été au minimum correct avec le maillot du Bayern, ses performances en équipe de France ont trop souvent été très moyennes voire mauvaises sans que Laurent Blanc ni le joueur ne trouvent la solution.

Pour Thierry Roland, toujours adepte des bons mots, il n’y a rien à comprendre. Selon l’ancien poète de TF1, le Ribéry de Munich et celui qui enfile le maillot au coq « ne sont pas les mêmes hommes« . Même si le complice de Jean-Mimi reconnait aisément que l’ailier « a des talents de footballeur« , il ne peut s’empêcher de penser qu’il y a « un problème d’intelligence chez un garçon qui est mal entouré et ne pense qu’à l’argent« .

Hasard ou non, c’est un match amical dans son Nord-Pas-de-Calais natal du côté de Valenciennes, qui permet à Franck la fripouille de se retrouver dans un maillot bleu qu’il avait du mal à porter à cause de la pression. A la 75ème minute du match contre l’Islande, la France est menée d’un but. Laurent Blanc décide de faire rentrer le miraculé nordiste. Alors qu’on pouvait s’attendre à des sifflets, comme ce fut souvent le cas avec les Bleus, les supporters accueillent le balafré local avec des applaudissements, preuve que Ribéry n’est pas totalement mort. La suite n’est que conte de fée : Franck joue à l’ancienne, comme un enfant voulant briller quand ses parents viennent le voir au stade. Il déborde, provoque et marque même le pion égalisateur, sans doute pour remercier son sélectionneur de l’avoir toujours soutenu malgré les pressions externes l’en dissuadant. Titulaire à Reims lors du deuxième match de préparation contre la Serbie, l’ailier est attendu et scruté car il sait que rien ne lui sera pardonné. Alors, pour faire taire ceux et celles qui rêvent de lui tomber une nouvelle fois dessus, il marque d’une belle reprise de volée après avoir lui-même initié l’action. Kaizer Franck ist wieder da (*).

Ce mardi contre l’Estonie, Franck Ribéry était aligné par Laurent Blanc dans une équipe se rapprochant du onze qui débutera contre l’Angleterre le 11 juin prochain. Encore une fois, l’ancien messin a livré une copie de qualité allemande. Un but et une passe décisive pour Karim Benzema avec qui les combinaisons commencent à fuser, ça suffit pour en faire une des certitudes françaises actuelles pour le début de l’Euro qui sera l’occasion pour lui de montrer que tout ceci n’était pas un feu de paille, et que les Bleus peuvent s’appuyer sur lui au moment où ça compte vraiment.

 

(*) « Kayzer Franck est de retour »

A LIRE EGALEMENT SUR MENLY.FR :

Euro 2012 : le Portugal, l’éternel épouvantail

Euro 2012 : l’Allemagne de retour sur le toit de l’Europe ?

Euro 2012 : les Pays-Bas passent à l’orange

 

 

 

Votre avis nous interesse