News Il y a 2 années Rédigé par Julien Maron

Minitel, Walkman, magnétoscope… les sacrifiés de la génération X

0 partage PIN-IT COMMENTAIRES

Minitel, Walkman, magnétoscope... les sacrifiés de la génération X

Nostalgique, la génération X peut l’être… Aujourd’hui on enterre le Minitel ! Magnétoscope, Walkman, Bi-Bop… Petit tour d’horizon de ces objets exterminés par le progrès. 

Le Minitel 

Né il y a 30 ans, le Minitel n’aura pas survécu à l’avènement d’internet et à la dictature de la gratuité. Symbole d’une France avant-gardiste sur les nouvelles-techno des années 80, le Minitel rejoint ses ainés précédemment écartés de la modernité dont voici les plus illustres représentants.

Le magnétoscope

Ah le magnétoscope, son « rembobinage » ancestral, ses bandes bouffées par le lecteur…Nostalgie quand tu nous tiens !
D’abord réservé aux professionnels des médias,  il faut attendre les années 80 pour voir le  magnétoscope envahir nos salons.

Plusieurs technologies vont se disputer le marché. VCR et V2000 de Philips, Betamax de Sony et VHS de JVC.  Ce sera finalement ce dernier qui s’imposera auprès du grand public grâce à une offre de films plus riche portée par les vidéo clubs. Mais le magnétoscope va finir par s’éteindre peu à peu dans les années 90 avec la prise de pouvoir du dvd, nous obligeant au passage à racheter la filmographie intégrale de Max Pecas.

 

Le walkman à cassette

Suite logique, après le magnétoscope, la cassette subit le même sort tragique. Sa disparition officielle date de 2010. Elle signe l’arrêt de mort du walkman (baladeur pour les anglophobes) qui a rejoint le cimetière des éléphants high-tech.

La légende se souviendra que le Walkman a été créé par Sony en 1979 au Japon avant de débarquer en Angleterre avec un model stéréo et deux prises jack qui seront abandonnées par la suite. C’était l’époque bénie où la musique réunissait encore les gens.

Le walkman a été exterminé par les CD, DAT et MiniDisc qui se sont entretués pour la survie de leur espèce sonnante et trébuchante. Finalement, le Compact Disc remporte la mise avant de connaître une lente descente aux enfers depuis le milieu des années 2000 jusqu’à aujourd’hui, au grand désespoir de Pascal Nègre.

L’appareil photo argentique

Les puristes ont beau s’égosiller, l’argentique fait belle et bien partie des victimes du progrès technologique. Comme souvent, l’extinction de la race argentique s’explique davantage par la facilité d’usage proposée par l’innovation, que par la qualité du service rendu.

Fini donc les chambres noires pour développer ses pellicules comme à la maison, aujourd’hui, on n’imprime plus, on stocke ses photos sur des disques durs, au milieu de ses mp3 et autres souvenirs numériques, dans l’attente d’un bon vieux trojan et d’un formatage en guise d’amnésie.

Le Bi-Bop

Créé en 1991, décédé en 1997, le Bi-Bop est apparu presque en même temps que le GSM qui a précipité sa chute. Ce terminal mobile pouvait émettre et recevoir des appels lorsqu’on se trouvait à moins de 300 mètres d’une borne du réseau dédié.

Seuls certaines grandes-villes et lieux de villégiature pour citadins en weekend, furent équipées.  Pour profiter du Bi-Bop il fallait s’abonner (environ 8€ par mois) et payer ses communications (l’équivalent de 0.13 euros la minute). Xavier Niel était trop occupé à faire fortune dans le Minitel Rose pour s’offusquer de tels tarifs

 

Epitaphe

La liste  est longue des appareils sacrifiés sur l’autel du progrès technologique. On pourrait citer, le vinyle qui tend à se dépoussiérer ces derniers temps; la télé cathodique 4/3 remplacée par le lcd et le format dégueulasse 16/9ème… Sans parler des futures victimes d’un progrès tout relatif; le stylo pourrait par exemple ne pas survivre longtemps à l’avènement du numérique.

 

A LIRE AUSSI SUR MENLY

- iPhone 5 : 10 améliorations pour humilier le Samsung Galaxy S3

[champs-customises post_id='261119']
0 partage PIN-IT COMMENTAIRES

Votre avis nous interesse