Bernard Kouchner : « Je n’ai jamais voté à droite »
Archives Ancien Menly Mis à jour le Rédigé par Julien Maron
the_title();

Jeudi 31 mai – Bernard Kouchner, M. Médecin sans frontière, a déclaré alors qu’il était invité par RTL : « je n’ai jamais voté à droite« . Celui qui avait ministre des affaires étrangères sous le gouvernement Fillon I entre 2007 et 2010 a cependant expliqué qu’il « ne regrettait pas d’avoir été un ministre d’ouverture« . Retrouvez l’intervention […]

Jeudi 31 mai – Bernard Kouchner, M. Médecin sans frontière, a déclaré alors qu’il était invité par RTL : « je n’ai jamais voté à droite« . Celui qui avait ministre des affaires étrangères sous le gouvernement Fillon I entre 2007 et 2010 a cependant expliqué qu’il « ne regrettait pas d’avoir été un ministre d’ouverture« .

Retrouvez l’intervention de Bernard Kouchner sur RTL :

Mardi 29 mai – Laurent Fabius, ministre des Affaires Étrangères, déclare aujourd’hui que « Bachar Al-Assad est l’assasssin de son peuple« . Le patron du Quai d’Orsay s’indigne contre les massacres que le dirigeant syrien perpétue depuis près d’un an contre son peuple. Bien que Kofi Annan ait été reçu par Al-Assad dans le cadre d’une mission estampillée ONU, il semble que l’organisation internationale n’ait actuellement pas les moyens de mettre fin à ses infamies.

François Hollande va-t-il intervenir en Syrie comme Nicolas Sarkozy l’a fait en Libye ?

Jeudi 24 maiFrançois Fillon a annoncé qu’il briguerait la présidence de l’UMP. Une annonce qui fait rugir ce matin. Jean-François Copé et Rachida Dati, ses deux plus grands amis, lui ont déjà bien fait comprendre de retourner cueillir des fraises.

Bernard Debré non plus n’y est pas allé par quatre chemins : « C’est une très grave erreur. Si on veut gagner, si on peut gagner c’est en étant uni. Je trouve qu’il est ridicule, lamentable et dangereux qu’il y ait ces bagarres au sein de l’UMP entre Jean-François Copé et François Fillon. Là, ils nous gênent et ils nous embêtent. J’ai dit à Fillon : « François, il faut fermer sa gueule ». François Fillon n’est pas plus leader naturel que Copé. Ils n’ont pas l’air de s’entendre admirablement bien, mais on le savait« .

La question demeure : Fillon et Copé vont-ils suivre ce précieux conseil ?

Mardi 15 mai 2012 : « Les Sarkozy doivent se faire oublier, et ils se feront oublier ». Ce sont les mots que Nicolas Sarkozy aurait adressés à son fils, Jean, lequel souhaitait se présenter dans la circonscription de Neuilly-Puteaux, pour les prochaines législatives. Une « mauvaise idée », selon le président sortant. Source. Pourquoi pareil avertissement ? Une pause avant son grand retour en 2017, sans doute… 

A LIRE AUSSI SUR MENLY.FR : 

Investiture de François Hollande : suivez la journée en direct sur BFM-TV

Lundi 14 mai 2012 : On apprend sur le blog de Jean-Marc Morandini que Johnny Hallyday refuse toujours de dire pour qui il a voté à la présidentielle : « Un artiste n’a pas à parler de politique. Le vote est secret, je n’ai pas à dire pour qui j’ai voté ». Le chanteur, interrogé ce matin sur Europe 1, a déclaré : « Vous savez que je suis très ami avec Nicolas Sarkozy, et je serai ami avec lui toute ma vie, parce que je le connais depuis très longtemps et que c’est lui qui m’a marié, quand j’ai épousé Lætitia ». Par ailleurs, Johnny Hallyday estime toutefois que François Hollande « sera un très bon président ».

Mercredi 06 Mai 2012 : La grosse polémique de la semaine au sein de l’ATP, c’est la nouvelle terre bleue dont les organisateurs du tournoi de Madrid ont choisi de couvrir son cour central. Après Rafael Nadal, c’est au tour de Novak Djokovic de se plaindre : « Il n’y a aucune similarité avec l’an dernier, c’est beaucoup plus glissant. La granulosité de la terre battue bleue et rouge est complètement différente. Je ne veux pas être celui qui se plaint, mais j’ose espérer qu’on aura de sérieuses discussions avec l’ATP. Depuis que je suis à Madrid, je n’ai entendu personne dire du bien de cette surface, hommes et femmes confondus. On ne peut pas se déplacer normalement sur ce court central. Ce n’est pas du tennis. C’est bien simple, je n’ai pensé qu’à remettre la balle. Soit je viens avec des chaussures de foot, soit je demande des conseils à Chuck Norris !« 

Mercedi 25 avril 2012 J+3 ou J-11 : Nicolas Sarkozy est dans une position délicate. Alors que le président sortant pensait finir en tête au soir du premier tour, il se retrouve bon deuxième. Pour rien arranger à ses affaires, il est plutôt esseulé et va avoir besoin de beaucoup de voix supplémentaires s’il veut encore une fois prendre le meilleur sur le Parti socialiste. Alors pour le candidat UMP, la campagne d’entre deux-tours ressemble de plus en plus à une séance de lobbying intensive. Et le chantier est vaste, puisque le chef d’Etat espère rabattre les électeurs FN et MoDem. C’est donc sans surprise que les petites marques d’attention et autres phrases remplies de tendresse ont fait leur apparition.

Invité sur France Info ce matin, Nicolas Sarkozy a surpris son monde en faisant du pied à Jean-Luc Mélenchon. Le leader du front de gauche a prôné pendant sa campagne un rejet de François Hollande et a refusé de donner explicitement une consigne de vote en faveur de ce dernier. Le président de la République a donc tenté une première approche, plus ou moins masquée : « Jean-Luc Mélenchon compare François Hollande à un capitaine de pédalo et se couche le soir du dimanche. Quelle politique est-ce là?« . Désinhibé, le président se débarrasse du protocole et lance un grand : « Je ne peux pas dire de mal de quelqu’un qui aime la musique de Carla« .

Les hommes politiques sont, au fond, des grands bisounours.

A lire aussi sur Menly :

Johnny Halliday doit 9 millions d’euros au FISC

Quel gouvernement pour François Hollande ?

Retrouvez les petites phrases et les coups de gueule des candidats et de leur entourage dans notre Fight-Club 2012

Lundi 23 avril 2012 J+1 : La phrase du jour nous la devons à Frantz-Olivier Giesbert. Le journaliste était sur le plateau de France 2 hier pour la soirée spéciale premier tour de l’élection présidentielle 2012. Quand Laurent Delahousse, qui présentait, lui a demandé son avis sur le score de François Hollande, le bonhomme s’est fendu d’un : « il les a tous baisé, si je peux me permettre« . Et le présentateur de répondre : « euh non, ça, on ne permet pas« .

FOG, comme il est souvent appelé, s’est fait une réputation de trublion lors de cette campagne. Il avait notamment été très en forme lors de la dernière édition de l’émission Des paroles et des actes.

Mercredi 18 avril 2012 J-5 – Fadela Amara annonce qu’elle se rallie à François Hollande. L’ex-présidente de ni-pute ni-soumise avait fait parti de plusieurs gouvernements Fillon. A quelques jours du premier tour, les alliances se font et se défont. François Bayrou est revenu sur le phénomène en s’en prenant aux gens qui « veulent toujours être du côté du manche, du côté du pouvoir en place« . La meilleure réaction vient du côté de Christine Boutin, nouvelle ralliée à Nicolas Sarkozy, qui s’est fâchée sur Twitter : « Fadela, tu me fais honte« .

A lire aussi sur Menly :

Nicolas Sarkozy sur RMC / BFM TV : réécoutez son interview

Sondage Ifop : 67% des patrons des TPE voteront Nicolas Sarkozy au second tour

et retrouvez les petites phrases et autres coups tordus des candidats sur notre Fight-Club 2012

 

Mardi 17 avril 2012 - François Bayrou était ce 17 avril l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFM TV. Le candidat du Mouvement Démocrate est revenu sur ses principaux concurrents dans la course à la présidence.

Il a distribué quelques bons points à Nicolas Sarkozy et François Hollande mais n’a surtout pas hésité à tirer quelques cartouches. Sur Nicolas Sarkozy, François Bayrou explique qu’il s’est « un tout petit peu amélioré depuis 2007 » : « Il est moins provocateur. Il a d’une certaine manière été dompté par la vie dans un certain nombre de ses excès. Est-ce que cela suffit pour changer sa manière de gouverner, sa manière de voir le pouvoir, sa manière de voir la société (…) et son approche politique? Vraiment, je ne le crois pas« .

Quant à François Hollande, le candidat centriste a déclaré qu’il était tombé dans les mauvais travers d’un socialisme démago : « tout d’un coup, (il) s’est mis à basculer dans un socialisme habituel, qui est le socialisme de la dépense. Le pire service que l’on puisse rendre au pays« .

Quant aux rumeurs persistantes qui l’envoient à Matignon contre une consigne de vote, François Bayrou les balaie : « On ne peut être le Premier ministre de qui que ce soit que si on est profondément en phase. Évidemment, je ne le suis pas« .

A LIRE AUSSI SUR MENLY.FR :

La préparation physique des candidats à la présidentielle : vitamines, amphétamines…cocaïne ?

Sondage : Sarkozy reprend la tête au premier tour

RETROUVEZ les petites phrases et les coups bas des candidats à la présidentielle et leur entourage dans le Fight Club 2012.

 

On l’oublie souvent mais Force Ouvrière n’a pas arrêté la lutte. Sa représentante était même une des premières à présenter son dossier de parrainages. Et si Nathalie Arthaud n’est pas la candidate la plus exposée médiatiquement, elle est pourtant en campagne. Lors d’une entretien accordé au Parisien ce matin, elle s’en prend à Jean-Luc Mélenchon et le qualifie d’illusionniste.

La percée de Jean-Luc Mélenchon fait autant de mal au FO qu’elle fait peur à François Hollande ou Marine Le Pen. Le leader du Front de Gauche rallie à lui l’ensemble de l’électorat de l’extrême-gauche (FO, NPA). Nathalie Arthaud se méfie de Jean-Luc Mélenchon mais encore plus de son programme. Pour elle, ce dernier n’est pas ce que le leader du front de Gauche veut bien nous faire croire : « Jean-Luc Mélenchon est un illusionniste. Ceux qui se tournent vers lui rejettent l’illusion Hollande, mais ils tombent dans l’illusion Mélenchon. Ce n’est pas un révolutionnaire, même s’il a de belles envolées sur la révolution citoyenne, sur la prise de la Bastille. Il pense qu’en repartageant les richesses, elle peut tourner rond, cette économie capitaliste. Au fond, il défend la même idée que François Hollande : les travailleurs doivent s’en remettre à un bon gouvernement de gauche« .

Nicolas Sarkozy en prend également pour son grade. Quand le journaliste demande si Hollande et Sarkozy, c’est la même chose, elle répond : « Dès que Nicolas Sarkozy parle des chômeurs, il est toujours question d’assistés, de gens qui ne veulent pas se former ou accepter les emplois qu’on leur propose. Sa façon de parler des travailleurs immigrés est insupportable. On ne retrouve pas ce mépris et ce cynisme du côté de François Hollande. Je fais la différence. Mais je sais qu’au pouvoir Hollande n’empêchera pas le chômage de monter, ne fera rien contre les fermetures d’entreprises ni pour les petites retraites« .

A lire aussi sur Menly :

- Marine Le Pen, favorite des 18-24 ans

- Sondage Le Figaro : Nicolas Sarkozy a toutes les qualités d’un président

Retrouvez également notre rubrique spécialement dédiée à l’élection présidentielle : notre Fight Club 2012.

Votre avis nous interesse