En période de fertilité les femmes veulent plaire, ensuite elles s’empiffrent
Archives Ancien Menly Mis à jour le Rédigé par Julien Maron

En période de fertilité les femmes veulent plaire, ensuite elles s’empiffrent

15h10 – En période de fertilité les femmes veulent plaire, puis elles mangent  On savait que les hormones avaient une influence sur notre comportement. Les femmes, qui subissent davantage de variations hormonales que les hommes du fait de leur cycle menstruel, peuvent changer d’attitude de façon déconcertante, sans qu’elles puissent se l’expliquer. Une étude, publiée […]

15h10 – En période de fertilité les femmes veulent plaire, puis elles mangent 

On savait que les hormones avaient une influence sur notre comportement. Les femmes, qui subissent davantage de variations hormonales que les hommes du fait de leur cycle menstruel, peuvent changer d’attitude de façon déconcertante, sans qu’elles puissent se l’expliquer. Une étude, publiée dans le Journal of Consumer Psychology, nous apprend que les femmes consomment plus lorsqu’elles sont en période de fertilité, et pas n’importe quel bien. Il s’agit surtout de cosmétiques et de vêtements, et ce, afin de plaire et de séduire. En revanche, pendant le reste du cycle, elles se ruent sur la nourriture, ainsi concentrées sur leur survie. L’un des chercheurs en charge de l’étude, Gad Saad, explique ce phénomène par la théorie de l’évolution humaine de Darwin : alors fertile, la femme cherche à attirer un partenaire masculin afin de pouvoir se reproduire (une démarche inconsciente à laquelle nous devons peut-être la pérennité de notre espèce étant donné qu’à l’époque des premières civilisations, personne ne savait comment fonctionnait le cycle de reproduction). On sait par ailleurs, que les femmes, au pic de leur fertilité, sont attirées par des hommes virils, et plus doux pendant la phase lutéale.

Source.

Dimanche 29 juillet 2012 : 

******

07h35 – Les enfants obèses montrent des signes précoces de fragilité cardiovasculaire 

Les conséquences de l’obésité chez l’enfant ne sont pas seulement d’ordre psychologique. Une étude néerlandaise démontre que dès leur plus jeune âge, certains jeunes en surpoids montrent des signes inquiétants de fragilités cardiovasculaires. Sur les 500 enfants et adolescents obèses et suivis par les chercheurs, 2/3 présentent un risque cardiovasculaire, dont 56% ont une hypertension artérielle, 14% un taux trop important de sucre dans le sang et 54% un taux de cholestérol élevé. La donne pourrait s’inverser avec les années si ces jeunes gens retrouvent un poids normal, mais rien n’est sûr. On estime que 3/4 des enfants obèses après 10 ans le restent à l’âge adulte.

Mercredi 25 juillet 2012 : 

******

On nous ment, on nous spolie ! Le message de prévention « Manger 5 fruits et légumes par jour » s’affiche depuis quelques années sur toutes les publicités des produits gras et sucrés. Une alerte qui ne tient malheureusement pas compte de l’intelligence de ceux qui le reçoivent, c’est-à-dire les consommateurs moyens.

Des chercheurs grenoblois expliquent à l’inverse que cette recommandation mènerait à des excès  alimentaires et donc à la prise de poids.

« En associant des messages sanitaires à des produits alimentaires hédoniques (glaces, hamburgers…), les individus perçoivent ces informations comme une solution potentielle à la prise de poids », explique Carolina Werle à l’Express.

En résumé, pour beaucoup, manger 5 fruits et légumes par jour permettrait d’avaler n’importe quoi à côté, comme une récompense que l’on s’accorderait pour bonne conduite alimentaire…

Donc on récapitule, manger 5 fruits et légumes par jour c’est bien, mais ça ne vous autorise pas à bouffer 3 pots Haagen Dazs juste après !

A LIRE AUSSI SUR MENLY

- The Dark Knight Rises : le jeu des acteurs passé au crible

07h55 – Un décès sur dix est lié à l’inactivité physique

Au même titre que le tabac ou l’obésité, le manque d’activité physique est à l’origine d’un décès sur dix dans le monde. C’est ce que démontre une étude publiée aujourd’hui dans la revue médicale britannique Lancet. En 2008 par exemple, sur 57 millions de personnes décédées dans le monde entier, 5,3 millions de personnes seraient mortes par manque d’activité physique. Il faudrait pratiquer au moins 150 minutes d’activité modérée par semaine pour augmenter notre espérance de vie : 6 à 10% des quatre grandes maladies non transmissibles (maladies cardio-vasculaires, diabète de type 2, cancers du sein et du côlon) seraient directement liées à l’inactivité, selon le Dr I-Min Lee de la Harvard Medical School de Boston. L’OMS rejoint parfaitement cette recommandation, incitant les personnes à faire 30 minutes de marche rapide cinq jours par semaine. Parmi les plus mauvais élèves en Europe : Malte, la Serbie et le Royaume-Uni comptent le plus d’adultes inactifs. A l’inverse, la Grèce et l’Estonie sont les pays les plus sportifs. Il n’y a plus qu’à…

Mercredi 18 juillet 2012 :

******

08h05 – Un excès de télévision avant 4 ans augmente le tour de taille

Des chercheurs canadiens ont conclu, suite à une étude menée sur 1 314 enfants entre 2 et 4 ans pendant 2 ans et demi, que les petits qui regardent trop la télé ont plus de risque d’être touchés par l’obésité. Jusque là, rien de bien nouveau. Mais ils vont plus loin en mettant en lien, le nombre d’heures passées devant le petit écran et l’élargissement du tour de taille. Et tout se jouerait avant 4 ans. Car chaque surdose de télé a un impact sur le développement physique des années futures. Ainsi, les bambins ne devraient pas regarder la télévision plus de deux heures par jours. Alors que les scientifiques ont constaté que le temps passé par semaine était de 14,8 heures à l’âge de 4 ans et demi, il semblerait, que 15 % des enfants interrogés qui regardaient la télé plus de 18 heures par semaine à cet âge-là auraient vu leur tour de taille augmenter de 7,6 mm supplémentaires à l’âge de dix ans. Autre constat : regarder la télévision trop longtemps et trop souvent pourrait compromettre la remise en forme musculaire à l’approche de la puberté.

 

15h30 : La pilule du lendemain de plus en plus utilisée 

Hier le journal de France 2 diffusait un reportage mettant l’accent sur l’utilisation croissante de la pilule du lendemain. Selon plusieurs études, de plus en plus de femmes ont recours à ce dispositif pour éviter de tomber enceinte. On comprend alors que la pilule contraceptive quotidienne – tout comme les consultations chez le gynécologue –  est devenue trop coûteuse pour certaines étudiantes. La ministre de la Santé, Marisol Touraine a fait passer un décret afin de rendre plus accessible la pilule contraceptive (en octroyant des ordonnances valables 1 an) et donnant la possibilité d’avoir une contraception d’urgence gratuite à l’université. Aussi, la pilule du lendemain, disponible gratuitement dans les établissements scolaires est-elle la meilleure solution pour responsabiliser les jeunes femmes, qui seront encore plus tentées de l’utiliser au détriment des préservatifs et des pilules quotidiennes ? Source.

Dimanche 15 juillet 2012 : 

******

12h05 – Restez assis moins de 3 heures par jour et vivez 2 ans de plus 

Une étude très sérieuse, selon laquelle on augmenterait notre espérance de vie de 2 ans en restant assis moins de trois heures par jour, a été publiée aujourd’hui dans la revue médicale British Medical Journal. Plus précisément, si on limite à deux, le nombre d’heures assis devant la télé, on gagnerait 1,38 an. On sait déjà que la sédentarité augmente les risques de diabète et de maladies-cardiovasculaires. Désormais, « certaines études montrent qu’en position assise, les muscles des jambes sont totalement inactifs, ce qui crée des perturbations des niveaux sanguins de sucre et de graisse », explique le Dr Peter Katzmarzyk, de l’Université de Louisiane qui a dirigé l’étude. L’enquête a été réalisée en 2005/2006 puis une seconde fois en 2009/2010 à partir d’un large échantillon de jeunes américains de plus de 18 ans. Selon les derniers chiffres, aux Etats-Unis, Canada, Australie et Ecosse, le taux de mortalité est supérieur de 20% chez les personnes déclarant rester assises plus de 6 heures par jour par rapport à celles restant assises moins de 3 heures, avec un risque de décès supérieur chez les femmes (34% contre 17%). Source.

08h15 – 250 000 femmes sauvées par la contraception chaque année 

Une étudie britannique publiée aujourd’hui en Angleterre par la revue médicale The Lancet, à la veille du sommet sur le planning familial à Londres, informe sur le nombre de femmes sauvées par un moyen de contraception chaque année dans le monde. Et il serait de 250 000 ! Aussi pourrait-on atteindre les 350 000 si toutes les femmes disposaient d’une contraception. Par ailleurs, l’enquête révèle que 355 000 femmes sont mortes des suites de couche ou d’avortements dangereux en 2008. Les pays en développement sont d’autant plus concernés puisque la contraception y est moins développée. Exemple : quant seulement 22% des femmes utilisent des méthodes anticonceptionnelles en Afrique sub-saharienne, ce sont 75% dans les pays industrialisés. En 20 ans, la mortalité maternelle a diminué de 40% dans les pays en développement. Et si toutes les femmes avaient accès à la contraception, le taux pourrait encore baissé de 30%.

Mardi 10 juillet 2012 :

Votre avis nous interesse