Archives Ancien Menly Il y a 2 années Rédigé par Julien Maron

Euro 2012 – Portugal-Espagne : petits coups de latte entre amis

La demi-finale de l’Euro 2012 entre le Portugal et l’Espagne a accouché un d’un match… euh, comment dire… tendu ! Un match où Portugais et Espagnols se sont joyeusement rentrés dans le lard. On a eu droit à toute la panoplie du bourrin de base : main négligemment balancée en pleine poire, genou savamment enfoncé […]

La demi-finale de l’Euro 2012 entre le Portugal et l’Espagne a accouché un d’un match… euh, comment dire… tendu ! Un match où Portugais et Espagnols se sont joyeusement rentrés dans le lard. On a eu droit à toute la panoplie du bourrin de base : main négligemment balancée en pleine poire, genou savamment enfoncé dans les côtes, crampons délicatement posés sur le tibia etc. Il faut dire que le Cercle des Poètes disparus au grand complet  était réuni sur la pelouse de la Donbass Arena : Arbeloa, Ramos, Xabi Alonso, côté spanish boys. Pepe, Bruno Alves et Meireles chez les Lusitaniens.

Résultat : 9 cartons jaunes, dont les 5 joueurs à vocation défensive de la Selecçao. Bref, un match de bonhomme à faire pâlir de jalousie Steven Seagal et Chuck Norris réunis. Ce match ayant été plus marqué par les coups en tout genre que par les buts et le spectacle, il est donc tout à fait logique de noter uniquement les bouchers de chaque équipe.

PORTUGAL

Pepe (8) : Du grand Pepe ! Tout timide depuis le début de l’Euro (1 seule faute commise en 4 matchs), à), il faisait presque peine à voir. Heureusement, face à ses potes du Barça, Képler Laveran Lima Ferreira (son nome complet), AKA « le Dépeceur de Maceio » a vite repris ses esprits. On a alors retrouvé le vrai Pep’ : sauts de mammouth sur le dos des nabots ibériques, tacle les deux pieds décollés, gueule de tueur à gage sous amphèt’. Ah, ça fait du bien…

Bruno Alves (7,5) : Coups de genou dans les lombaires, tirages de maillot, mandales dans la gueule : Bruno Alves possède la panoplie de la parfaite brute épaisse. Une sorte de The Rock avec des lianes sur la tête. A confirmer, mais gros, gros potentiel.

Meireles (4) : D’ordinaire, pour tout ce qui est destruction de cartilage et empreinte de crampons imprimées dans le mollet, le punk à chiens de Porto ne laisse pas sa part à ses chiens, justement. Et là, rien. Ou si peu : . Une déception.

ESPAGNE

Arbeloa (5) : 3e au classement des fautes commises avec 12 unités, le moins connu des joueurs espagnols tente de se faire un nom avec des petits coups de lattes dans les chevilles. Le genre à vous pincer les bollocks sur un corner. Mais le pauvre Alvaro restera à jamais un gagne-petit. Bon, il a pris son carton quand même, ce qui lui vaut la moyenne.

Sergio Ramos (7,5) : Ce mec a tout, c’en est presque écoeurant : une tronche de tête à claque (qui ressemble pas mal à Val Kilmer, d’ailleurs), l’agressivité d’un grizzli tout juste sorti d’hibernation et des capacités physiques hors normes qui lui permettent de découper un péroné à pieds nus et en un seul coup. Encore au top face aux Portugais, même s’il n’a aucune victime à son actif sur ce match…

Xabi Alonso (7) : « El Secator » a joué sa partition avec la précision d’un chirurgien plastique : crampons plantés au millimètre près dans le tendon d’Achille et boîte à gifles en bandoulière, prête à gicler. Du bon Xabi. Mais il a quand même fallu attendre la prolongation pour que la tondeuse à gazon madrilène nous gratifie d’une magnifique semelle sur la cheville de cet écervelé de Ronaldo et prenne enfin sa biscotte.

 

Ca vous a plu ? Vous en voulez encore :

Equipe de France : Pierre Ménès annonce que Laurent Blanc quitte les Bleus

Espagne – Portugal : pariez et gagnez à coup sûr avec « Nic’ la Seiche »

Cristiano Ronaldo, Iniesta, Pirlo, Xavi : dernière ligne droite pour la course au Ballon d’Or

 

Votre avis nous interesse