Archives Ancien Menly Il y a 2 années Rédigé par Julien Maron

Euro 2012 – Espagne-Italie : les chiffres-clés débiles de la finale

0 : C’est la distance en mètres parcourue au sprint par Pirlo depuis le début de l’Euro. L’Architecte passe en effet son temps à trottiner comme un retraité canadien sur la plage de Miami, à distiller des caviars en-veux-tu-en-voilà et à donner le tempo de son équipe. Bref, une grosse feignasse. 7 : C’est le […]

0 : C’est la distance en mètres parcourue au sprint par Pirlo depuis le début de l’Euro. L’Architecte passe en effet son temps à trottiner comme un retraité canadien sur la plage de Miami, à distiller des caviars en-veux-tu-en-voilà et à donner le tempo de son équipe. Bref, une grosse feignasse.

7 : C’est le nombre de fois où Sergio Busquets va s’écrouler dans le rond central en se tenant la jambe comme si un camion de 18 tonnes venait de lui rouler dessus. La commedia dell’arte version ibérique.

12 : Comme le nombre de prostituées ukrainiennes prévues dans l’hôtel des Italiens en cas de victoire, dont 50% pour Mario Balotelli. En cas de défaite, ce chiffre sera divisé par 2. Mais pas la part de Balotelli.

23 : C’est le nombre de seringues nécessaires aux Espagnols pour s’inoculer du sang de taur des vitamines et des sels minéraux. Une seringue par joueur : on ne badine pas avec l’hygiène et la santé au sein de la Seleccion.

28 : C’est le nombre de « i » dans les noms de famille des joueurs italiens. Ça marche aussi pour les prénoms (19) et les noms dont c’est la dernière lettre (8). George Perec ferait moins le malin s’il devait écrire une version italienne de La Disparition.

37: C’est la quantité en litres de Gomina, Pento, Gel Vivelle Dop et autres outils de sculpture capillaire qui sera utilisée pour assurer la réalisation des crêtes, des mèches et des brushings. A lui seul, Pirlo utiliserait la moitié de ce stock pour garder sa crinière de loup tirée vers l’arrière.

46523 : C’est le nombre de passes que vont se faire Xavi et Iniesta. OK, c’est un peu moins que d’habitude mais avec un milieu râtisseur aussi rapide que Pirlo, dur de faire mieux.

10 millions : C’est la somme proposée à l’arbitre de la rencontre par la fédération italienne en échange de trois penalties accordés.

3600 milliards : C’est la dette cumulée des deux pays finalistes de l’Euro. Si les 46 joueurs de ces deux sélections voulaient rembourser à eux seuls cette somme astronomique grâce à leur salaire (3 millions de moyenne), ils devraient tous être footballeurs de haut niveau pendant 26.086 ans. Roger Milla l’a fait les doigts dans le nez.

 A LIRE AUSSI SUR MENLY.FR :

Euro-Trash : Le jour où Balotelli a failli signer au Barça

Balotelli vs Gomez, Pirlo vs Ozil, Buffon vs Neuer, les italiens gagnent tous les duels

William Gallas : « on a vu le vrai visage de Samir Nasri »

 

Votre avis nous interesse