Archives Ancien Menly Mis à jour le 12/06/2012 Rédigé par Julien Maron

Euro 2012 : Archavine, Dzagoev et Pavlyuchenko, les trois poupées russes

La Russie affronte la Pologne ce mardi soir pour son deuxième match de l’Euro 2012. Après une rencontre d’ouverture qui les a vu briller, les Russes entendent bien confirmer et se qualifier quoiqu’il arrive pour les quarts de finale de l’Euro en cas de victoire. Pour cela, ils auront besoin de leurs atouts offensifs pour […]

La Russie affronte la Pologne ce mardi soir pour son deuxième match de l’Euro 2012. Après une rencontre d’ouverture qui les a vu briller, les Russes entendent bien confirmer et se qualifier quoiqu’il arrive pour les quarts de finale de l’Euro en cas de victoire. Pour cela, ils auront besoin de leurs atouts offensifs pour montrer que la probante victoire contre les Tchèques n’était pas un feu de paille.

Andrei Archavine :

En 2008, le joueur du Zenit Saint Pétersbourg avait crevé l’écran par ses déboulés sur le côté, ses dribbles à rendre fou n’importe quel latéral ainsi que pour son influence sur le jeu russe. Andrei Archavine était en 2008, l’homme fort d’une Russie retrouvée, ce qui a attiré l’oeil de nombreux recruteurs dont ceux d’Arsène Wenger qui l’enrôla à Arsenal. Trois ans et des quelques déceptions plus tard, le natif de Leningrad est renvoyé dans son club de toujours pour un prêt de six mois, en passe d’être transformé en achat. L’affaire se montre concluante puisque le « Tsar » a convaincu le sélectionneur Dick Advocaat de le nommer capitaine pour la compétition. Pour l’ouverture de l’Euro, il a même rassuré tout le monde en délivrant une passe décisive et en retrouvant les sensations perdues lors de son passage à Londres.

Alan Dzagoev :

Meilleur buteur surprise de ce début d’Euro avec deux pions, le meneur de jeu du  CSKA a prouvé que Guus Hiddink ne s’était encore une fois pas trompé en le demandant avec insistance quand il était à Chelsea. Celui qui a joué tous les matchs des éliminatoires et qui fut titularisé dans son club dès l’âge de 17 ans a tout pour devenir la révélation de la compétition. Ce n’est même pas un orteil fracturé à la fin du mois de mars qui l’a empêché de bien se préparer. A partir de là, que pourrait-il craindre ? Certainement pas Damien Perquis.

Roman Pavlyuchenko :

Après l’Euro 2008 qui l’avait vu briller de mille feux, l’ancien joueur du Spartak signe à Tottenham pour 18 millions d’Euros et les promesses qui vont avec. Finalement, le transfert du Russe est un flop complet tant il n’aura jamais réussi à s’imposer chez les Spurs. Relegué au troisième rang derrière Jermaine Defoe et Peter Crouch, Pavlyuchenko est en toute logique renvoyé chez lui, au Lokomotiv Moscou en Janvier 2012 pour 9 millions d’Euros afin de se refaire une santé et de se préparer pour la compétition qui l’a fait connaître en 2008. Au départ remplaçant derrière Kerzhakov, le longiligne attaquant a profité de la maladresse du joueur du Zenit (7 tirs lors du premier match, tous non cadrés) pour rentrer en jeu et inscrire pour l’instant le plus beau but du tournoi. Comme une vidéo sera plus explicite que des mots…

 

A LIRE EGALEMENT SUR MENLY.FR :

Euro 2012 : la Russie, grande favorite de la Poule A

Euro 2012 : la Pologne, voyage en terres connues

Euro 2012 : suivez Grèce – République Tchèque en direct sur internet

Euro 2012 – Dans le bus des Bleus : Raymond Domenech n’est pas convaincu par Samir Nasri

 

 

Votre avis nous interesse