Archives Ancien Menly Mis à jour le 28/06/2012 Rédigé par Julien Maron

Euro 2012 – Allemagne – Italie : pariez et gagnez à coup sûr avec « Nicky la Méduse »

L’Allemagne affronte l’Italie en demi-finale de l’Euro 2012 ce soir à Varsovie. Dans le dernier carré des quatre dernières grandes compétition, les hommes de Joachim Löw sont tout indiqués (cote 1,75) pour aller défier les Espagnols en finale dimanche. Face à eux, la scandaleuse Squadra Azzura, que personne n’attendait à ce stade de la compétition […]

L’Allemagne affronte l’Italie en demi-finale de l’Euro 2012 ce soir à Varsovie. Dans le dernier carré des quatre dernières grandes compétition, les hommes de Joachim Löw sont tout indiqués (cote 1,75) pour aller défier les Espagnols en finale dimanche. Face à eux, la scandaleuse Squadra Azzura, que personne n’attendait à ce stade de la compétition (4,40) comme en 82 et 2006. Et si le football était finalement un sport qui se joue à 11 contre 11 dans lequel les Italiens ne perdent jamais ?

Composition classique des deux cotés. Les Italiens ressortent leur catenaccio, Mario Gomez fait son retour dans le onze germain et Stéphane Lannoy joue le rôle de l’homme en noir. Une bonne soirée se profile.

La Mannschaft donne le coup d’envoi du match sous les sifflets des tifosis venus en masse grâce à un détournement de places au marché noir. A la 9ème minute, tétanisé par la pression, Reus, titulaire à la place de Müller, loupe son contrôle à 70 lieues de ses cages. Balzaretti en profite et joue en première intention sur Pirlo. Les cheveux au vent, « L’Architecte » demande un soin à Philippe Lannoy, ce qui interpelle les Allemands. Une astuce de plus de la part de l’égérie de l’Oréal qui profite de sa feinte pour envoyer une louche aussi gonflée que géniale à Mario Balotelli. Super Mario gâche l’occasion en tentant un improbable coup du foulard loupé en reprise de volée en guise de première mauvaise blague.

Les Allemands se ressaisissent et attaquent plein pot en direction du but italien. Aux 30 mètres, Mesut Ozil combine un une-deux avec Toni Kroos et décale Schweinsteiger qui ne se pose pas de questions. Le chouchou de Merkel allume le portier de la Juve qui, flambeur, pense la bloquer d’une main. Gianluigi Buffon se fracture le poignet. Le ballon traîne dans la surface, Mario Gomez en profite et envoie la boule dans le but vide d’un pointu Inzaghiesque. Les teutons mènent 1 – 0 (cote 1,57 et cote de 5,50 pour l’ouverture du score de Mario Gomez) et Sirigu entre à la place de Gigi. Le score ne bougera plus en première mi-temps (cote 2,95). Un scooter descend des tribunes.

Pour la première fois menés au score, les Italiens vont devoir réagir. Pour cela, Prandelli fait rentrer Di Natale à la place de Marchisio transparent. Les intentions sont meilleures des deux côtés et la purge de la première période semble déjà loin. Dans un jeu à une touche, Schweinsteiger adresse une transversale estimée à 114km/h pour Marco Reus qui centre de volée pour Gomez. Sans sauter, la moissonneuse-batteuse du Bayern devance Chiellini et trompe Sirigu d’une tête piquée. La Mannschaft mène 2 – 0 grâce à un doublé de Gomez (cote 9,00). L’Allemagne est plus que jamais en finale.

Oui mais voilà, cette année l’Italie est sur un nuage et on sent les Ritals plutôt sereins. Ils ont raison même s’il ne reste que 10 minutes à jouer. C’est à ce moment que le match bascule dans l’irrationnel.

Les Allemands sont sur le reculoir et attendent les poussées transalpines pour accroître leur Empire. Sur l’une d’entre elles, Thiago Motta adresse une passe lumineuse à Antonio Di Natale qui se présente sans trembler face à Neuer. Le joueur de l’Udinese fait sa spéciale et enroule dans le petit filet pour une réduction du score méritée (cote 4,00), le stade est en feu pour les 5 dernières minutes.

Sur le coup d’envoi, la Squadra agresse l’Allemagne jusqu’à faire perdre leur calme aux Germaniques. Sur une semelle trop appuyée de Motta, Boateng pète un plomb et donne un coup de coude au Parisien. M. Lannoy n’hésite pas et sort le carton rouge. Aucun soin ne sera proposé.

A 10, les hommes de Löw paniquent et n’enchaînent plus, il reste 4 minutes. Sur un coup-franc excentré, Pirlo dépose une merveille de centre pour Abate qui marque d’une main grotesque (cote 23,00). Ozil jette un regard noir à l’arbitre et l’Italie se met à rêver d’une des plus belles résurrections qu’ait connu l’Euro.

Alors que 3 minutes de temps additionnel sont annoncées, Toni Kroos retient par le slip Antonio Cassano après un petit pont provocant. A 26 mètres des buts, on se dit que Pirlo va tenter sa chance. Petit joueur, le Maestro feinte la frappe et passe le ballon à Balotelli qui enroule à ras de terre. Manuel Neuer veut une nouvelle fois chambrer le Citizen en dégageant du pied sauf que cette fois, l’Italien a le dernier mot. Super-Mario brosse l’Allemagne (cote 3,50) et pulvérise les siens en finale. Pour fêter son but, le facétieux court à toute berzingue devant le banc Allemand et arrose Joachim Löw d’une crotte de nez dans la tronche avant d’enlever son maillot et de se prendre un deuxième carton jaune synonyme d’exclusion et de suspension pour la finale.

Pour résumer, le score final sera de 3 – 2 pour l’Italie (cote 67,00) alors que l’Allemagne menait à la pause (cote 36,00). Si vous suivez nos conseils, vous pourrez acheter la Renault Laguna dont vous rêvez secrètement depuis longtemps.

A LIRE EGALEMENT SUR MENLY.FR :

OM : Gerets refuse de remplacer Deschamps, Anigo en pôle ?

Lloris n’en veut pas à Ménez et reconnait « l’avoir pourri »

Tour de France 2012 : le Top des applications iPhone et iPad pour suivre la course


 

Votre avis nous interesse