Archives Ancien Menly Mis à jour le 01/07/2012 Rédigé par Julien Maron

Bien-être : 21 jours pour arrêter de râler

Dimanche 1er juillet 2012 – 21 jours pour arrêter de râler  Selon une étude très sérieuse (publiée dans le « Journal of Happiness Studies »), on râlerait entre 10 et 15 fois par jour. 93% d’entre nous rouspéteraient même « très souvent ». Et il n’y a pas que l’entourage qui en pâtit. Les premiers touchés sont les râleurs eux-mêmes. Ne […]

Bien-être : 21 jours pour arrêter de râler

Dimanche 1er juillet 2012 – 21 jours pour arrêter de râler 

Selon une étude très sérieuse (publiée dans le « Journal of Happiness Studies »), on râlerait entre 10 et 15 fois par jour. 93% d’entre nous rouspéteraient même « très souvent ». Et il n’y a pas que l’entourage qui en pâtit. Les premiers touchés sont les râleurs eux-mêmes. Ne vous énervez pas, il existe une méthode pour lutter contre la grise mine, celle de Christine Lewicki. 21 jours. C’est le temps qu’il faut selon elle pour arrêter de ronchonner. Voici, en substance, les points clés de sa tactique :

Prendre sa vie en main en essayant de changer ce qui ne va pas et lâcher prise pour les choses qu’on ne peut contrôler.

– Il y a une façon de bien râler, celle qui permet de créer du lien avec ses semblables. Tout dépend de la qualité des relations que vous souhaitez entretenir.

Toujours se souvenir de ce qui vous fait du bien, en les exprimant clairement à haute voix, car « les mots du quotidien deviennent notre vie », rappelle Christine.

– Ne pas juger les autres, arrêter de commenter, de critiquer, de fustiger la vie d’autrui. Concentrez votre énergie sur votre vie à vous.

– Bien discerner ce qui importe : laissez les petits tracas de côté et donnez vous des priorités.

Depuis qu’elle a décidé d’arrêter de râler, la vie de Christine a changé, en particulier son rapport avec ses enfants, dont elle s’est enfin rapprochée.

Tenté par un cours avec Christine Lewicki ? Rendez-vous le 3 juillet à la salle de la Mutinerie à Paris. Plus d’infos sur son blog : jarretederaler.com

Source.

29 juin –  Santé : 1 français sur 2 a grossi depuis le début de sa carrière

Le passage à l’âge adulte n’est pas une chose facile. Entre les factures, les impôts et les responsabilités, on regrette vite le temps de sa jeunesse où on pouvait gambader insouciant dans les rues sans penser au lendemain en se goinfrant de Car-en-sac et Minto, caramel à un franc. Mais ce temps là est révolu. Surtout pour ce qui est de se goinfrer sans prendre un gramme. En effet, d’après une enquête de CarreerBuilder, 48% des employés français déclarent avoir grossi depuis le début de leur carrière.

Pire, 15% ont pris 6 à 11 kg de plus. Des chiffres qui font froid dans le dos et pèsent lourd dans l’estomac. Pour expliquer cette prise de poids, il y a le petit encas en cas de stress (43%) mais également les déjeuners à l’extérieur (23%) où l’équilibre du repas n’est jamais au rendez vous.  La plus mauvaise nouvelle dans tout ça, c’est que le régime Dukan a officiellement été désavoué depuis la radiation de l’Ordre des Médecins de son créateur.

Pour retrouver la ligne, n’hésitez donc pas à manger cinq fruits et légumes par jour et essayez d’avoir une activité physique régulière, le matin, le soir, et même de 5 à 7 pour les infidèles au régime du plat unique.

Source

A LIRE AUSSI SUR MENLY.FR :

Pékin Express – Jessica : « Grâce à Fred, je suis capable de supporter l’insupportable »

KFC lance le premier burger avec le fromage sur la tranche de pain

31 mai – Journée mondiale sans tabac : les personnes dotés des gènes susceptibles de les rendre gros fumeurs seraient ceux qui répondent le mieux aux traitements anti tabac.

Une étude réalisées par la Washington University de Saint-Louis viennent de démontrer que l’ADN pouvait déterminer la meilleure thérapie pour arrêter de fumer.

Parmi les personnes qui ont participé aux tests, 5.216 accros à la cigarette étaient suivis pour noter à quel âge ils arrêtaient de fumer. Parallèlement, 1.073 autres participaient à un essai clinique pour un médicament censé les pousser à décrocher.

Résultat de l’étude : les fumeurs qui possèdent certains variants dans leur ADN, dits à risques élevés, stoppent la cigarette deux années plus tard que ceux qui en sont dépourvus. ces derniers connaissent de plus des difficultés accrues à arrêter de fumer sans aide médicamenteuse. En revanche, les individus privés de ces variants ADN ont trois fois plus de chance de répondre aux traitements antitabac classiques.

Pour les chercheurs, cette découverte est cruciale. A partir de l’observation de l’ADN et de son génotype, il serait possible d’adapter le traitement pour arrêter de fumer. Jusqu’à maintenant, les scientifiques étaient convaincus que les gènes n’avaient que peu d’impact vis à vis de l’addiction à la nicotine.

L’analyse plus complète est à lire en cliquant ici

 

29 mai – Entre abdos Cristiano et abdos Kro, plus besoin de choisir ? Une étude suédoise réalisée par l’université de Göteborg révèle que la bière ne serait pas responsable de la prise de bide.

Cette bénédiction survient après une enquête de 4 ans réalisée auprès de 20 000 allemands répartis en 3 catégories : les gros buveurs de bière (entre 500ml et 1l par jour), les consommateurs modérés et les abstinents.

Résultat :  la bière rend effectivement bedonnants, mais son effet ne se limite jamais à l’abdomen :« La consommation de bière semble plutôt associée à une augmentation des graisses sur l’ensemble du corps. » En plus clair, la bière n’est pas seule responsable de la prise de poids encore moins celle de notre ceinture abdominale.

En somme, boire de la bière ne fait pas prendre du bide, mais est associé à un déséquilibre alimentaire et à une prise de poids générale. C’est vrai qu’on a rarement vu de gros buveurs de bière adeptes de déjeuner salade/yaourt allégé.

A LIRE AUSSI SUR MENLY
- Euro 2012 : Yoann Gourcuff éjecté de la liste des 23 prend cher sur Twitter
- Samsung Galaxy S3 : 2 à 3 semaines de retard pour la version bleue

Source

Bon et mauvais cholestérol : même combat 

On entend souvent qu’il y a le « bon cholestérol » (celui que le foie éliminerait rapidement pour le rendre inoffensif) et le « mauvais cholestérol » (celui qui boucherait nos artères) et que le premier réduirait le risque d’infarctus. Eh bien non, selon  une récente étude américaine, publiée sur le site The Lancet« Alors qu’un faible taux de ‘mauvais’ cholestérol réduit à coup sûr le risque d’infarctus, ‘nos résultats montrent que l’augmentation de bon cholestérol n’entraîne pas forcément la réduction du risque cardiovasculaire’, affirme le Dr Sekar Kathiresan, l’un des auteurs de l’étude en question (hôpital du Massachussetts et à école de médecine de l’université de Harvard).
Selon les expériences réalisées, on constate que les sujets génétiquement programmés pour avoir un taux plus élevé de « bon » cholestérol avaient le même risque de faire un infarctus que les autres. Ce sont les traitements visant à augmenter le taux de « bon cholestérol » dans le sang qui vont en prendre un coup si les recherches approfondies confirment cette thèse. Source.

******

Qui a dit que boire trop de café était mauvais pour la santé ? Que Nenni ! 

D’après une étude de l’institut national du cancer américain (NCI), publiée hier, les adultes de 50 à 71 ans qui ingurgitent quotidiennement au moins 3 tasses de « noir », qu’il soit normal ou décaféiné, verraient leur risque de mourir diminuer de 10% par rapport à ceux qui ne consomment pas de café. Les 400 000 sujets de l’étude ont ainsi été suivis de 1995 à 2008.

En consommant trois tasses de café par jour, les risques de maladies cardiovasculaires et respiratoires, d’attaques cérébrales, de blessures, d’accidents, de diabète ou d’infection, diminuent. Par ailleurs, un léger accroissement du risque cancer a été détecté chez les hommes qui consomment beaucoup de café, mais pas chez les femmes. 

Malgré les résultats obtenus, les chercheurs ne peuvent pas les valider, car ils ne sont pas certains « scientifiquement » que la consommation de café prolonge la vie.

Source.

A LIRE AUSSI SUR MENLY.FR : 

Jay-Z est pour le mariage homosexuel

Ayrault en langue arabe signifie pénis. Les médias arabophones dans l’embarras

Votre avis nous interesse