Euro 2012 : Croatie, l’outsider qui a failli battre l’Espagne
Archives Ancien Menly Mis à jour le Rédigé par Julien Maron

Euro 2012 : Croatie, l’outsider qui a failli battre l’Espagne

Opposée à l’Espagne hier soir, la Croatie a failli se qualifier pour la troisième fois de son histoire en quart de final d’un Euro. Facile vainqueur de l’Irlande et vaillante face à l’Italie, la Hrvatska qui a endossé le costume d’outsider depuis l’élimination surprise de la Russie a jouer à armes égales avec les champions […]

Opposée à l’Espagne hier soir, la Croatie a failli se qualifier pour la troisième fois de son histoire en quart de final d’un Euro. Facile vainqueur de l’Irlande et vaillante face à l’Italie, la Hrvatska qui a endossé le costume d’outsider depuis l’élimination surprise de la Russie a jouer à armes égales avec les champions en titre. Malheureusement, Casillas était dans un grand soir et a empêché les Croates de réaliser l’exploit.

Outsider (ang) : désigne un concurrent dont les chances de victoire sont très minces. Il désigne également une équipe pouvant avoir de très bons résultats sans pour autant faire partie des favoris. Cette définition, c’est celle du dictionnaire le plus connu du monde, Wikipédia. Dans la page dédiée à ce mot emprunté  à l’anglais, l’ami Wiki propose un exemple footballistique pour illustrer l’explication que certains pourraient trouver vague. Il manque juste une précision : à chaque grande compétition, les médias du monde entier désignent 3,4 voire 5 outsiders histoire de se donner un peu de marge. A l’aube de la troisième journée de la Poule C et suite à l’élimination de la Russie, la nouvelle équipe à surveiller se nommait la Croatie.

Une équipe dont le meilleur atout n’est pas sur le terrain mais sur le banc de touche. Slaven Bilic est un vrai leader et un homme de convictions. Formé par Miroslav Blazevic qui l’avait mené sur le podium de la coupe du monde 98, le sélectionneur Croate est en quelque sorte un Guardiola des Balkans. Titulaire d’une maîtrise de droit, chroniqueur au Daily Telegraph, l’homme est réputé pour être un acharné du travail et étudier soigneusement tous ses adversaires. « Nous savions tout sur l’Eire » avait-il dit après la victoire 3-1 de son équipe. Bilic sait aussi que son équipe est attendue par toute une nation et n’a pas le droit à l’erreur.

« C’est le match le plus important de cette génération » prévenait-il en conférence de presse. Pletikosa, Srna et Olic jouaient peut-être leur dernière grande compétition internationale. Derrière, pour épauler Modric, Kranjcar , Manduzkic et Pranjic c’est bien maigre. Les joueurs avaient donc à coeur de briller. Malheureusement pour les supporters de la Hrvatska, si la volonté était à la hauteur du talent, la chance n’était pas de leur côté. Malgré une défense solide, un milieu de terrain créatif et des attaquants mobiles, l’équipe a réussit à faire déjouer l’Espagne sans jamais inscrire le but salvateur.

Car si les coéquipiers de Xavi ont fait tourner le ballon aux abords de la surface, ils se sont aussi fait prendre en contre, une des armes principales des hommes de Bilic. Avec Modric en rampe de lancement, les fusées Srna et Pranjic sur les côtés et Super Mario Mandzukic toujours là pour mettre la tête, la Roja a frôlé la catastrophe.

Mais grâce à une inspiration de Cesc Fabregas, les joueurs de Del Bosque ont validé leur billet pour les quarts de final où ils seront opposés à l’Angleterre, l’Ukraine et peut-être même la France. Après, c’est plus dégagé avec une potentielle demi-finale contre le Portugal.

Mais ce qu’on retiendra de cette soirée, c’est qu’il y a eu un vrai combat hier soir à la PGE Arena de Gdansk. Un combat dont l’outsider aurait pû sortir vainqueur.

A LIRE AUSSI SUR MENLY.FR :

Euro-Trash : La machette, nouveau décapsuleur de bières des supporters Polonais

Cristiano Ronaldo en route pour le Ballon d’Or

Equipe de France et Real Madrid : même jeu, même identité

Euro 2012 : l’Italie éliminée par un match truqué ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Votre avis nous interesse