Abus de smartphone : stress, maux de tête, et problèmes de dos
Archives Ancien Menly Mis à jour le Rédigé par Julien Maron

Abus de smartphone : stress, maux de tête, et problèmes de dos

Trop de smartphone dans la journée nuit gravement à la santé L’utilisation excessive et prolongée de son smartphone et plus globalement d’écrans (télé, ordinateur, tablette) pourrait à terme provoquer des troubles musculo-squelettiques. Les kinés anglais se mobilisent pour prévenir les utilisateurs des maux auxquels ils s’exposent. Selon une étude anglaise, les deux tiers des employés […]

Trop de smartphone dans la journée nuit gravement à la santé
L’utilisation excessive et prolongée de son smartphone et plus globalement d’écrans (télé, ordinateur, tablette) pourrait à terme provoquer des troubles musculo-squelettiques. Les kinés anglais se mobilisent pour prévenir les utilisateurs des maux auxquels ils s’exposent.
Selon une étude anglaise, les deux tiers des employés de bureau prolongent leur journée sur un écran. Ce qui occasionne stress, migraine et douleurs dans le dos. «Les mauvaises postures prises devant les écrans portables sont à l’origine de maux de tête et de dos», précise la CSP – Chartered Society of Physiotherapy.
A LIRE AUSSI SUR MENLY

Mise à jour 15h – Les homosexuels hommes bientôt autorisés à donner leur sang.

Le ministre de la Santé, Marisol Touraine a annoncé ce matin son intention d’autoriser les homosexuels hommes à donner leur sang : « Nous sommes en train de travailler sur cette question et je pense que, dans les mois qui viennent, nous serons en mesure de faire évoluer cette situation »

Xavier Bertrand, son prédécesseur, était lui aussi favorable à la modification de l’arrêté du 12 janvier 2009 qui excluaient les gays hommes du don de sang en raison des risques de contamination dus à certaines pratiques sexuelle à risque et la multiplicité supposée de partenaires.

 

Article publié à 10h30 –
En raison de leurs pratiques sexuelles, jugées risquées, les homosexuels sont interdits à vie de donner leur sang.
Et en cette Journée mondiale des donneurs de sang, il est bon de revenir sur ce règlement, qualifié de « discriminatoire » et « insultant » pour la majeur partie des associations. Alors que les médias font état d’une pénurie de sang chaque année, pourquoi les hommes gays sont-ils toujours exclus du système ?

Les préjugés ont la vie dure. Aussi, l’homosexualité masculine est-elle toujours assimilée à une conduite dangereuse. Et puisque en France, les personnes ayant un « comportement à risques » sont interdites de don du sang, les homosexuels – seuls les hommes sont concernés, pas les lesbiennes – doivent cacher leur penchant pour fournir un peu de leur sang. Les associations crient haro depuis des années. Selon elles, « un certain nombre de contre-indications au don du sang, notamment pour les personnes ayant des comportements à risque« , est « normal si l’on se base sur des critères de santé publique« , mais « intolérable si l’exclusion est motivée par des préjugés ».

Ces contre-indications ne visent pas des personnes en particulier, mais bien des groupes. En cela, on peut donc parler de discrimination. Pourquoi les homosexuels font toujours l’objet d’une exclusion, alors que l’on manque cruellement de sang pour sauver des vies ? A l’Etablissement français du sang (EFS), on se base sur les données épidémiologiques. Or, le risque de contracter le Sida chez les homosexuels hommes est 200 fois plus élevé que chez les hétéros, encore en 2012. Et même s’ils fournissent la preuve d’un test négatif au HIV, la porte leur reste fermée. Traumatisé par l’affaire du sang contaminé, l’EFS maintient ses inquiétudes : tandis qu’une poche sur 3 millions peut échapper aux tests de sécurité, le risque serait multiplié par 4, dans le cas où l’on autoriserait le don du sang aux hommes homosexuels.

Si l’interdiction touche systématiquement les hommes gays, elle vise également certains hétéros : dans le cas où ces derniers auraient eu 4 mois de rapport non protégé ou, si un homme aurait eu, ne serait-ce qu’une seule fois, un rapport avec un autre homme. Évidemment, personne ne peut prouver quoi que ce soit, seule la parole importe. Avec toutes ces contre-indications, on comprend bien pourquoi, chaque année, on manque de donneurs. D’où l’appel au débat de repenser le système.

La Journée mondiale des donneurs de sang (JMDS) a été instaurée en 2004, sous l’égide de l’OMS. La date du 14 juin a été choisie en l’honneur du jour de la naissance de Karl Landsteiner, le médecin autrichien qui a découvert le système ABO des groupes sanguins.

Le don du sang peut se faire tous les jours de l’année. Pour savoir où donner son sang, cliquez ici.

A LIRE AUSSI SUR MENLY.FR :

61% des femmes avec les seins refaits ont plus de relations sexuelles qu’avant

Profil de l’homme infidèle : 40 ans, marié, deux enfants et informaticien

 

Votre avis nous interesse